Accéder au contenu principal

High plains drifter (1973) - Clint Eastwood

High plains drifter est la deuxième réalisation de Clint Eastwood et bien qu'il se soit amélioré au fil des années par la suite, je me demande si parmi tous les films dont il a assuré la mise en scène, ce n'est pas celui-ci mon préféré. L'acteur-réalisateur reprend son rôle de l'homme sans nom popularisé par les westerns de Sergio Leone (Per un pugno di dollari, Per qualche dollaro in più et Il buono, il brutto, il cattivo) en lui ajoutant une dimension plutôt maléfique.

Les habitants de Lago, une ville dont la construction semble s'être interrompue en cours de route, voient arriver un étranger (Clint Eastwood) tout de sombre vêtu sur un cheval qui semble crasseux. A peine là, il abat  plusieurs personnes qui le défient et viole une femme qui le provoque. Dès les premières minutes, il y a un sérieux malaise avec cet étranger sorti de nulle part et dont le sommeil est perturbé par le cauchemar d'un homme se faisant fouetter à mort et dont les appels à l'aide sont ignorés par ceux qui l'entendent. Parallèlement, on assiste à la sortie de prison de trois hommes qui ont, semble t-il, un compte à régler avec Lago. Les habitants de cette ville savent qu'ils vont revenir. Ils vont alors se tourner vers l'étranger pour demander sa protection malgré ce qu'il a fait, chose qu'il acceptera. C'est en réalité le début pour eux d'un quotidien infernal qui changera à jamais leur vie.

Je ne dirai jamais assez l'importance qu'il y a à regarder les films dans leur version originale. En effet, le doublage français, par une petite phrase ajoutée à quelques minutes du générique de fin, change complètement le sens de High plains drifter.

Attention, spoilers importants et essentiels sur le final

Alors que l'étranger quitte Lago, il s'arrête à la hauteur de Mordecai (Billy Curtis), un nain qui habite la ville  et qui met les tombes du cimetière en peinture. Voici leur conversation en VO :
Mordecai : "I never did know your name"
L'étranger : "Yes you do"
Mordecai a une réaction de surprise.
L'étranger : "Take care"
Mordecai : "Yes sir captain"
Nous découvrons ensuite le nom que Mordecai était en train d'inscrire sur la pierre tombale : Jim Duncan, le shérif lynché par les trois malfrats attendus par l'étranger et dont le lynchage hante son sommeil. Ainsi, il s'agit du fantôme de Jim Duncan venu punir son violent assassinat en tuant les responsables directs, les trois bandits, ainsi qu'en malmenant les habitants de Lago en raison de leur lâcheté.

Dans la VF, voici ce qu'on entend :
Mordecai : "J'ai jamais su votre nom"
L'étranger : "C'est celui que tu graves" puis au bénéfice d'un plan sur Mordecai est ajouté : "Celui de mon frère".
Ainsi, l'étranger n'est plus un fantôme venu venger sa propre mort mais le frère du shérif qui aurait décidé de faire justice lui-même. Un ajout idiot tant ce western comporte de nombreux symboles et allusions à l'au delà et à l'enfer. La ville repeinte en rouge est certainement l'une des plus saisissantes.

Fin des spoilers

Je m'étais promis de ne pas prendre à nouveau en bluray des films que j'avais déjà en DVD (parce que repasser à la caisse, ça va bien un temps) mais il a bien fallu que je fasse des exceptions, d'abord pour les James Bond (le très beau coffret BOND 50 dont la restauration de l'image et du son est magnifique) mais aussi pour High plains drifter dont l'image en DVD n'était pas des plus convaincantes. Celle du bluray est splendide.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

You only live twice (1964) - Ian Fleming

"La geisha "Feuille Tremblante", agenouillée à côté de James Bond, se pencha en avant et l'embrassa chastement sur la joue droite.
- Ça, c'est tricher, dit James Bond avec sévérité. Vous aviez accepté, si je gagnais, de me donner un vrai baiser : sur la bouche. C'est un minimum, ajouta t-il.
"Madame" Perle Grise avait les dents laquées de noir, signe de grande distinction ;  son maquillage était si épais qu'on aurait pu la croire sortie d'une pièce de théâtre No. Elle traduisit. Il y eut des rires étouffés, des cris d'encouragement. Feuille Tremblante cacha son visage dans ses jolies mains comme si on lui avait demandé de se livrer à la pire des obscénités. Elle écarta ses doigts, examina la bouche de Bond de ses yeux bruns et vifs, comme si elle visait, et s'élança. Cette fois le baiser était bien sur les lèvres, et elle s'y attarda. Invite ? Promesse ?"

A la fin de On her Majesty's secret service, James Bond se mariait…

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…