Accéder au contenu principal

Skyfall (2012) - Sam Mendes (second billet)


Skyfall est pour le moment le seul James Bond pour lequel je consacre un second article (voir la première chronique ICI). En effet, il était sorti au cinéma avant même que j'entame un nouveau marathon complet des films, cette fois avec les Blu-ray du coffret sorti pour les cinquante années cinématographiques du personnage de Ian Fleming ; et que ma famille m'avait offert.

Seconde chronique mais c'est déjà la cinquième fois que je vois Skyfall. Pour certains Bond, je dois bien comptabiliser une vingtaine de visionnages, si je ne les ai pas déjà dépassé ; et j'envisage déjà de revoir toute la série, cette fois en conversion 3D. Puisque c'est possible désormais avec la télévision 3D, pourquoi pas ? Cela peut être amusant de revoir de cette façon tous ces films vus et revus au delà du raisonnable, même si convertir une vidéo de cette manière ne donne pas un résultat aussi satisfaisant qu'un Blu-ray déjà en 3D.
 
Ces considérations mises à part, qu'en est-il aujourd'hui de ma vision de Skyfall que j'avais vite considéré comme le meilleur des Bond quelques jours après l'avoir vu au cinéma en 2012 ? Ce fut même un petit bouleversement intellectuel en ce qui me concerne, car je considérais Thunderball comme le meilleur des Bond depuis une bonne quinzaine d'années et ce statut que je lui attribuais me semblait indétrônable.

Skyfall, non tiré d'un livre de Ian Fleming, en est pourtant d'une fidélité qui force le respect. A ce sujet, il me semble que c'est la première fois qu'est évoqué le fait que James Bond est orphelin. L'apparition de la pierre tombale de ses parents (Andrew Bond, Monique Delacroix Bond) sur leur propriété écossaise, même s'il s'agit d'une création pour le cinéma, est une formidable surprise, comme pour tous les lecteurs de Ian Fleming, je pense.

Cinquante années de cinéma, vingt-deux films, six interprètes, une situation unique dans le septième art, et enfin James Bond bénéficie d'une production qui le sort des ambiances et des productions de série B qui ont surtout eu cours pendant la trop longue période de Roger Moore. Sam Mendes a un véritable regard artistique sur son travail, les couleurs et leur intensité changent en fonction des lieux par exemple.

Avec Skyfall, le Commander 007 entre dans la cour des grands avec le sérieux qui lui est du. C'était une nécessité. Je ne voyais pas Bond résister encore très longtemps face à la tournure prise par les productions grand public, les mastodontes qui déferlent depuis le début des années deux milles dans les salles obscures.

Casino Royale témoignait d'une prise de conscience et Skyfall en est l'éclatant aboutissement. En prenant le contrepied de ce qui se produit, James Bond gagne en indépendance, en sérieux et en crédibilité.

Skyfall est toujours ce Bond exceptionnel qui me happe de la première à la dernière minute.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…