Accéder au contenu principal

The man with the golden gun (1974) - Guy Hamilton


Après la blaxploitation (Live and let die), c'est derrière les films de karaté que court The man with the golden gun. Alors que le roman se situe en Jamaïque, l'action est ici transposée en Asie et l'histoire a été considérablement remaniée. De l'intrigue simple mais efficace écrite par Ian Fleming, l'affrontement James Bond/Francisco Scaramanga est ici parasité par divers éléments sans grand intérêt comme l'intrigue qui tourne autour du Sol-X, un petit appareil qui permettrait d'utiliser l'énergie solaire à la place du pétrole. Il est vrai que le premier choc pétrolier est passé par là entre temps mais dans le contexte de l'histoire ici, c'est  franchement hors sujet. Il faut aussi supporter un Nick Nack (Hervé Villechaize) qui braille et rit à tout va, une Mary Goodnight (Britt Ekland) qui représente la caricature de la James Bond girl bête et jolie et qui sera littéralement mise au placard par James Bond pour qu'il puisse accueillir dans son lit Andrea Anders (Maud Adams), l'amante de Scaramanga (est-il besoin de souligner la bêtise d'une telle situation dans un James Bond ?). Le film est aussi alourdi par un humour parfois à la limite du graveleux et surtout par le retour impromptu de l'insupportable shérif J. W Pepper accompagné cette fois de sa stupide bonne femme.

Que penser également de cette voiture volante pilotée par Scaramanga avec Mary Goodnight enfermée dans le coffre qu'elle ouvrira en plein vol ? C'est n'importe quoi.

Concernant les scènes de kung-fu, ce James Bond n'a pas représenté une concurrence sérieuse au genre tant la plupart des combats que l'on peut voir semblent sortis des plus mauvais représentants de la catégorie.

On aurait pu se réjouir du retour de John Barry à la bande originale mais il livre l'une de ses plus mauvaises compositions. La chanson titre interprétée par une certaine Lulu, une ancienne chanteuse disco-pop totalement oubliée depuis un bon moment déjà, est difficilement écoutable.

Au milieu de cette catastrophe, The man with the golden gun offre pourtant une cascade franchement surprenante : la rotation d'une voiture à 360 degrés alors qu'elle décolle au-dessus d'une rivière pour retomber de l'autre côté sur ses quatre roues ; et évidemment, il n'y a aucune manipulation numérique, le saut a été effectué en réel. Mais pourquoi avoir gâché la surprise par un ridicule bruit de sifflet ?

Malgré cette longue liste d'éléments parasites (et il y en a encore beaucoup d'autres), on peut quand même affirmer qu'avoir confié le rôle de Francisco Scaramanga à Christopher Lee était une bonne idée (peut-être la seule du film d'ailleurs), le charisme de l'acteur constituant une parfaite opposition à ce que représente désormais James Bond. Roger Moore semble plus à l'aise également, moins encombré par le costume de l'agent secret ; mais pourquoi avoir de nouveau choisi Guy Hamilton pour la mise en scène ? En effet, celui-ci se montre plus mauvais que jamais dans un format 1,37:1 dépassé. De toute façon, vu le peu de talent du réalisateur, il n'y a pas grand chose à filmer en cinémascope.

Concernant le bluray, la qualité de l'image ne déroge pas à la règle constatée depuis Dr No, elle est tout simplement très belle.


Commentaires

  1. L'Homme au pistolet d'or aurait pu donner un film simple, sec, âpre. Comme le roman. Cruel comme Francisco "Pistol" Scaramanga. Un film "sans graisse", comme on ne disait pas encore. Au lieu de cela, c'est un film gras, compliqué, même pas acidulé. Voilà ce que c'est que de vouloir toujours courir après l'actualité pour que les Bond ne se démodent pas. Ici, la recherche de nouvelles énergies.
    Oui, le choix de Christopher Lee était une bonne idée, mais il y a malheureusement Moore, en face de lui. Et puis, il y a aussi le fait que, décidément, avec Pepper, on sombre non seulement dans l'imbécillité mais surtout dans la vulgarité. Or, l'univers de Fleming n'est jamais vulgaire, en aucun cas. En cela, L'Homme au pistolet d'or est un contresens.

    RépondreSupprimer
  2. Un film "sans graisse", voilà une expression que je ne connaissais pas. Les deux premiers Moore sont détestables, vulgaires oui. Quel gâchis !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Magnum Force (1973) - Ted Post

Malgré les foudres qui se sont abattues sur Dirty Harry en 1971, Clint Eastwood récidive deux ans plus tard avec ce Magnum Force où il enfile à nouveau le costume de l'inspecteur Harry Callahan. Je pourrais, comme beaucoup (trop) d'autres expliquer que cette suite est une réponse au supposé fascisme du personnage et du film précédent parce que l'inspecteur se trouve confronté à des flics qui n'hésitent pas à assassiner toutes sortes de délinquants, mafieux, proxénètes et autres individus responsables de tous les maux de la société et que Harry est loin d'approuver leurs méthodes.


Mais je ne ferais que répéter un discours qui m'inscrirait dans une chaîne moutonnière sans faire preuve du moindre esprit critique. Alors non. Quand on s'apprête à regarder un film dont les affiches mettent en évidence un Clint Eastwood brandissant un énorme revolver vers le public en exagérant délibérément la perspective, il ne faut pas s'attendre à un spectacle des plus tol…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Montreuil sur Mer & On her Majesty's secret service (Ian Fleming, 1963)

"160, 170, 180. Il ne gagnait pas de terrain. Il se pencha vers le tableau de bord et pressa un bouton rouge. La plainte aigüe de la mécanique lui déchira les tympans et la Bentley fit un bond en avant. 190, 200. Cette fois la distance qui le séparait du cabriolet diminua : 50 mètres, 40, 30 ! Maintenant, il pouvait apercevoir les yeux de la fille dans le rétroviseur de la Lancia. Mais la route allait cesser d'être bonne : un de ces points d'exclamation, qui en France, signalent un danger, surgit sur la droite. Puis, après une côte, apparurent le clocher d'une église et les maisons d'un petit village, tassées en bas d'une colline abrupte.
Les deux voitures ralentirent, 140, 130, 120. Bond vit les feux stop du cabriolet s'éclairer un instant, la main droite de la fille chercha au plancher le levier de vitesse, presque en même temps que lui. Ils étaient maintenant dans le virage en S. La route était pavée et Bond, tout en se cramponnant à son volant pour gar…