Accéder au contenu principal

Skyfall (2012) - Sam Mendes (second billet)


Skyfall est pour le moment le seul James Bond pour lequel je consacre un second article (voir la première chronique ICI). En effet, il était sorti au cinéma avant même que j'entame un nouveau marathon complet des films, cette fois avec les Blu-ray du coffret sorti pour les cinquante années cinématographiques du personnage de Ian Fleming ; et que ma famille m'avait offert.

Seconde chronique mais c'est déjà la cinquième fois que je vois Skyfall. Pour certains Bond, je dois bien comptabiliser une vingtaine de visionnages, si je ne les ai pas déjà dépassé ; et j'envisage déjà de revoir toute la série, cette fois en conversion 3D. Puisque c'est possible désormais avec la télévision 3D, pourquoi pas ? Cela peut être amusant de revoir de cette façon tous ces films vus et revus au delà du raisonnable, même si convertir une vidéo de cette manière ne donne pas un résultat aussi satisfaisant qu'un Blu-ray déjà en 3D.
 
Ces considérations mises à part, qu'en est-il aujourd'hui de ma vision de Skyfall que j'avais vite considéré comme le meilleur des Bond quelques jours après l'avoir vu au cinéma en 2012 ? Ce fut même un petit bouleversement intellectuel en ce qui me concerne, car je considérais Thunderball comme le meilleur des Bond depuis une bonne quinzaine d'années et ce statut que je lui attribuais me semblait indétrônable.

Skyfall, non tiré d'un livre de Ian Fleming, en est pourtant d'une fidélité qui force le respect. A ce sujet, il me semble que c'est la première fois qu'est évoqué le fait que James Bond est orphelin. L'apparition de la pierre tombale de ses parents (Andrew Bond, Monique Delacroix Bond) sur leur propriété écossaise, même s'il s'agit d'une création pour le cinéma, est une formidable surprise, comme pour tous les lecteurs de Ian Fleming, je pense.

Cinquante années de cinéma, vingt-deux films, six interprètes, une situation unique dans le septième art, et enfin James Bond bénéficie d'une production qui le sort des ambiances et des productions de série B qui ont surtout eu cours pendant la trop longue période de Roger Moore. Sam Mendes a un véritable regard artistique sur son travail, les couleurs et leur intensité changent en fonction des lieux par exemple.

Avec Skyfall, le Commander 007 entre dans la cour des grands avec le sérieux qui lui est du. C'était une nécessité. Je ne voyais pas Bond résister encore très longtemps face à la tournure prise par les productions grand public, les mastodontes qui déferlent depuis le début des années deux milles dans les salles obscures.

Casino Royale témoignait d'une prise de conscience et Skyfall en est l'éclatant aboutissement. En prenant le contrepied de ce qui se produit, James Bond gagne en indépendance, en sérieux et en crédibilité.

Skyfall est toujours ce Bond exceptionnel qui me happe de la première à la dernière minute.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …