Accéder au contenu principal

Mad Max (1979) - George Miller

Mad Max : Fury road est certainement le film que j'attends le plus cette année ; après SPECTRE évidemment mais pour le moment il n'existe aucune bande annonce du prochain James Bond (juste un teaser de 15 secondes qui dévoile le titre) alors que celles du Mad Max qui sort au mois de mai m'ont déjà complètement excité. Pour patienter, j'ai eu envie de revoir la trilogie initiale avec Mel Gibson dans le rôle titre (dans le prochain, le rôle est tenu par Tom Hardy). J'ai donc sorti le DVD du film de son rangement, il y avait bien dix ans que je ne l'avais pas regardé, si ce n'est plus.

Que reste t-il aujourd'hui de Mad Max ?

Quasiment rien ne permet de situer le pays dans lequel se situe l'action. Le spectateur ne peut que constater une société en pleine détérioration dont seuls les flics motorisés forment le dernier rempart aux dégénérés qui sèment la terreur sur les routes. Les flics en question semblent d'ailleurs, pour beaucoup d'entre eux, aussi fous que ceux qu'ils poursuivent et le titre n'autorise aucun ambiguïté quant à l'état psychique du personnage principal, Max Rockatansky.

Aujourd'hui encore, il s'agit d'un film très violent, pas une violence esthétisée comme c'est souvent le cas depuis 20-25 ans dans la production cinématographique mais quelque chose de très âpre. Il est même presque étonnant de voir des poursuites et des cascades effectuées réellement sans traficotages numériques. Ainsi, bien que le film ait 35 ans, il reste très surprenant et met en exergue l'aseptisation du cinéma à laquelle le public s'est finalement habitué. Gageons que Mad Max : Fury road sache faire preuve de personnalité et espérons donc pour cela que son réalisateur George Miller (scénariste et metteur en scène de la trilogie initiale ainsi que d'autres films plutôt honorables) n'ait pas accepté le moindre compromis de la part des producteurs. Cela dit, je doute qu'il connaisse aujourd'hui les mêmes problèmes de censure en France. En effet, Mad Max avait du attendre l'arrivée de la gauche au pouvoir pour enfin être visible.

Son scénario est très simple aussi. Il devient un film de vengeance lorsque la femme et l'enfant de Max sont tués par le gang de motards que lui et ses collègues pourchassent. Chose curieuse, le générique de fin commence alors que Max vient seulement d'entamer sa croisade vengeresse. C'est là aussi une particularité qui ne serait pas acceptable aujourd'hui où la vengeance doit être filmée jusqu'au bout pour servir d’exutoire au spectateur, pour qu'il se sente libéré de ses propres frustrations.

Vu sur écran HD, la qualité de l'image m'a surpris alors que mon DVD date déjà de 2001. Malgré la furie qui se déchainait à l'écran, ce fut une séance très agréable grâce notamment à la vivacité des couleurs.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…