Accéder au contenu principal

Angor (2014) - Franck Thilliez

"Vendredi 10 août 2012

Une jeune automobiliste de 23 ans, impliquée dans un accident de voiture, a été retrouvée morte plusieurs heures après le drame, à un kilomètre à peine de son domicile familial, à la sortie de Quiévrain.
Assise à son bureau, l'adjudant Camille Thibault surligna "a été retrouvé morte" et ne prit pas la peine de lire la suite. Elle referma le journal belge La Province, édition du 28 juillet 2011, avant de passer à l'enveloppe suivante, qui contenait un numéro du quotidien suisse 24 Heures, même date. Elle se rendit directement à la rubrique des faits divers et trouva d'un coup d'oeil ce qui l'intéressait.
Deux accidents de la route s'étaient produits ce jour-là, le28 juillet, à une trentaine de kilomètres de distance. Le premier n'avait pas été mortel, le choc ayant été latéral, et l'automobiliste s'en était sorti avec un traumatisme crânien. De ce fait, Camille élimina l'article sur le champs.
Les vivants ne l'intéressaient pas."
 
Je suis loin d'avoir lu la majorité des livres écrits par Franck Thilliez et pourtant, j'ai beaucoup apprécié ceux dans lesquels je me suis plongé (Train d'enfer pour ange rouge, La chambre des morts et Vertige). Je regrette un peu d'en avoir si peu lu car cela m'aurait certainement permis de me sentir plus impliqué dans les réflexions et les états d'âmes du commissaire Frank Sharko, personnage central de plusieurs de ses thrillers et de sa compagne Lucie Hennebelle, elle aussi récurrente chez Thilliez.

L'auteur introduit ici un nouveau personnage, Camille Thibault, gendarme dans le Nord de la France dont la vie a été sauvée grâce à une greffe de cœur. Quand elle dort, elle rêve souvent d'une femme qui appelle au secours. Se demandant s'il ne s'agit pas de son donneur, elle va tout mettre en œuvre pour trouver son identité.

Le thème moteur de Angor, celui qui va motiver l'enquête de Camille Thibaut, est donc celui de la mémoire cellulaire. En parallèle, Frank Sharko et Lucie Hennebelle mènent des recherches sur des enlèvements de jeunes femmes. On devine que, tôt ou tard, les chemins des protagonistes se rejoindront.

Franck Thilliez a t-il été inspiré par l'histoire de Charlotte Valandrey qui a raconté dans De cœur inconnu (2011) de surprenants cauchemars et d'étranges changements de personnalité suite à sa greffe de cœur ? Je n'ai pas lu le livre mais ma compagne l'a avalé et m'a un peu renseigné sur son contenu. La mémoire cellulaire est un phénomène assez surprenant, étrange même, mais sans vouloir mettre en doute la parole de ceux qui en témoignent, elle bute devant mon rationalisme.

Quoi qu'il en soit, Franck Thilliez en a fait un solide point de départ pour un thriller où il installe une terrible ambiance qui nous embarque dans un univers glaçant, SPOILER un trafic d'organes remontant dans le passé dictatorial de l'Argentine et de l'Espagne. FIN DU SPOILER Il m'est arrivé d'avoir des frissons dans le dos à la lecture de quelques passages, chose qui m'arrive rarement.

Cependant, Franck Thilliez aurait pu raccourcir un peu son récit et en augmenter ainsi encore plus son intensité. En effet, il m'a semblé qu'avant de parvenir au dernier quart qu'il avait du mal à se rendre vers sa conclusion, se faisant plaisir en allongeant le suspense d'une façon pas nécessairement astucieuse. Plus de 600 pages en caractères assez petits, j'ai eu un peu de mal à voir arriver l'issue. De ce fait, malgré des situations tendues, le roman devient un peu ennuyeux et mon intérêt s'est un peu perdu aux trois quarts du roman ; et il m'étonnerait que je sois le seul à ressentir cette lassitude.

Néanmoins, l'intrigue gagne à nouveau en intensité et en rythme dans les cent dernières pages au sein de troublants méandres, ce qui relance l'enquête jusqu'à son terme. Dommage donc qu'il y ait des rallonges dont on se serait bien passé car Franck Thilliez n'a pas son pareil pour installer des scènes et des ambiances stressantes. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…