Accéder au contenu principal

The hobbit - The battle of the five armies (2014) - Peter Jackson

Suite et fin de la deuxième trilogie mise en scène par Peter Jackson se déroulant dans l'univers créé par J.R.R Tolkien. Si elle m'a moins pris aux tripes que celle de The lord of the rings, il faut reconnaître que le réalisateur a su encore offrir un spectacle généreux qui se conclut par une longue et impressionnante bataille (de ces cinq armées du titre. Néanmoins, malgré des effets spéciaux irréprochables et une 3D qualitative, celle de The return of the king reste inégalée, principalement parce que les moments "intimes" et individuels émanaient de personnages aux caractéristiques plus développées, un peu plus complexes et donc plus attachants.

Mais quoi qu'il en soit, quel spectacle ! Vraiment épique. The battle of the five armies, malgré parfois des bavardages plutôt inutiles, est le meilleur de la trilogie The hobbit. De plus et malgré la décennie qui les sépare, je trouve que les deux trilogies The hobbit et The lord of the rings ont une cohérence artistique permettant au spectateur d'être certain de l'environnement dans lequel il se trouve, de ne pas se sentir dépaysé (à titre de comparaison, George Lucas n'a pas réussi à créer cette cohérence entre ses deux trilogies Star wars, un univers dont il est pourtant à l'origine, et dont il a accentué les différences et les incohérences à force de rafistolages en tous genres).

Ça me fait plaisir de voir que ce que je m'étais dit en découvrant le premier film de Peter Jackson fait avec les moyens du bord (le drôle et gore Bad taste)  à sa sortie vidéo dans les années 80 se confirme une fois de plus, à savoir que je voyais en lui un type qui allait marquer le cinéma. 

En fait, avant qu'il ne se consacre à un autre projet, j'ai juste envie de revoir toute la filmographie du néozélandais. Il y a dans The hobbit, et dans The lord of the rings des petits moments de "débordements" et de délires qui sont typiquement de sa patte et qui composent entièrement les petits budgets qu'il réalisait à ses débuts : Bad taste, Meet the feebles et Braindead.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…