Accéder au contenu principal

24 - saison 5

L'avantage de revoir les saisons de 24 quelques années après leur diffusion télévisuelle, est qu'elles peuvent être appréhendées en dehors de toute approche passionnelle et de tout commentaire mis sur les forums internet où sont systématiquement pointées du doigt les énormités et autres incohérences. 24 a eu son lot de critiques plus ou moins justifiées en son temps, et parfois elles ont pu biaiser mon point de vue. Il s'agit cependant de la seule série qui m'a donné entière satisfaction jusqu'à son excellente et récente neuvième saison. Le sujet de l'antiterrorisme, le personnage principal Jack Bauer (Kiefer Sutherland dont c'est LE rôle de sa carrière), l'action en temps réel, le suspense omniprésent, tout cet ensemble me plait beaucoup et continue à me plaire.

C'est avec le recul nécessaire que j'ai enchainé cette fois les vingt-quatre épisodes de cette cinquième saison, pour m'apercevoir que mis à part les postulats de départ, j'en avais peu de souvenirs alors qu'il s'agit en réalité de l'une des meilleures.

Des points tirés par les cheveux, cette cinquième saison en contient, comme les précédentes et celles qui suivront, mais rien ne m'est apparu franchement énorme ou laborieux, comme c'est parfois le cas. Ils sont, pour la plupart, véritablement acceptables et la cohérence qui lie jusqu'à présent les péripéties de Jack Bauer m'a sauté aux yeux. La descente aux enfers du personnage central de cette série imaginée par des scénaristes jouant continuellement à le malmener depuis la saison une continue, pour le plaisir du téléspectateur. L'évolution aurait certainement été moins intéressante si l'option prise dans les dernières minutes de la saison une avait été tout autre. Je pense aussi que 24 n'aurait pas duré autant d'années. Il est d'ailleurs question depuis peu d'une prochaine série dérivée. 

Cette cinquième saison commence par l'assassinat de personnages qui étaient jusqu'ici récurrents, et même importants, pour se prolonger au sein d'un complot à l'intérieur même des plus hautes sphères de l’État américain. Le président en personne, Charles Logan (Gregory Itzin), est directement partie prenante à ce complot . Dans la saison précédente, il n'était que vice-président et accédait au poste suprême après la mort du président Keeler dans le crash de Air Force One. Ainsi, en plus de paraitre illégitime car non élu par un vote, il se montre manipulateur et même instable car souvent à la limite de la crise de nerf. Quant à son comportement avec son épouse, il est odieux. Charles Logan n'a rien de la force morale de l'ancien président Jack Palmer ; mais ce contraste est évidemment voulu par les scénaristes.


La saison cinq de 24, en prenant l'allure d'un thriller politique haletant, apparait donc, avec la première, comme celle faisant le plus preuve de crédibilité . Bien sûr, elle contient son lot de raccourcis et de facilités mais ils sont pour la plupart acceptables, en tout cas nettement plus que la précédente et la suivante qui, si ma mémoire est bonne, est assez extravagante sur bien des points. Je la reverrai et la chroniquerai en temps voulu.

Enfin, pour confirmer mon propos au sujet de la cohérence dans le troisième paragraphe de ce billet, les dernières minutes du dernier épisode sont directement liées à un événement de la quatrième saison tout et permet de rebondir vers la suivante, où de nombreuses interrogations se posent quant à son début. En 2006, il avait fallu attendre environ une année pour connaître le devenir incertain de Jack Bauer et l'attente était franchement motivante. Les scénaristes et les producteurs sont des petits malins.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain (2013) - Amandine Dhée

"Elle est laide, aurait dit ma grand-mère lorsque je suis venue au monde.
C'est qu'il faut voir, tout juste sortie du ventre. Mes yeux qui débordent du visage sans jamais voir vraiment. Mes secousses du corps, impossibles à soulager.
Pesée, mesurée, testée. On me jette de petits coups d'yeux, on chuchote de moi. Les infirmières marchent feutré. Il fait chaud. Ça sent le produit de nettoyage et de soignage, le bonheur et la confusion.
Les visiteurs égarés ravalent leurs points d'interrogation. T'as eu mal ? T'es recousue ? T'as vu comme il est bizarre ton bébé ?"

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain est le récit d'une fille qui avance vers l'âge adulte, le regard posé sur le quotidien qui l'entoure, les gens, les codes de conduite en société, mais il y a toujours un "couac", un "hic" qui vient ternir le plaisir.
Le livre est plutôt court, l'écriture assez légère et l'ensemble est amusant et …