Accéder au contenu principal

Casino Royale (2006) - Martin Campbell


A l'annonce de l'arrivée de Daniel Craig dans le rôle de James Bond, je dois bien reconnaitre que j'étais dubitatif, l'acteur étant physiquement très éloigné de son prédécesseur, Pierce Brosnan. Je n'ai pas voulu préjuger avant de voir Casino Royale et à la fin du film, un constat s'imposait : Daniel Craig est James Bond ; et aujourd'hui, après quatre films, je peux affirmer qu'il en est même le meilleur interprète. Je me souviens des commentaires désobligeants, parfois violents et agressifs, dont il a fait l'objet au moment de la sortie de ce film. C'était parfaitement injuste.

D'ailleurs aujourd'hui, où sont passés les auteurs de cette diatribe ? Ils ont commencé à se calmer après la sortie de Casino Royale, ont tenté de revenir à la charge au moment de Quantum of solace (car il est vrai que c'est une déception pour beaucoup de monde) et se sont définitivement tus face à la réussite, tant artistique que commerciale, que représente Skyfall ; et SPECTRE récemment sorti confirme l'indéniable apport de Craig à 007.

Casino Royale emprunte la voie ouverte par Batman begins l'année précédente. Il s'agit d'un reboot, un concept plutôt nouveau il y a à peine dix ans et c'est ce qui pouvait arriver de mieux au personnage de Ian Fleming. En effet, après quarante ans d'aventures au compteur, il devenait difficile de les rendre cohérentes entre elles et de donner à James Bond un passé crédible et solide.

Laissons donc de côté les films précédents et repartons de bon pied, au moment où James Bond obtient son matricule 007. Et pour mettre en scène ce nouveau départ, quoi de mieux que le premier livre écrit par Ian Fleming dont EON venait seulement de récupérer les droits (situation paradoxale due à des conflits juridiques remontant aux années cinquante expliquant la modeste adaptation télévisuelle de 1954 et une lourdingue parodie cinématographique de 1967) ?

Casino Royale se veut fidèle au roman d'origine. Bien sûr, le propos a été actualisé, des ajouts ont été insérés mais la trame est bel et bien là, à tel point que j'ai anticipé l'arrivée d'un des éléments clés de l'intrigue révélé dans le dernier acte du film. Ce ne fut en rien une déception, bien au contraire, car après les délires de Die another day, James Bond opérait un intéressant retour à Fleming. C'est d'ailleurs là que l'idée de le relire a commencé à germer dans mon esprit et que j'ai concrétisée par la suite, en témoignent les différents sujets consacrés à chacun de ses livres dans ce blog.

Revoir Casino Royale après SPECTRE est une expérience intéressante car le dernier James Bond en date effectue un lien entre tous ceux où joue Daniel Craig. Je ne suis pas certain que cette idée était prévue dès 2006 mais elle offre une nouvelle grille de lecture à la période Craig et permettra peut-être de reconsidérer à la hausse le décevant Quantum of solace. On se dit constamment que derrière tout cela se cache en réalité l'organisation criminelle SPECTRE et son chef suprême, Ernst Stavro Blofeld, c'est-à-dire l'ultime ennemi de James Bond (cf. les livres de Ian Fleming où l'espion affronte le SPECTRE et les premiers films avec Sean Connery et George Lazenby).

Le film est récent mais une nouvelle fois j'ai été surpris par la qualité de l'image du Blu-ray, découvrant des détails encore jamais observés sur les précédents supports (cinéma, DVD) au sein d'une harmonie de couleurs très agréable. Un vrai plaisir, une fois de plus.

Commentaires

  1. Je suis persuadé que le cinquième Craig, qui sortira un jour, "verrouillera" en quelque sorte l'ensemble de cette période. On observera alors avec le recul nécessaire ce qu'il aura apporté : tout. Tout ce qui aura été nécessaire pour que Craig devienne l'acteur numéro 1, devançant même Sean Connery (à ceci près que Connery demeurera le créateur du rôle, évidemment), et pour que la série puisse être relancée, effaçant par la force et la modernité de la période Craig tout ce qui aura été fait auparavant. Bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'idée d'un "verrouillage" me plait assez. La période Craig est la plus intéressante, indéniablement.

      Supprimer
  2. Hello Gaspard,
    je suis tombé par hasard sur ton blog, j'en tiens un ouvert depuis la parution de mon 1er bouquin sur le tournage en Suisse de "Au service secret de Sa Majesté" également sur blogspot... j'ai cliqué sur "blog suivant" et je suis tombé sur le tien!
    je fais également parti du CJBF, je me demande si -à te lire- on ne s'est pas croisé à l'avant première de SPECTRE à Paris...
    Amitiés bondiennes

    Pierre H.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pierre H,
      Non, je ne suis pas allé à l'avant première de SPECTRE à Paris.
      Quoi qu'il en soit,
      Bienvenue ici !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…