Accéder au contenu principal

24 - saison 5

L'avantage de revoir les saisons de 24 quelques années après leur diffusion télévisuelle, est qu'elles peuvent être appréhendées en dehors de toute approche passionnelle et de tout commentaire mis sur les forums internet où sont systématiquement pointées du doigt les énormités et autres incohérences. 24 a eu son lot de critiques plus ou moins justifiées en son temps, et parfois elles ont pu biaiser mon point de vue. Il s'agit cependant de la seule série qui m'a donné entière satisfaction jusqu'à son excellente et récente neuvième saison. Le sujet de l'antiterrorisme, le personnage principal Jack Bauer (Kiefer Sutherland dont c'est LE rôle de sa carrière), l'action en temps réel, le suspense omniprésent, tout cet ensemble me plait beaucoup et continue à me plaire.

C'est avec le recul nécessaire que j'ai enchainé cette fois les vingt-quatre épisodes de cette cinquième saison, pour m'apercevoir que mis à part les postulats de départ, j'en avais peu de souvenirs alors qu'il s'agit en réalité de l'une des meilleures.

Des points tirés par les cheveux, cette cinquième saison en contient, comme les précédentes et celles qui suivront, mais rien ne m'est apparu franchement énorme ou laborieux, comme c'est parfois le cas. Ils sont, pour la plupart, véritablement acceptables et la cohérence qui lie jusqu'à présent les péripéties de Jack Bauer m'a sauté aux yeux. La descente aux enfers du personnage central de cette série imaginée par des scénaristes jouant continuellement à le malmener depuis la saison une continue, pour le plaisir du téléspectateur. L'évolution aurait certainement été moins intéressante si l'option prise dans les dernières minutes de la saison une avait été tout autre. Je pense aussi que 24 n'aurait pas duré autant d'années. Il est d'ailleurs question depuis peu d'une prochaine série dérivée. 

Cette cinquième saison commence par l'assassinat de personnages qui étaient jusqu'ici récurrents, et même importants, pour se prolonger au sein d'un complot à l'intérieur même des plus hautes sphères de l’État américain. Le président en personne, Charles Logan (Gregory Itzin), est directement partie prenante à ce complot . Dans la saison précédente, il n'était que vice-président et accédait au poste suprême après la mort du président Keeler dans le crash de Air Force One. Ainsi, en plus de paraitre illégitime car non élu par un vote, il se montre manipulateur et même instable car souvent à la limite de la crise de nerf. Quant à son comportement avec son épouse, il est odieux. Charles Logan n'a rien de la force morale de l'ancien président Jack Palmer ; mais ce contraste est évidemment voulu par les scénaristes.


La saison cinq de 24, en prenant l'allure d'un thriller politique haletant, apparait donc, avec la première, comme celle faisant le plus preuve de crédibilité . Bien sûr, elle contient son lot de raccourcis et de facilités mais ils sont pour la plupart acceptables, en tout cas nettement plus que la précédente et la suivante qui, si ma mémoire est bonne, est assez extravagante sur bien des points. Je la reverrai et la chroniquerai en temps voulu.

Enfin, pour confirmer mon propos au sujet de la cohérence dans le troisième paragraphe de ce billet, les dernières minutes du dernier épisode sont directement liées à un événement de la quatrième saison tout et permet de rebondir vers la suivante, où de nombreuses interrogations se posent quant à son début. En 2006, il avait fallu attendre environ une année pour connaître le devenir incertain de Jack Bauer et l'attente était franchement motivante. Les scénaristes et les producteurs sont des petits malins.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…