Accéder au contenu principal

Creed (2015) - Ryan Coogler


Mon grand-père, dans sa jeunesse, a été boxeur amateur. Dans les dernières années de sa vie, il entrainait des petits gars dans une salle de sport. Quand il regardait un match de boxe à la télévision, il était capable de compter les points pour chaque adversaire et son comptage était toujours conforme à ceux des juges officiels du match.

Ainsi mon grand-père, c'est un peu Mickey (Burgess Meredith), le vieil entraineur de Rocky dans les trois premiers films, toutes proportions gardées bien sûr. Et maintenant, toujours toutes proportions gardées, c'est un peu Rocky. En effet, Creed est le septième film où le personnage fétiche de Sylvester Stallone apparait. S'il n'est pas titré Rocky VII, c'est parce que, cette fois, Rocky est maintenant entraineur et c'est le propre fils de son premier adversaire qu'il coache.

Rocky Balboa, le sixième long métrage, était sensé être le dernier mais j'imagine que Stallone éprouve des difficultés à quitter le personnage qui a fait sa gloire. Les Rocky sont d'ailleurs une parabole de la carrière de Stallone, c'est une évidence.

Mais ce nouveau Rocky vaut-il le coup d'être vu ?

J'aurais souhaité une mise en scène un peu moins impersonnelle. Sylvester Stallone qui s'était chargé de la mise en scène du précédent opus, avait réussi quelque chose de plus viscéral. Cela dit, le personnage de l'étalon italien faisait son grand retour après avoir disparu des écrans de cinéma pendant une quinzaine d'années (et après un cinquième épisode assez décevant) et la nostalgie comme le plaisir de retrouver ce touchant personnage étaient à leur maximum, du moins en ce qui me concerne.

Il semble qu'une suite soit déjà en préparation mais j'ignore s'il est prévu que Rocky continue l'entrainement de Adonis Creed.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…