Accéder au contenu principal

Creed (2015) - Ryan Coogler


Mon grand-père, dans sa jeunesse, a été boxeur amateur. Dans les dernières années de sa vie, il entrainait des petits gars dans une salle de sport. Quand il regardait un match de boxe à la télévision, il était capable de compter les points pour chaque adversaire et son comptage était toujours conforme à ceux des juges officiels du match.

Ainsi mon grand-père, c'est un peu Mickey (Burgess Meredith), le vieil entraineur de Rocky dans les trois premiers films, toutes proportions gardées bien sûr. Et maintenant, toujours toutes proportions gardées, c'est un peu Rocky. En effet, Creed est le septième film où le personnage fétiche de Sylvester Stallone apparait. S'il n'est pas titré Rocky VII, c'est parce que, cette fois, Rocky est maintenant entraineur et c'est le propre fils de son premier adversaire qu'il coache.

Rocky Balboa, le sixième long métrage, était sensé être le dernier mais j'imagine que Stallone éprouve des difficultés à quitter le personnage qui a fait sa gloire. Les Rocky sont d'ailleurs une parabole de la carrière de Stallone, c'est une évidence.

Mais ce nouveau Rocky vaut-il le coup d'être vu ?

J'aurais souhaité une mise en scène un peu moins impersonnelle. Sylvester Stallone qui s'était chargé de la mise en scène du précédent opus, avait réussi quelque chose de plus viscéral. Cela dit, le personnage de l'étalon italien faisait son grand retour après avoir disparu des écrans de cinéma pendant une quinzaine d'années (et après un cinquième épisode assez décevant) et la nostalgie comme le plaisir de retrouver ce touchant personnage étaient à leur maximum, du moins en ce qui me concerne.

Il semble qu'une suite soit déjà en préparation mais j'ignore s'il est prévu que Rocky continue l'entrainement de Adonis Creed.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…