Accéder au contenu principal

Il grande silenzio (1968) - Sergio Corbucci

Je concluais mon article au sujet de Django en promettant que tôt ou tard j'en rédigerai un autre sur Il grande silenzio, un autre western du même Sergio Corbucci. Django, pourtant déjà d'une grande noirceur, le metteur en scène fera encore plus désespéré deux ans plus tard avec ce film où l'éclatante blancheur des paysages enneigés tranche avec la lourdeur de l'atmosphère et la violence qui s'y exprime.

Nous sommes à Snowhill, une bourgade perdue dans les montagnes de l'Utah où une bande de chasseurs de primes dirigée par l'impitoyable Tigrero (Klaus Kinski) règne en maître en terrorisant les hors-la-loi et leurs proches. Les hors-la-loi en question ne sont en réalité que de pauvres gens contraints de voler pour se nourrir, faute de travail et d'argent. Le gouverneur de l'Utah qui s'apprête à les amnistier envoie le shérif Burnett (Frank Wolff) afin de mettre un terme aux exactions des chasseurs de primes. Parallèlement, arrive Silence (Jean-Louis Trintignant), embauché par Pauline (Vonetta McGee) pour qu'il liquide Tigrero, ce dernier ayant tué son mari pour toucher la prime.

Dans Il grande silenzio, les hors-la-loi ne sont que de braves gens amenés à voler pour se nourrir parce qu'il n'y a pas de travail. Cette situation est maintenue par les banquiers, les marchands et autres usuriers car elle leur permet d'accumuler biens et richesses notamment en touchant un pourcentage sur les primes des personnes recherchées. C'est le personnage de Pollicut (Luigi Pistilli) qui remplit cette fonction, peut-être de façon un peu caricaturale puisqu'il est à la fois banquier, commerçant et juge de paix. C'est lui qui met les têtes à prix. Il est donc directement intéressé par la mise en place d'un système qui créé ces soit disant hors-la-loi et on apprendra même qu'il a fait du mari de Pauline l'un d'eux dans le but d'avoir la veuve pour lui. Je dois bien reconnaître que j'adhère assez à cette façon de voir le fonctionnement de la société. A travers Il grande silenzio, Sergio Corbucci nous expose sa vision de la société. Il nous dit que la pauvreté et le chômage sont entretenus pour maintenir les gens dans la peur du lendemain, pour remplir les poches des rentiers qui peuvent ainsi jouir dans le luxe et la luxure. Quant aux autres, il ne leur reste plus qu'à se débrouiller comme ils peuvent et au moindre faux pas, ils sont poursuivis et condamnés.

L'arrivée de Silence, le héros, devrait normalement mettre un terme à cette situation.

Attention, spoilers importants sur la fin du film

Pourtant, la fin ne voit pas le classique triomphe du pistolero. Silence sera abattu, criblé de balles par les chasseurs de primes, laissant le spectateur stupéfait devant tant de nihilisme et de désespérance.

Fin des spoilers

Moins connu que Django, Il grande silenzio est pourtant plus abouti et mieux fini, Sergio Corbucci semblant ici faire nettement moins appel à l'improvisation en cours de tournage, ce qui permet d'obtenir un scénario plus intéressant et une mise en scène affinée.

Yves Swolfs rendra hommage à Il grande silenzio avec sa bande dessinée Les chiens meurent en hiver, premier tome de son excellente série Durango (qui compte aujourd'hui 16 tomes) très inspirée par le western italien.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…