Accéder au contenu principal

Walking dead - 3. Sains et saufs ?

En lisant ce troisième volet de Walking dead, me sont remontés en mémoire les propos de Umberto Eco dans Il superuomo di massa au sujet des romans feuilletons. En effet, même si l'on n'est pas en présence de surhommes (le thème central de son essai est celui du surhomme dans la littérature populaire ; mais n'y a t-il pas quelque chose de surhumain dans le fait de survivre dans un monde rempli de morts vivants ?), les procédés employés sont finalement pas loin de ceux utilisés par Eugène Sue et Alexandre Dumas. Il ne s'agit que du troisième volume et déjà, les techniques narratives de ce comic semblent déjà correspondre à ce qu'il a perçu chez ces auteurs : "La joie du récit comme fin en soi".

Tout comme les lecteurs de Sue et Dumas se délectaient des rallonges de leurs romans, l'amateur de comics ne peut que se satisfaire des intrigues et sous intrigues qui composent Walking dead ; elles sont déjà nombreuses et nous n'en sommes en réalité qu'au début (22 volumes en France à ce jour !). Au delà de l'aspect principal, à savoir la survie d'un groupe d'êtres humains sur une Terre désormais remplie de zombies, se développent depuis le début des intrigues amoureuses, des histoires d'amitiés contrariées, des trahisons, etc. Des thèmes plus sérieux apparaissent également notamment celui de la justice et la façon de la rendre au sein de cette micro société qui tente de survivre et de s'organiser alors que le chaos règne autour.

Rien d'étonnant donc à ce que Walking dead soit devenue une série télévisée car les séries américaines fonctionnent, pour beaucoup, sur des recettes similaires. Concernant Walking dead, s'ajoutent aussi des romans (quatre) et des jeux vidéo (deux).

Ici, les survivants s'installent dans une prison. En effet, avec  ses grandes clôtures, elle constitue une excellente protection contre les zombies. Il leur faudra néanmoins cohabiter avec quelques détenus qui ont choisi de rester là depuis la survenance de l'apocalypse.

En ce qui me concerne, ce comic m'amusant beaucoup (en lire quelques pages me détend au réveil les matins du week-end en buvant un café encore allongé dans le lit), je compte bien me procurer les tomes suivants.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…