Accéder au contenu principal

Walking dead - 3. Sains et saufs ?

En lisant ce troisième volet de Walking dead, me sont remontés en mémoire les propos de Umberto Eco dans Il superuomo di massa au sujet des romans feuilletons. En effet, même si l'on n'est pas en présence de surhommes (le thème central de son essai est celui du surhomme dans la littérature populaire ; mais n'y a t-il pas quelque chose de surhumain dans le fait de survivre dans un monde rempli de morts vivants ?), les procédés employés sont finalement pas loin de ceux utilisés par Eugène Sue et Alexandre Dumas. Il ne s'agit que du troisième volume et déjà, les techniques narratives de ce comic semblent déjà correspondre à ce qu'il a perçu chez ces auteurs : "La joie du récit comme fin en soi".

Tout comme les lecteurs de Sue et Dumas se délectaient des rallonges de leurs romans, l'amateur de comics ne peut que se satisfaire des intrigues et sous intrigues qui composent Walking dead ; elles sont déjà nombreuses et nous n'en sommes en réalité qu'au début (22 volumes en France à ce jour !). Au delà de l'aspect principal, à savoir la survie d'un groupe d'êtres humains sur une Terre désormais remplie de zombies, se développent depuis le début des intrigues amoureuses, des histoires d'amitiés contrariées, des trahisons, etc. Des thèmes plus sérieux apparaissent également notamment celui de la justice et la façon de la rendre au sein de cette micro société qui tente de survivre et de s'organiser alors que le chaos règne autour.

Rien d'étonnant donc à ce que Walking dead soit devenue une série télévisée car les séries américaines fonctionnent, pour beaucoup, sur des recettes similaires. Concernant Walking dead, s'ajoutent aussi des romans (quatre) et des jeux vidéo (deux).

Ici, les survivants s'installent dans une prison. En effet, avec  ses grandes clôtures, elle constitue une excellente protection contre les zombies. Il leur faudra néanmoins cohabiter avec quelques détenus qui ont choisi de rester là depuis la survenance de l'apocalypse.

En ce qui me concerne, ce comic m'amusant beaucoup (en lire quelques pages me détend au réveil les matins du week-end en buvant un café encore allongé dans le lit), je compte bien me procurer les tomes suivants.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…