Accéder au contenu principal

Phantom of the opera (1943) - Arthur Lubin

Seul film en couleur du coffret Classic monsters de Universal, Phantom of the opera est, pour moi, la première grosse déception (les faiblesses que je pointais à propos de The wolf man sont, à côté, en réalité plutôt légères). A aucun moment, je ne suis entré dans le film d'Arthur Lubin, la faute, très certainement, aux très nombreux passages d'opéra qui le composent. En effet, bien qu'il ne s'agisse ici que du cadre de l'histoire, j'ai une forte aversion pour l'opéra. J'ai du mal à en trouver l'intérêt et surtout, même quand ils chantent en français, je ne comprends rien à ce que disent les interprètes. De fait, je me suis senti exclu d'une partie non négligeable de ce long métrage.

L'acteur qui joue Claudin, Claude Rains, ne m'a pas non plus convaincu. Pourtant, c'est lui qui jouait l'homme invisible dans The invisible man... mais il était invisible. Bien sûr, il donne la fragilité nécessaire à Erique Claudin, ce personnage qui se fait voler son quatuor mais dès qu'il s'agit d'endosser le costume du "phantom", son charisme s'envole. Ni son accoutrement, ni ses apparitions ne recèlent quoi que ce soit d'inquiétant.

A cela s'ajoutent quelques passages sensés faire rire ou sourire (les deux prétendants de Christine qui se coincent régulièrement ensemble dans le bâti des portes) qui m'ont plutôt ennuyé. Ce genre de "gag" fonctionnait certainement à l'époque mais étant resté en dehors de l'univers, aucun de ces moments n'a réussi à me soutirer le moindre sourire. Insérer de l'humour dans un film d'épouvante est un parti pris assez risqué et demande généralement de se montrer habile et dans le cas présent, c'est raté.

En fin de compte, ce qui m'a réellement captivé dans ce Phantom of the opera, c'est sa restauration. Elle est magnifique et donne tout son éclat au procédé Technicolor ; mais j'aurais préféré du noir et blanc.

J'ignore également si l'adaptation est fidèle au roman de Gaston Leroux, je ne l'ai pas lu. En réalité, de cette histoire, je n'en connaissais que l'inspiration psychédélico-pop qu'en avait tiré Brian de Palma avec son délirant Phantom of the Paradise.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…