Accéder au contenu principal

Live and let die (1973) - Guy Hamilton


Comment du roman noir et violent de Ian Fleming a t-on pu en extraire un film aussi ringard et minable ? Qu'a t-il bien pu se passer dans la tête des scénaristes et des producteurs pour en faire un ersatz de la blaxploitation, ce sous-genre en vogue à l'époque mais tellement éloigné du monde de James Bond ?

A la limite, si la mise en scène et le montage avaient été de qualité, le spectateur aurait pu apprécier le spectacle mais c'est loin d'être le cas. On remarque d'abord l'abandon du format 2,35:1 pour le 1,37:1 nettement moins impressionnant et qui n'était pourtant plus utilisé depuis Thunderball. Après un prégénérique plutôt macabre et intrigant (on assiste à l'assassinat de trois personnes dans trois lieux différents) et un générique où prédominent flammes et têtes de mort sur fonds de demoiselles dénudées, on assiste à une scène relevant du vaudeville et certainement pas de l'univers de 007 ; et encore moins de Ian Fleming. M et Miss Moneypenny débarquent chez James Bond en pleine nuit alors qu'il est au lit avec une jolie brune. Il s'avèrera qu'il s'agit d'une espionne italienne que les services secrets transalpins recherchent car sans nouvelles d'elle. Et bien voilà, elle est dans le lit de James Bond. Le héros la cachera aux yeux de M dans un placard... avec la complicité de Miss Moneypenny. On croit rêver.

Roger Moore, dont c'est la première apparition dans le rôle de James Bond, hésite constamment, entre marcher sur les traces de son prédécesseur et livrer une interprétation plus décontractée du personnage. De ce fait, le fonctionnement et la personnalité de l'espion anglais paraissent déséquilibrés ; et c'est l'ensemble du film lui-même qui le devient.

Le livre de Ian Fleming a été remodelé pour être plus grand public. Ainsi, Mister Big (Yaphet Kotto) n'est plus ce criminel qui finance des opérations de l'URSS grâce à un trésor découvert en Jamaïque et attribué au pirate Henry Morgan. Il est secondé par un Tee Hee (Julius W. Harris) affublé d'un ridicule bras mécanique. Adieu aussi la mutilation de Felix Leiter (David Hedison qui reprendra le rôle 15 ans plus tard dans Licence to kill) par un requin. En échange, nous avons droit à une banale histoire de trafic d'héroïne, des cimetières en carton-pâte, du vaudou grand guignol, une interminable poursuite en hors-bord, un insupportable Sherif J. W Pepper (Clifton James qui jouera un rôle similaire dans Superman II c'est dire...), une Jane Seymour dans le rôle de Solitaire qui surjoue constamment, une interminable poursuite en hors-bord, un Quarrel Jr (Roy Stewart), histoire de faire croire à une quelconque continuité (Quarrel étant un allié providentiel de James Bond dans Dr No) alors qu'il n'y en a quasiment plus et encore une longue liste d'éléments consternants dont le point d'orgue est la mort de l'ennemi qui explose tel un ballon de baudruche sans aucune effusion de sang et de chair.

Seules la musique funky disco de George Martin et la chanson titre de Paul McCartney sont à sauver de ce marasme. Mais James Bond ne déclarait-il pas à Jill Masterson dans Goldfinger : "My dear, some things just aren't done. Such as drinking Dom Perignon 53 above a temperature of 38° fahrenheit. That's as bad as listening to the Beatles without earmuffs" ? La participation du producteur des Beatles et de leur leader à la bande originale est bien significatif de l'évolution pop que prennent les films de James Bond, une évolution déjà amorcée avec Diamonds are forever.

Sinon, comme pour les précédents blu-ray, l'image est très belle, jamais je n'avais vu Live and let die avec une telle netteté.


Commentaires

  1. Je ne parviens pas à me rappeler quelles furent mes impressions lorsque je vis ce navet, à l'époque. De toute façon, je faisais partie de ceux qui avaient été marqués par Connery et qui eurent du mal à accepter les suivants. Bien sûr, depuis, ça a changé, les suivants, justement, ont leur place... à l'exception de cet imbécile de Moore qui est la plus grande erreur de la série : on se demande même comment elle a pu lui survivre. Quoi qu'il en soit, il faut peut-être redire ici que, dans la première moitié des années 70, la dérision était présente dans le cinéma, de quelque genre qu'il soit, de quelque pays qu'il nous arrive. Certains films de cette période, qui n'ont rien à voir avec Bond, ne sont plus du tout regardables aujourd'hui, vraiment plus du tout, alors que d'autres, plus anciens pourtant, voire beaucoup plus anciens, peuvent encore être vus. Il y a eu, ainsi, quelques années de dérision totale, c'était une mode, elle a passé comme toutes les modes. Je me demande si cet état de choses n'est pas à prendre en compte également en ce qui concerne les Bond. Cela dit, vous le savez, je ne supporte pas Moore dans ce rôle, nous en avons déjà parlé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance vous avez eu de découvrir les Bond au cinéma depuis le début. Je ne les découvre au cinéma que depuis Licence to kill (1989). Pourtant, pour moi, James Bond, c'était Sean Connery après avoir vu Dr No lors d'une diffusion tv en 1988 et qui m'a plongé dans la bondmania. J'avais vu auparavant Roger Moore dans The spy who loved me et Timothy Dalton dans The living daylights mais c'est Sean Connery avec le premier film qui fut un choc pour l'adolescent que j'étais. C'est certainement pour cette raison que je me suis très vite intéressé aux livres de Ian Fleming, je supposais l'acteur et le film plus proches de ce qu'avait imaginé le créateur. En vérité, ce n'est pas forcément le cas (You only live twice, Diamonds are forever) et depuis, Daniel Craig m'apparait plus intéressant. J'aime beaucoup aussi ce qu'a apporté Timothy Dalton.
      La période Roger Moore est celle que j'aime le moins même si celle de Pierce Brosnan la concurrence sérieusement.
      C'est vrai qu'il y a beaucoup de dérision dans le cinéma des années 70 mais il y a quand même pas mal de films très sérieux et même très violents. Ce n'est, hélas, pas la voie choisie pour les Bond.

      Supprimer
  2. De la chance, de la chance... C'est beaucoup dire ! Cela signifie tout au plus que je suis vieux... [rires].

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vieux ? Pourtant, et vous le savez bien, "on devient vieux le jour où l'on renonce à devenir punk ou poète".

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…