Accéder au contenu principal

Walking dead - 13. Point de non-retour

Les productions américaines, quel que soit le support, ne sont pas connues pour être des productions engagées ou à message ; et pourtant, il arrive qu'elles abordent des thèmes sociaux et sociétaux même quand elles n'apparaissent au premier abord qu'en tant que divertissement.

Dans ce treizième volume de Walking dead, alors que nous sommes en présence d'un groupe qui tente un début de reconstruction de société, il est intéressant de constater que le premier thème abordé dans ce cadre est celui de la violence conjugale et la façon de rendre la justice face à ce problème. Ce n'est pas anodin, loin de là, et cela renvoie à l'une de nos principales questions au sein des nôtres.

Je préfère toujours voir une œuvre qui, sous un enrobage de divertissement, dit des choses sur nous et notre monde, plutôt qu'une autre qui passe son temps à nous marteler un message qui finira par nous assommer. Je pense surtout au cinéma, puisque c'est depuis plusieurs décennies, le média le plus largement diffusé à travers le monde, mais il est bien entendu évident que d'autres utilisent ce type de procédé et ce numéro de Walking dead en est un bon exemple.

Il faut croire aussi que l'univers des zombies se prête bien à ce genre de démonstration puisque George A. Romero, dont la trilogie des morts vivant fait partie désormais des classiques du cinéma d'horreur, profitait de ses films pour critiquer le fonctionnement de nos sociétés (le racisme, le consumérisme, l'armée, etc.) ; et plus largement, le cinéma horrifique ne s'est régulièrement pas gêné pour glisser des critiques à l'attention du spectateur. En quelque sorte, Walking dead perpétue la tradition du genre sur papier.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

.

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …