Accéder au contenu principal

Gravé dans le sable (2014) - Michel Bussi

"6 juin 1944, Omaha Beach, la Pointe-Guillaume

La péniche ouvrit son ventre. Les cent quatre-vingt-huit rangers plongèrent dans l'eau froide puis se dispersèrent rapidement. Vus du haut de la Pointe-Guillaume, ils n'étaient guère plus grands que des fourmis sur une nappe froissée.
Difficiles à viser.
Lucky Marry parvint le premier sur la plage, à peine essoufflé. Il s'allongea dans le sable humide, protégé par un petit bloc de granit et la lourde caisse d'explosifs qu'il posa devant lui. Il entendit des bruits de pas rapides dans son dos et un souffle court. Ralph Finn se jeta lui aussi derrière l'abri de fortune.
Vivant !
Il regarda un instant la Pointe-Guillaume, tout en haut dans la brume, puis le mur de béton, cinquante mètres devant eux. Il sourit à Lucky, un sourire de brave type pris dans la tourmente du monde, et pourtant prêt à se comporter en héros anonyme.
Une explosion retentit à moins de dix mètres d'eux. Sans un cri. Des nuages de sable mouillé s'élevèrent. Alan Woe surgit du brouillard et s'allongea à côté de Lucky et Ralph.
Vivant lui aussi !
Son regard s'enfonça dans celui de Lucky. Un regard calme, empreint de sagesse. Un supplément d'humanité. A quoi cela lui servait, ici ?

- Un ! hurla le lieutenant Dean.
Immédiatement, comme des machines bien entraînées, Lucky, Ralph, Alan pointèrent leurs armes en direction de la Pointe-Guillaume et tirèrent. La mitraille devint assourdissante. Une pluie de balles s'abattit sur le blockhaus juché au sommet du piton rocheux. Tout en visant, Lucky se forçait à penser à Alice. Il s'en sortirait, grâce à elle, comme toujours.
Un hurlement déchira le vacarme des détonations. Le malheureux Benjamin Yves n'était pas allé loin." 

Curieux et surprenant roman que ce Gravé dans le sable, le premier écrit par Michel Bussi et paru une première fois sous le titre Omaha crimes. Débutant le jour du débarquement au sein de la violence des combats de ce 6 juin 1944, ce n'est pourtant pas un récit de guerre puisque très rapidement l'intrigue se développera une vingtaine d'années plus tard en Normandie mais aussi à Washington où Alice, l'ancienne fiancée d'un soldat américain mort au front, apprend qu'elle aurait dû toucher un pactole en raison d'un "contrat" passé entre son fiancé et un autre vétéran avant les affrontements. Alice décide alors de se lancer dans une enquête où elle va croiser d'anciens soldats, un détective privé, une sénatrice autoritaire, un tueur, et tout cela dans une histoire assez singulière de par sa construction et qui témoigne de l'intelligence de son auteur.

L'une des forces de l'écriture de Michel Bussi est d'alterner les points de vue en fonction des personnes en présence et de ce qu'ils vivent. Cette façon d'écrire rend le récit intéressant, vivant, et d'autant plus que les personnages sont assez originaux, à l'image de ce coiffeur tueur à gage qu'une sénatrice américaine conservatrice embauche dans une séquence qui apparait comme un malentendu.

Il y a ainsi beaucoup d'ironie dans tout ce que narre Michel Bussi, ce qui m'a valu plusieurs fous rires. L'ironie semble être également de mise dans l'enchaînement des situations, des plages du débarquement jusqu'aux États-Unis des années soixante et la Normandie des soixante-dix... où tout est constamment et intimement lié par un destin qui semble se jouer des protagonistes. Et pourtant, malgré cette ironie, l'auteur est régulièrement capable de saisir le lecteur par des moments d'une forte intensité dramatique.

Ce qui se joue en 1944 à partir d'un simple tirage au sort et qui touche plusieurs personnes, plusieurs familles, en France comme aux Etats-Unis, aura des répercussions jusqu'au début des années quatre-vingt-dix. Au sein de la grande histoire s'en jouent des petites qui font finalement la grande et réciproquement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…