Accéder au contenu principal

Angor (2014) - Franck Thilliez

"Vendredi 10 août 2012

Une jeune automobiliste de 23 ans, impliquée dans un accident de voiture, a été retrouvée morte plusieurs heures après le drame, à un kilomètre à peine de son domicile familial, à la sortie de Quiévrain.
Assise à son bureau, l'adjudant Camille Thibault surligna "a été retrouvé morte" et ne prit pas la peine de lire la suite. Elle referma le journal belge La Province, édition du 28 juillet 2011, avant de passer à l'enveloppe suivante, qui contenait un numéro du quotidien suisse 24 Heures, même date. Elle se rendit directement à la rubrique des faits divers et trouva d'un coup d'oeil ce qui l'intéressait.
Deux accidents de la route s'étaient produits ce jour-là, le28 juillet, à une trentaine de kilomètres de distance. Le premier n'avait pas été mortel, le choc ayant été latéral, et l'automobiliste s'en était sorti avec un traumatisme crânien. De ce fait, Camille élimina l'article sur le champs.
Les vivants ne l'intéressaient pas."
 
Je suis loin d'avoir lu la majorité des livres écrits par Franck Thilliez et pourtant, j'ai beaucoup apprécié ceux dans lesquels je me suis plongé (Train d'enfer pour ange rouge, La chambre des morts et Vertige). Je regrette un peu d'en avoir si peu lu car cela m'aurait certainement permis de me sentir plus impliqué dans les réflexions et les états d'âmes du commissaire Frank Sharko, personnage central de plusieurs de ses thrillers et de sa compagne Lucie Hennebelle, elle aussi récurrente chez Thilliez.

L'auteur introduit ici un nouveau personnage, Camille Thibault, gendarme dans le Nord de la France dont la vie a été sauvée grâce à une greffe de cœur. Quand elle dort, elle rêve souvent d'une femme qui appelle au secours. Se demandant s'il ne s'agit pas de son donneur, elle va tout mettre en œuvre pour trouver son identité.

Le thème moteur de Angor, celui qui va motiver l'enquête de Camille Thibaut, est donc celui de la mémoire cellulaire. En parallèle, Frank Sharko et Lucie Hennebelle mènent des recherches sur des enlèvements de jeunes femmes. On devine que, tôt ou tard, les chemins des protagonistes se rejoindront.

Franck Thilliez a t-il été inspiré par l'histoire de Charlotte Valandrey qui a raconté dans De cœur inconnu (2011) de surprenants cauchemars et d'étranges changements de personnalité suite à sa greffe de cœur ? Je n'ai pas lu le livre mais ma compagne l'a avalé et m'a un peu renseigné sur son contenu. La mémoire cellulaire est un phénomène assez surprenant, étrange même, mais sans vouloir mettre en doute la parole de ceux qui en témoignent, elle bute devant mon rationalisme.

Quoi qu'il en soit, Franck Thilliez en a fait un solide point de départ pour un thriller où il installe une terrible ambiance qui nous embarque dans un univers glaçant, SPOILER un trafic d'organes remontant dans le passé dictatorial de l'Argentine et de l'Espagne. FIN DU SPOILER Il m'est arrivé d'avoir des frissons dans le dos à la lecture de quelques passages, chose qui m'arrive rarement.

Cependant, Franck Thilliez aurait pu raccourcir un peu son récit et en augmenter ainsi encore plus son intensité. En effet, il m'a semblé qu'avant de parvenir au dernier quart qu'il avait du mal à se rendre vers sa conclusion, se faisant plaisir en allongeant le suspense d'une façon pas nécessairement astucieuse. Plus de 600 pages en caractères assez petits, j'ai eu un peu de mal à voir arriver l'issue. De ce fait, malgré des situations tendues, le roman devient un peu ennuyeux et mon intérêt s'est un peu perdu aux trois quarts du roman ; et il m'étonnerait que je sois le seul à ressentir cette lassitude.

Néanmoins, l'intrigue gagne à nouveau en intensité et en rythme dans les cent dernières pages au sein de troublants méandres, ce qui relance l'enquête jusqu'à son terme. Dommage donc qu'il y ait des rallonges dont on se serait bien passé car Franck Thilliez n'a pas son pareil pour installer des scènes et des ambiances stressantes. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…