Accéder au contenu principal

High plains drifter (1973) - Clint Eastwood

High plains drifter est la deuxième réalisation de Clint Eastwood et bien qu'il se soit amélioré au fil des années par la suite, je me demande si parmi tous les films dont il a assuré la mise en scène, ce n'est pas celui-ci mon préféré. L'acteur-réalisateur reprend son rôle de l'homme sans nom popularisé par les westerns de Sergio Leone (Per un pugno di dollari, Per qualche dollaro in più et Il buono, il brutto, il cattivo) en lui ajoutant une dimension plutôt maléfique.

Les habitants de Lago, une ville dont la construction semble s'être interrompue en cours de route, voient arriver un étranger (Clint Eastwood) tout de sombre vêtu sur un cheval qui semble crasseux. A peine là, il abat  plusieurs personnes qui le défient et viole une femme qui le provoque. Dès les premières minutes, il y a un sérieux malaise avec cet étranger sorti de nulle part et dont le sommeil est perturbé par le cauchemar d'un homme se faisant fouetter à mort et dont les appels à l'aide sont ignorés par ceux qui l'entendent. Parallèlement, on assiste à la sortie de prison de trois hommes qui ont, semble t-il, un compte à régler avec Lago. Les habitants de cette ville savent qu'ils vont revenir. Ils vont alors se tourner vers l'étranger pour demander sa protection malgré ce qu'il a fait, chose qu'il acceptera. C'est en réalité le début pour eux d'un quotidien infernal qui changera à jamais leur vie.

Je ne dirai jamais assez l'importance qu'il y a à regarder les films dans leur version originale. En effet, le doublage français, par une petite phrase ajoutée à quelques minutes du générique de fin, change complètement le sens de High plains drifter.

Attention, spoilers importants et essentiels sur le final

Alors que l'étranger quitte Lago, il s'arrête à la hauteur de Mordecai (Billy Curtis), un nain qui habite la ville  et qui met les tombes du cimetière en peinture. Voici leur conversation en VO :
Mordecai : "I never did know your name"
L'étranger : "Yes you do"
Mordecai a une réaction de surprise.
L'étranger : "Take care"
Mordecai : "Yes sir captain"
Nous découvrons ensuite le nom que Mordecai était en train d'inscrire sur la pierre tombale : Jim Duncan, le shérif lynché par les trois malfrats attendus par l'étranger et dont le lynchage hante son sommeil. Ainsi, il s'agit du fantôme de Jim Duncan venu punir son violent assassinat en tuant les responsables directs, les trois bandits, ainsi qu'en malmenant les habitants de Lago en raison de leur lâcheté.

Dans la VF, voici ce qu'on entend :
Mordecai : "J'ai jamais su votre nom"
L'étranger : "C'est celui que tu graves" puis au bénéfice d'un plan sur Mordecai est ajouté : "Celui de mon frère".
Ainsi, l'étranger n'est plus un fantôme venu venger sa propre mort mais le frère du shérif qui aurait décidé de faire justice lui-même. Un ajout idiot tant ce western comporte de nombreux symboles et allusions à l'au delà et à l'enfer. La ville repeinte en rouge est certainement l'une des plus saisissantes.

Fin des spoilers

Je m'étais promis de ne pas prendre à nouveau en bluray des films que j'avais déjà en DVD (parce que repasser à la caisse, ça va bien un temps) mais il a bien fallu que je fasse des exceptions, d'abord pour les James Bond (le très beau coffret BOND 50 dont la restauration de l'image et du son est magnifique) mais aussi pour High plains drifter dont l'image en DVD n'était pas des plus convaincantes. Celle du bluray est splendide.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…