Accéder au contenu principal

Il grande silenzio (1968) - Sergio Corbucci

Je concluais mon article au sujet de Django en promettant que tôt ou tard j'en rédigerai un autre sur Il grande silenzio, un autre western du même Sergio Corbucci. Django, pourtant déjà d'une grande noirceur, le metteur en scène fera encore plus désespéré deux ans plus tard avec ce film où l'éclatante blancheur des paysages enneigés tranche avec la lourdeur de l'atmosphère et la violence qui s'y exprime.

Nous sommes à Snowhill, une bourgade perdue dans les montagnes de l'Utah où une bande de chasseurs de primes dirigée par l'impitoyable Tigrero (Klaus Kinski) règne en maître en terrorisant les hors-la-loi et leurs proches. Les hors-la-loi en question ne sont en réalité que de pauvres gens contraints de voler pour se nourrir, faute de travail et d'argent. Le gouverneur de l'Utah qui s'apprête à les amnistier envoie le shérif Burnett (Frank Wolff) afin de mettre un terme aux exactions des chasseurs de primes. Parallèlement, arrive Silence (Jean-Louis Trintignant), embauché par Pauline (Vonetta McGee) pour qu'il liquide Tigrero, ce dernier ayant tué son mari pour toucher la prime.

Dans Il grande silenzio, les hors-la-loi ne sont que de braves gens amenés à voler pour se nourrir parce qu'il n'y a pas de travail. Cette situation est maintenue par les banquiers, les marchands et autres usuriers car elle leur permet d'accumuler biens et richesses notamment en touchant un pourcentage sur les primes des personnes recherchées. C'est le personnage de Pollicut (Luigi Pistilli) qui remplit cette fonction, peut-être de façon un peu caricaturale puisqu'il est à la fois banquier, commerçant et juge de paix. C'est lui qui met les têtes à prix. Il est donc directement intéressé par la mise en place d'un système qui créé ces soit disant hors-la-loi et on apprendra même qu'il a fait du mari de Pauline l'un d'eux dans le but d'avoir la veuve pour lui. Je dois bien reconnaître que j'adhère assez à cette façon de voir le fonctionnement de la société. A travers Il grande silenzio, Sergio Corbucci nous expose sa vision de la société. Il nous dit que la pauvreté et le chômage sont entretenus pour maintenir les gens dans la peur du lendemain, pour remplir les poches des rentiers qui peuvent ainsi jouir dans le luxe et la luxure. Quant aux autres, il ne leur reste plus qu'à se débrouiller comme ils peuvent et au moindre faux pas, ils sont poursuivis et condamnés.

L'arrivée de Silence, le héros, devrait normalement mettre un terme à cette situation.

Attention, spoilers importants sur la fin du film

Pourtant, la fin ne voit pas le classique triomphe du pistolero. Silence sera abattu, criblé de balles par les chasseurs de primes, laissant le spectateur stupéfait devant tant de nihilisme et de désespérance.

Fin des spoilers

Moins connu que Django, Il grande silenzio est pourtant plus abouti et mieux fini, Sergio Corbucci semblant ici faire nettement moins appel à l'improvisation en cours de tournage, ce qui permet d'obtenir un scénario plus intéressant et une mise en scène affinée.

Yves Swolfs rendra hommage à Il grande silenzio avec sa bande dessinée Les chiens meurent en hiver, premier tome de son excellente série Durango (qui compte aujourd'hui 16 tomes) très inspirée par le western italien.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…