Accéder au contenu principal

Il grande silenzio (1968) - Sergio Corbucci

Je concluais mon article au sujet de Django en promettant que tôt ou tard j'en rédigerai un autre sur Il grande silenzio, un autre western du même Sergio Corbucci. Django, pourtant déjà d'une grande noirceur, le metteur en scène fera encore plus désespéré deux ans plus tard avec ce film où l'éclatante blancheur des paysages enneigés tranche avec la lourdeur de l'atmosphère et la violence qui s'y exprime.

Nous sommes à Snowhill, une bourgade perdue dans les montagnes de l'Utah où une bande de chasseurs de primes dirigée par l'impitoyable Tigrero (Klaus Kinski) règne en maître en terrorisant les hors-la-loi et leurs proches. Les hors-la-loi en question ne sont en réalité que de pauvres gens contraints de voler pour se nourrir, faute de travail et d'argent. Le gouverneur de l'Utah qui s'apprête à les amnistier envoie le shérif Burnett (Frank Wolff) afin de mettre un terme aux exactions des chasseurs de primes. Parallèlement, arrive Silence (Jean-Louis Trintignant), embauché par Pauline (Vonetta McGee) pour qu'il liquide Tigrero, ce dernier ayant tué son mari pour toucher la prime.

Dans Il grande silenzio, les hors-la-loi ne sont que de braves gens amenés à voler pour se nourrir parce qu'il n'y a pas de travail. Cette situation est maintenue par les banquiers, les marchands et autres usuriers car elle leur permet d'accumuler biens et richesses notamment en touchant un pourcentage sur les primes des personnes recherchées. C'est le personnage de Pollicut (Luigi Pistilli) qui remplit cette fonction, peut-être de façon un peu caricaturale puisqu'il est à la fois banquier, commerçant et juge de paix. C'est lui qui met les têtes à prix. Il est donc directement intéressé par la mise en place d'un système qui créé ces soit disant hors-la-loi et on apprendra même qu'il a fait du mari de Pauline l'un d'eux dans le but d'avoir la veuve pour lui. Je dois bien reconnaître que j'adhère assez à cette façon de voir le fonctionnement de la société. A travers Il grande silenzio, Sergio Corbucci nous expose sa vision de la société. Il nous dit que la pauvreté et le chômage sont entretenus pour maintenir les gens dans la peur du lendemain, pour remplir les poches des rentiers qui peuvent ainsi jouir dans le luxe et la luxure. Quant aux autres, il ne leur reste plus qu'à se débrouiller comme ils peuvent et au moindre faux pas, ils sont poursuivis et condamnés.

L'arrivée de Silence, le héros, devrait normalement mettre un terme à cette situation.

Attention, spoilers importants sur la fin du film

Pourtant, la fin ne voit pas le classique triomphe du pistolero. Silence sera abattu, criblé de balles par les chasseurs de primes, laissant le spectateur stupéfait devant tant de nihilisme et de désespérance.

Fin des spoilers

Moins connu que Django, Il grande silenzio est pourtant plus abouti et mieux fini, Sergio Corbucci semblant ici faire nettement moins appel à l'improvisation en cours de tournage, ce qui permet d'obtenir un scénario plus intéressant et une mise en scène affinée.

Yves Swolfs rendra hommage à Il grande silenzio avec sa bande dessinée Les chiens meurent en hiver, premier tome de son excellente série Durango (qui compte aujourd'hui 16 tomes) très inspirée par le western italien.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain (2013) - Amandine Dhée

"Elle est laide, aurait dit ma grand-mère lorsque je suis venue au monde.
C'est qu'il faut voir, tout juste sortie du ventre. Mes yeux qui débordent du visage sans jamais voir vraiment. Mes secousses du corps, impossibles à soulager.
Pesée, mesurée, testée. On me jette de petits coups d'yeux, on chuchote de moi. Les infirmières marchent feutré. Il fait chaud. Ça sent le produit de nettoyage et de soignage, le bonheur et la confusion.
Les visiteurs égarés ravalent leurs points d'interrogation. T'as eu mal ? T'es recousue ? T'as vu comme il est bizarre ton bébé ?"

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain est le récit d'une fille qui avance vers l'âge adulte, le regard posé sur le quotidien qui l'entoure, les gens, les codes de conduite en société, mais il y a toujours un "couac", un "hic" qui vient ternir le plaisir.
Le livre est plutôt court, l'écriture assez légère et l'ensemble est amusant et …