Accéder au contenu principal

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.

Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.

Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors que je tirais désespérément sur sa laisse pour le défaire de ce combat.

J'ai comme souvenirs des jeux, des câlins et plein d'autres moments extras.

Je n'ai jamais levé la main sur lui. Ce n'est pas de cette façon qu'on éduque un animal. Un regard insistant pouvait suffire pour qu'il arrête ses bêtises, parfois juste une petite tape vexante sur le cul avec un magazine roulé en tube.

Gaspard vivait avec mes parents depuis 2010. Quand il fut question que Stéphanie et moi vivions ensemble, ce fut un vrai dilemme, Stéphanie étant allergique au poils d'animaux et pouvant déclencher des crises d'asthme.

- On va le garder ton chien, m'avait répondu ma mère, un sourire en coin. Un grand soulagement de le voir rester dans la famille. Il manifestait toujours sa joie de me voir quand je me rendais chez mes parents ; moi de même.

Depuis plusieurs mois, les nouvelles n'étaient pas très bonnes. Perte d'appétit, des difficultés pour se lever, malgré les traitements prescrits par le vétérinaire.

Dans deux mois, il aurait eu treize ans. Je n'aime pas le nombre treize.





Commentaires

  1. Bonjour.
    Je viens de voir votre post dans la communauté des utilisateurs de blogger.
    Sincères condoléances pour Gaspard. Il était très beau.
    RIP joli chien.
    Chamicalement. Dani

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…