Accéder au contenu principal

Age of heroes (2011) - Adrian Vitoria


La seule raison pour laquelle je me suis intéressé à ce Age of heroes est qu'un des acteurs (James D'Arcy) interprète Ian Fleming, c'est-à-dire celui à qui nous devons l'espion britannique, James Bond 007. L'action prend place pendant la seconde guerre mondiale à la création du 30 Assault Unit. L'histoire veut que ce soit Ian Fleming qui en soit à l'origine.

Le personnage de Ian Fleming, ici, est en réalité secondaire puisque le film s'attache surtout à suivre l'unité militaire qu'il a initié au cours d'une mission en Norvège. Que cette mission ait réellement existé ou pas, je n'en ai aucune idée mais il est clair que le film ne dispose pas des moyens de ses ambitions. La photographie est pauvre, la mise en scène plutôt plate et le scénario n'offre aucun suspense ou de rebondissements palpitants.

Décidément, lorsque Ian Fleming est utilisé dans une œuvre, c'est une déception. J'avais ainsi soigneusement évité de dire ici ce que j'ai pensé de la mini série Fleming : The man who would be Bond après sa diffusion sur Arte, car pourtant prometteuse et réalisée avec soin, elle se concluait dans l'absurdité la plus complète.

Il existe aussi deux téléfilms plus anciens. Le premier s'intitule Goldeneye (comme le Bond de 1995 mais surtout comme le nom de la propriété de Fleming en Jamaïque) avec Charles Dance dans le rôle de l'écrivain et le second The secret life of Ian Fleming avec Jason Connery (le propre fils de Sean) pour le même rôle. Si dans mes souvenirs, le premier semblait plutôt conforme à la réalité des faits, il était d'un ennui mortel. Quant à l'autre, c'était du grand n'importe quoi.

Finalement, rien ne vaut une biographie écrite avec le sérieux requis. J'avais commencé la lecture de celle rédigée par Andrew Lycett mais n'étant pas traduite, j'ai du faire face à un anglais qui m'a assez vite rebuté. Comme je n'aime pas rester sur un goût d'échec, je la reprendrai un jour ou l'autre.

En France et en français, nous avons le livre de Jacques Layani, On ne lit que deux fois Ian Fleming. Très intéressant, il contient des éléments biographiques comme des éléments d'analyse de l’œuvre de l'écrivain. J'avais, il y a quelque temps, rédigé une chronique que vous pouvez retrouver ICI.

Pour revenir à Age of heroes et conclure, vous l'aurez compris, je n'ai pas grand chose à en dire car c'est loin d'être un bon film de guerre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

.

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …