Accéder au contenu principal

Mad Max (1979) - George Miller

Mad Max : Fury road est certainement le film que j'attends le plus cette année ; après SPECTRE évidemment mais pour le moment il n'existe aucune bande annonce du prochain James Bond (juste un teaser de 15 secondes qui dévoile le titre) alors que celles du Mad Max qui sort au mois de mai m'ont déjà complètement excité. Pour patienter, j'ai eu envie de revoir la trilogie initiale avec Mel Gibson dans le rôle titre (dans le prochain, le rôle est tenu par Tom Hardy). J'ai donc sorti le DVD du film de son rangement, il y avait bien dix ans que je ne l'avais pas regardé, si ce n'est plus.

Que reste t-il aujourd'hui de Mad Max ?

Quasiment rien ne permet de situer le pays dans lequel se situe l'action. Le spectateur ne peut que constater une société en pleine détérioration dont seuls les flics motorisés forment le dernier rempart aux dégénérés qui sèment la terreur sur les routes. Les flics en question semblent d'ailleurs, pour beaucoup d'entre eux, aussi fous que ceux qu'ils poursuivent et le titre n'autorise aucun ambiguïté quant à l'état psychique du personnage principal, Max Rockatansky.

Aujourd'hui encore, il s'agit d'un film très violent, pas une violence esthétisée comme c'est souvent le cas depuis 20-25 ans dans la production cinématographique mais quelque chose de très âpre. Il est même presque étonnant de voir des poursuites et des cascades effectuées réellement sans traficotages numériques. Ainsi, bien que le film ait 35 ans, il reste très surprenant et met en exergue l'aseptisation du cinéma à laquelle le public s'est finalement habitué. Gageons que Mad Max : Fury road sache faire preuve de personnalité et espérons donc pour cela que son réalisateur George Miller (scénariste et metteur en scène de la trilogie initiale ainsi que d'autres films plutôt honorables) n'ait pas accepté le moindre compromis de la part des producteurs. Cela dit, je doute qu'il connaisse aujourd'hui les mêmes problèmes de censure en France. En effet, Mad Max avait du attendre l'arrivée de la gauche au pouvoir pour enfin être visible.

Son scénario est très simple aussi. Il devient un film de vengeance lorsque la femme et l'enfant de Max sont tués par le gang de motards que lui et ses collègues pourchassent. Chose curieuse, le générique de fin commence alors que Max vient seulement d'entamer sa croisade vengeresse. C'est là aussi une particularité qui ne serait pas acceptable aujourd'hui où la vengeance doit être filmée jusqu'au bout pour servir d’exutoire au spectateur, pour qu'il se sente libéré de ses propres frustrations.

Vu sur écran HD, la qualité de l'image m'a surpris alors que mon DVD date déjà de 2001. Malgré la furie qui se déchainait à l'écran, ce fut une séance très agréable grâce notamment à la vivacité des couleurs.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

You only live twice (1964) - Ian Fleming

"La geisha "Feuille Tremblante", agenouillée à côté de James Bond, se pencha en avant et l'embrassa chastement sur la joue droite.
- Ça, c'est tricher, dit James Bond avec sévérité. Vous aviez accepté, si je gagnais, de me donner un vrai baiser : sur la bouche. C'est un minimum, ajouta t-il.
"Madame" Perle Grise avait les dents laquées de noir, signe de grande distinction ;  son maquillage était si épais qu'on aurait pu la croire sortie d'une pièce de théâtre No. Elle traduisit. Il y eut des rires étouffés, des cris d'encouragement. Feuille Tremblante cacha son visage dans ses jolies mains comme si on lui avait demandé de se livrer à la pire des obscénités. Elle écarta ses doigts, examina la bouche de Bond de ses yeux bruns et vifs, comme si elle visait, et s'élança. Cette fois le baiser était bien sur les lèvres, et elle s'y attarda. Invite ? Promesse ?"

A la fin de On her Majesty's secret service, James Bond se mariait…

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…