Accéder au contenu principal

Quantum of solace (2008) - Marc Forster


SPECTRE établissant un lien entre tous les Bond de Daniel Craig, j'espérais revoir à la hausse Quantum of solace, ce dernier étant désormais intégré au sein d'une intrigue plus large. En effet, après la réussite Casino Royale, le deuxième Craig fut une grosse déception ; et l'est malheureusement resté après un récent nouveau visionnage en Blu-ray.

Le fond de l'histoire, d'une simplicité enfantine, repose en fait sur un scénario mal fichu qu'un montage à la hache n'aide pas le spectateur à se sentir émotionnellement impliqué. Pourtant, nous sommes face à un 007 perturbé par la mort de Vesper Lynd et dont il entend venger la mort en remontant jusqu'aux véritables responsables.

De la poursuite qui ouvre le film au combat de 007 contre Dominic Greene (un Mathieu Amalric qui pousse de ridicules cris stridents en tentant de tuer l'espion britannique avec une hache) à la fin du film, rien ne fonctionne véritablement sauf peut-être le passage à l'opéra de Bregenz. C'est peu.

J'ai aussi du mal à comprendre l'attitude de James Bond avec René Mathis (toujours interprété par Giancarlo Giannini). Pourquoi jette t-il son corps dans une benne à ordures ? Cela n'a aucun sens.

Autre point de l'histoire incompréhensible est l'attitude de M (Judi Dench). Alors que James Bond est en roue libre, elle se présente à son hôtel de Bolivie accompagnée de plusieurs agents pour l'arrêter mais il se dérobe. M empêche alors ses hommes d'aller à sa poursuite, estimant qu'il suit certainement une piste. Pourquoi avoir fait tout ce voyage depuis Londres pour... rien ?

En 2008, Quantum of solace avait été une grande déception et le reste encore aujourd'hui.

L'image du Blu-ray est très belle mais tout va tellement vite qu'il est difficile de l'apprécier à sa juste valeur.

Commentaires

  1. Ils ont tué Mathis. Les scénaristes ont fait disparaître ce personnage merveilleux pour lequel on avait trouvé l'acteur qu'il fallait, formidablement. C'est là l'erreur majuscule, à mon sens. Il fallait conserver un tel personnage, interprété par un tel comédien. Cela dit, pourquoi le jette-t-il dans une boîte à ordures ? Je n'ai pas revu le film depuis un moment, mais que vouliez-vous qu'il fît ? Qu'il l'emmenât avec lui ? La mort de Mathis a lieu dans la rue. C'est une façon, certes dérisoire et obscène, cynique mais aussi dégoûtée, débordante de tristesse, de l'enterrer. C'est du moins ainsi que je le comprends.
    Les invraisemblances ne sont pas plus gênantes, je crois, que toutes celles qui émaillent l'ensemble des films de Bond. Depuis 1962, ils en sont cousus. C'est souvent au prix des invraisemblances que l'action, qui n'est jamais linéaire, rebondit. C'est pourquoi, dans ce cas, l'attitude de M ne m'étonne pas plus que ça.

    RépondreSupprimer
  2. J'oubliais... Dans un des Dalton, lors de la scène qui se déroule dans la maison d'Hemingway, M est venu retirer à Bond son permis de tuer, il lui demande de lui remettre son arme. Que fait Bond ? Il frappe M (!) et s'échappe. Que fait M ? Il empêche ses hommes de le poursuivre et le laisse filer. Il lui souhaite même bonne chance. Finalement, c'est à peu près la même incohérence que celle que vous signalez.

    RépondreSupprimer
  3. Dans Licence to kill, James Bond frappe les gardes du corps de M, pas M lui-même. Oui ensuite, M laisse Bond partir. C'est finalement un comportement similaire mais dans le cas du Dalton, je ne suis pas surpris. Certainement une question d'ambiance, le père de substitution qui laisse son "enfant" faire sa bêtise car il sait qu'il ne peut pas l'en empêcher ; et qu'elle soulagera sa colère.

    Avec Quantum of solace, l'ambiance et les enjeux sont différents. D'ailleurs, pour l'ambiance, on repassera, il n'y en a simplement aucune. De fait, l'attitude de M ne peut être comprise comme celle d'une mère. D'où mon incompréhension.

    Concernant Mathis, je ne comprends pas ce Bond qui affiche un tel mépris pour le corps d'une personne qu'il estime.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…