Accéder au contenu principal

Gravé dans le sable (2014) - Michel Bussi

"6 juin 1944, Omaha Beach, la Pointe-Guillaume

La péniche ouvrit son ventre. Les cent quatre-vingt-huit rangers plongèrent dans l'eau froide puis se dispersèrent rapidement. Vus du haut de la Pointe-Guillaume, ils n'étaient guère plus grands que des fourmis sur une nappe froissée.
Difficiles à viser.
Lucky Marry parvint le premier sur la plage, à peine essoufflé. Il s'allongea dans le sable humide, protégé par un petit bloc de granit et la lourde caisse d'explosifs qu'il posa devant lui. Il entendit des bruits de pas rapides dans son dos et un souffle court. Ralph Finn se jeta lui aussi derrière l'abri de fortune.
Vivant !
Il regarda un instant la Pointe-Guillaume, tout en haut dans la brume, puis le mur de béton, cinquante mètres devant eux. Il sourit à Lucky, un sourire de brave type pris dans la tourmente du monde, et pourtant prêt à se comporter en héros anonyme.
Une explosion retentit à moins de dix mètres d'eux. Sans un cri. Des nuages de sable mouillé s'élevèrent. Alan Woe surgit du brouillard et s'allongea à côté de Lucky et Ralph.
Vivant lui aussi !
Son regard s'enfonça dans celui de Lucky. Un regard calme, empreint de sagesse. Un supplément d'humanité. A quoi cela lui servait, ici ?

- Un ! hurla le lieutenant Dean.
Immédiatement, comme des machines bien entraînées, Lucky, Ralph, Alan pointèrent leurs armes en direction de la Pointe-Guillaume et tirèrent. La mitraille devint assourdissante. Une pluie de balles s'abattit sur le blockhaus juché au sommet du piton rocheux. Tout en visant, Lucky se forçait à penser à Alice. Il s'en sortirait, grâce à elle, comme toujours.
Un hurlement déchira le vacarme des détonations. Le malheureux Benjamin Yves n'était pas allé loin." 

Curieux et surprenant roman que ce Gravé dans le sable, le premier écrit par Michel Bussi et paru une première fois sous le titre Omaha crimes. Débutant le jour du débarquement au sein de la violence des combats de ce 6 juin 1944, ce n'est pourtant pas un récit de guerre puisque très rapidement l'intrigue se développera une vingtaine d'années plus tard en Normandie mais aussi à Washington où Alice, l'ancienne fiancée d'un soldat américain mort au front, apprend qu'elle aurait dû toucher un pactole en raison d'un "contrat" passé entre son fiancé et un autre vétéran avant les affrontements. Alice décide alors de se lancer dans une enquête où elle va croiser d'anciens soldats, un détective privé, une sénatrice autoritaire, un tueur, et tout cela dans une histoire assez singulière de par sa construction et qui témoigne de l'intelligence de son auteur.

L'une des forces de l'écriture de Michel Bussi est d'alterner les points de vue en fonction des personnes en présence et de ce qu'ils vivent. Cette façon d'écrire rend le récit intéressant, vivant, et d'autant plus que les personnages sont assez originaux, à l'image de ce coiffeur tueur à gage qu'une sénatrice américaine conservatrice embauche dans une séquence qui apparait comme un malentendu.

Il y a ainsi beaucoup d'ironie dans tout ce que narre Michel Bussi, ce qui m'a valu plusieurs fous rires. L'ironie semble être également de mise dans l'enchaînement des situations, des plages du débarquement jusqu'aux États-Unis des années soixante et la Normandie des soixante-dix... où tout est constamment et intimement lié par un destin qui semble se jouer des protagonistes. Et pourtant, malgré cette ironie, l'auteur est régulièrement capable de saisir le lecteur par des moments d'une forte intensité dramatique.

Ce qui se joue en 1944 à partir d'un simple tirage au sort et qui touche plusieurs personnes, plusieurs familles, en France comme aux Etats-Unis, aura des répercussions jusqu'au début des années quatre-vingt-dix. Au sein de la grande histoire s'en jouent des petites qui font finalement la grande et réciproquement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…