Accéder au contenu principal

High plains drifter (1973) - Clint Eastwood

High plains drifter est la deuxième réalisation de Clint Eastwood et bien qu'il se soit amélioré au fil des années par la suite, je me demande si parmi tous les films dont il a assuré la mise en scène, ce n'est pas celui-ci mon préféré. L'acteur-réalisateur reprend son rôle de l'homme sans nom popularisé par les westerns de Sergio Leone (Per un pugno di dollari, Per qualche dollaro in più et Il buono, il brutto, il cattivo) en lui ajoutant une dimension plutôt maléfique.

Les habitants de Lago, une ville dont la construction semble s'être interrompue en cours de route, voient arriver un étranger (Clint Eastwood) tout de sombre vêtu sur un cheval qui semble crasseux. A peine là, il abat  plusieurs personnes qui le défient et viole une femme qui le provoque. Dès les premières minutes, il y a un sérieux malaise avec cet étranger sorti de nulle part et dont le sommeil est perturbé par le cauchemar d'un homme se faisant fouetter à mort et dont les appels à l'aide sont ignorés par ceux qui l'entendent. Parallèlement, on assiste à la sortie de prison de trois hommes qui ont, semble t-il, un compte à régler avec Lago. Les habitants de cette ville savent qu'ils vont revenir. Ils vont alors se tourner vers l'étranger pour demander sa protection malgré ce qu'il a fait, chose qu'il acceptera. C'est en réalité le début pour eux d'un quotidien infernal qui changera à jamais leur vie.

Je ne dirai jamais assez l'importance qu'il y a à regarder les films dans leur version originale. En effet, le doublage français, par une petite phrase ajoutée à quelques minutes du générique de fin, change complètement le sens de High plains drifter.

Attention, spoilers importants et essentiels sur le final

Alors que l'étranger quitte Lago, il s'arrête à la hauteur de Mordecai (Billy Curtis), un nain qui habite la ville  et qui met les tombes du cimetière en peinture. Voici leur conversation en VO :
Mordecai : "I never did know your name"
L'étranger : "Yes you do"
Mordecai a une réaction de surprise.
L'étranger : "Take care"
Mordecai : "Yes sir captain"
Nous découvrons ensuite le nom que Mordecai était en train d'inscrire sur la pierre tombale : Jim Duncan, le shérif lynché par les trois malfrats attendus par l'étranger et dont le lynchage hante son sommeil. Ainsi, il s'agit du fantôme de Jim Duncan venu punir son violent assassinat en tuant les responsables directs, les trois bandits, ainsi qu'en malmenant les habitants de Lago en raison de leur lâcheté.

Dans la VF, voici ce qu'on entend :
Mordecai : "J'ai jamais su votre nom"
L'étranger : "C'est celui que tu graves" puis au bénéfice d'un plan sur Mordecai est ajouté : "Celui de mon frère".
Ainsi, l'étranger n'est plus un fantôme venu venger sa propre mort mais le frère du shérif qui aurait décidé de faire justice lui-même. Un ajout idiot tant ce western comporte de nombreux symboles et allusions à l'au delà et à l'enfer. La ville repeinte en rouge est certainement l'une des plus saisissantes.

Fin des spoilers

Je m'étais promis de ne pas prendre à nouveau en bluray des films que j'avais déjà en DVD (parce que repasser à la caisse, ça va bien un temps) mais il a bien fallu que je fasse des exceptions, d'abord pour les James Bond (le très beau coffret BOND 50 dont la restauration de l'image et du son est magnifique) mais aussi pour High plains drifter dont l'image en DVD n'était pas des plus convaincantes. Celle du bluray est splendide.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…