Accéder au contenu principal

Le Touquet - British Week : Week-end James Bond des 8 et 9 octobre 2011

Palais des Congrès - Entrée

Pour la deuxième fois, Le Touquet organise la British Week. Débutée le samedi 8 octobre, elle s'achève dimanche prochain. La station se met "à l'heure anglaise" comme le proclame la municipalité. Cette année a été organisé un Week-end James Bond avec le Club français de l'agent secret britannique et plusieurs invités.

Ceux qui me connaissent savent que je suis un mordu du personnage depuis pas mal d'années, depuis que j'ai 14 ans en réalité lorsque j'ai vu le tout premier James Bond, "Dr No". J'apprends ainsi qu'une conférence sur Ian Fleming animée par un certain Jacques Layani, auteur de On ne lit que deux fois aura lieu au Palais des Congrès le samedi matin. L'après-midi est prévue la diffusion de "Tuer n'est pas jouer" suivi d'un entretien avec John Glen et Maryam d'Abo qui  sont respectivement le metteur en scène (ainsi que de quatre autres James Bond) et la Bond Girl du film. Le dimanche matin sera projeté un making-of inédit sur le film réalisé par Frédéric Maury suivi d'une séance de dédicaces de John Glen et Maryam d'Abo.


Palais des Congrès - Hall d'entrée


Habitant le Pas-de-Calais, je ne pouvais pas passer à côté d'un tel programme et de telles rencontres. Avant même que le week-end ait eu lieu, il m'avait déjà donné l'envie de relire les livres de Ian Fleming que je n'avais lu qu'une seule fois il y a plus de 20 ans.

Samedi 8 octobre 2011


Pierre Fabry, Jacques Layani, Luc Le Clech


Je n'avais aucune idée de qui pouvait être Jacques Layani. Il était très intéressant de l'écouter, répondant aux questions de Luc Le Clech (Président du Club James Bond) et Pierre Fabry (Vice-Président du Club) (ainsi que de quelques-unes venant du public) même si, personnellement, je n'ai pas appris grand chose de nouveau de sa part à propos de Ian Fleming. Mis à part le fait que je ne savais pas que sa femme ne s'intéressait guère aux oeuvres et activités de son mari, pas de scoop véritablement sur le créateur de 007 et son personnage tel qu'il est dans les romans. Cependant, un point que j'aimerais nuancer dans son propos, c'est le fait d'affirmer que Royale-les-Eaux, c'est Le Touquet. Ce n'est pas faux mais à mes yeux, Royale-les-Eaux, c'est un mélange de Deauville et du Touquet. Mais bon, on était au Touquet, il fallait rester courtois avec la ville d'accueil.

Après la conférence, alors que mon amie et moi étions encore dans le hall avant de nous rendre au Casino à côté pour manger, John Glen est arrivé. Il s'est poliment prêté à une séance photo entouré des musiciens de la parade de cornemuses. J'en ai profité pour lui demander une photo à ses côtés, chose qu'il a volontiers accepté.


John Glen, Luc Le Clech entourés des musiciens de la parade de cornemuses


L'après-midi, a donc été diffusé Tuer n'est pas jouer. Il s'agissait d'une copie numérique moyenne mais qui se laissait regarder. Depuis combien d'années n'avais je pas vu le film en version française? Ca m'a fait un peu bizarre au début. C'était la première fois que je regardais un film avec le metteur en scène dans la salle, le plaisir était d'autant plus grand qu'il s'agissait d'un James Bond. Après le film, John Glen et Maryam d'Abo sont venus sur la scène pour partager leurs souvenirs avec le public. Enfin, l'après-midi s'est terminé à la mairie pour une réception et un discours de Daniel Fasquelle, le Député-Maire du Touquet qui s'est vu remettre une lithographie dédicacée de Maryam d'Abo... qui a accepté de poser quelques secondes avec moi, le temps de prendre quelques photos.


Pierre Fabry, John Glen, Maryam d'Abo

Le soir avait lieu une petite séance au casino pour une initiation au Baccara à laquelle nous ne sommes pas allés.


Mairie du Touquet - Maryam d'Abo, John Glen

Dimanche 9 octobre 2011


Frédéric Maury, Maryam d'Abo, John Glen

Frédéric Maury présentait son making-of inédit. Et quel document! Ayant réalisé les coulisses du tournage du film, il a monté à partir de ses rushs une vidéo composée d'images inédites. Ensuite, John Glen et Maryam d'Abo ont fait part de leur émotion en découvrant ces images puis se sont rendus dans la salle à côté où ils se sont prêtés à une séance de dédicaces. J'ai pu acquérir une lithographie de Maryam d'Abo ainsi qu'une photo de la collection de Frédéric Maury que la Bond girl m'a toutes deux dédicacé. John Glen m'a signé une photo d'exploitation du film de l'époque que je possède depuis au moins une vingtaine d'années.


Maryam d'Abo qui me dédicace la lithographie

Ainsi s'est terminé ce week-end James Bond, fort en émotions et en moments inoubliables.


John Glen qui vient de me dédicacer la photo d'exploitation
Conclusion

J'aime aller au fond des sujets ; du moins des sujets qui me passionnent. James Bond, ça fait plus de 20 ans que le thème me passionne. J'ai beau avoir lu tous les romans de Fleming (et la plupart des auteurs qui ont continué la saga littéraire), vu tous les films un nombre incalculable de fois, dévoré un tas de bouquins sur le sujet, en plus d'avoir eu le bonheur de me trouver face à des personnes telles que John Glen et Maryam d'Abo, j'ai encore appris et découvert des choses ce week-end.
Je suis un peu injuste en affirmant que je n'ai pas appris grand chose de la part de Jacques Layani. D'abord, ça ne veut pas dire que je n'ai rien appris et ensuite, il était très agréable d'entendre quelqu'un qui maîtrisait autant son sujet, Ian Fleming en l’occurrence. J'ai toujours déploré le manque de considérations pour Ian Fleming de la part de soi-disant fans de James Bond
Alors j'ai fait quelques recherches sur internet pour en savoir un peu plus sur ce monsieur, chose que j'aurais d'ailleurs dû faire avant ce week-end. Voici quelques liens: http://lesmotsontunsens.free.fr/ (visiblement son site internet) et http://14ruefranklin.hautetfort.com/ (son blog, apparemment mis de côté en 2010 mais il y a mis un dernier billet en mai 2011. J'en apprécie le ton libre et souvent sans concession).
Texte : @Gaspard01 (Twitter)
Photos : @JustmeFanny (Twitter) et page facebook Justmyphotos







Commentaires

  1. Intéressant comme article. Merci. Lecture très agréable.

    Sinon Royale-les-Eaux ce n'est ni Le Touquet ni Deauville. C'est Cayeux-sur-mer. ;)

    RépondreSupprimer
  2. On peut aussi évoquer Le Crotoy ou encore Saint-Valery-sur-Somme. Disons que c'est un mix de toutes ces communes.

    RépondreSupprimer
  3. Cher Gaspard,
    J'avais prévu initialement un texte d'une heure et demie, à dire et commenter. Finalement, la conférence a pris la forme que vous connaissez, cela ne dépendait pas de moi.
    Ma phrase de conclusion se terminait par : "Cela se passait à Royale-les-Eaux, c'est-à-dire PRESQUE au Touquet"...
    Je ne sais pas si vous faites partie de ceux que j'ai rencontrés, avant ou après la conférence. En tout cas, tout le monde était fort sympathique, donc, vous l'êtes aussi, forcément.
    Amicalement,
    Jacques Layani.

    RépondreSupprimer
  4. Cher Jacques (je peux me permettre de vous appeler par votre prénom?),

    Effectivement, maintenant que vous me le rappelez, je me souviens que vous aviez conclu par ces mots : "Cela se passait à Royale-les-Eaux, c'est-à-dire PRESQUE au Touquet". Je vous prie de bien vouloir m'excuser de cette omission.

    En revanche, je ne fais pas partie des personnes que vous avez rencontrées avant ou après la conférence. Cela m'aurait beaucoup plu mais je ne voulais pas paraitre "lourd". J'ai déjà pris beaucoup sur moi pour oser échanger 2-3 mots et demander une photo avec John Glen et Maryam d'Abo... des photos que je n'ai pas publiées ici.

    Sans savoir qui vous étiez, je vous ai juste dit bonjour lorsque je suis entré dans la salle avec mon amie quelques minutes avant la conférence. Vous étiez debout au bord des rangées de fauteuils.

    Je vous remercie de l'intérêt que vous avez porté à mon article.

    Amicalement.

    Sébastien (Gaspard)

    RépondreSupprimer
  5. Bien sûr, appelez-moi comme vous voudrez.
    Dommage que nous ne nous soyons pas rencontrés, nous aurions pu parler un peu de façon moins officielle que sur une scène, sous les lumières.
    Si vous le désirez, vous pouvez m'écrire directement : layanij@yahoo.fr
    Est-ce que vous m'autorisez à reprendre la photo que vous avez faite pour la mettre sur mon site (vous avez l'adresse), en page "La vie d'écrivain" ? Mon épouse en a pris quelques unes, mais nous n'avons pas d'appareil numérique et il faut attendre que la pellicule soit terminée, puis la donner à développer. Merci de me dire si vous êtes d'accord.

    RépondreSupprimer
  6. Je vous envoie un mail avec quelques photos que vous pourrez bien évidemment mettre sur votre site.

    Sébastien (Gaspard)

    RépondreSupprimer
  7. www.clubjamesbondfrance.com ce sont quand même eux les organisateurs...

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Anonyme,

    Vous êtes?

    Sous-entendez vous que j'ai ignoré leur implication dans l'organisation de ce week-end?

    Relisez bien le tout premier paragraphe de l'article ; et regardez bien où renvoie le mot "Club".

    Cordialement.

    Gaspard

    RépondreSupprimer
  9. Je connais Frédéric Maury, c'est quelqu'un de prétentieux et méprisant.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,

    Vos propos n'engagent que vous et mon blog n'est pas le lieu pour débattre de la personnalité des personnes qui sont évoquées dans les articles.

    Gaspard

    RépondreSupprimer
  11. "Frédéric Maury présentait son making-of inédit. Et quel document! Ayant réalisé les coulisses du tournage du film, il a monté à partir de ses rushs une vidéo composée d'images inédites."
    Il est top lui ! un vrai pro, un véritable artiste.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…