Accéder au contenu principal

Phantom of the opera (1943) - Arthur Lubin

Seul film en couleur du coffret Classic monsters de Universal, Phantom of the opera est, pour moi, la première grosse déception (les faiblesses que je pointais à propos de The wolf man sont, à côté, en réalité plutôt légères). A aucun moment, je ne suis entré dans le film d'Arthur Lubin, la faute, très certainement, aux très nombreux passages d'opéra qui le composent. En effet, bien qu'il ne s'agisse ici que du cadre de l'histoire, j'ai une forte aversion pour l'opéra. J'ai du mal à en trouver l'intérêt et surtout, même quand ils chantent en français, je ne comprends rien à ce que disent les interprètes. De fait, je me suis senti exclu d'une partie non négligeable de ce long métrage.

L'acteur qui joue Claudin, Claude Rains, ne m'a pas non plus convaincu. Pourtant, c'est lui qui jouait l'homme invisible dans The invisible man... mais il était invisible. Bien sûr, il donne la fragilité nécessaire à Erique Claudin, ce personnage qui se fait voler son quatuor mais dès qu'il s'agit d'endosser le costume du "phantom", son charisme s'envole. Ni son accoutrement, ni ses apparitions ne recèlent quoi que ce soit d'inquiétant.

A cela s'ajoutent quelques passages sensés faire rire ou sourire (les deux prétendants de Christine qui se coincent régulièrement ensemble dans le bâti des portes) qui m'ont plutôt ennuyé. Ce genre de "gag" fonctionnait certainement à l'époque mais étant resté en dehors de l'univers, aucun de ces moments n'a réussi à me soutirer le moindre sourire. Insérer de l'humour dans un film d'épouvante est un parti pris assez risqué et demande généralement de se montrer habile et dans le cas présent, c'est raté.

En fin de compte, ce qui m'a réellement captivé dans ce Phantom of the opera, c'est sa restauration. Elle est magnifique et donne tout son éclat au procédé Technicolor ; mais j'aurais préféré du noir et blanc.

J'ignore également si l'adaptation est fidèle au roman de Gaston Leroux, je ne l'ai pas lu. En réalité, de cette histoire, je n'en connaissais que l'inspiration psychédélico-pop qu'en avait tiré Brian de Palma avec son délirant Phantom of the Paradise.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…