Accéder au contenu principal

The dark knight rises (2012) - Christopher Nolan

Cet article contient des spoilers importants

J'étais impatient de voir le nouveau Batman qui clôt la trilogie de Christopher Nolan avec Christian Bale dans le rôle titre. Les bandes annonces étaient prometteuses et les deux films précédents m'avaient beaucoup plu. J'avais donc hâte d'assister à cette conclusion d'autant plus que Batman version "chevalier noir" fait partie de mes personnages préférés.

Je m'imaginais rédiger ma chronique comme j'ai pu le faire pour n'importe quel autre film et notamment comme pour les deux premiers opus, Batman begins et The dark knight mais c'était sans compter avec la tuerie d'Aurora dans l'Etat du Colorado aux Etats-Unis. 12 personnes y ont trouvé la mort, 59 autres y ont été blessées par un homme qui a fait feu sur le public pendant une séance de The dark knight rises. Evénement tragique qui n'a pas tardé à être récupéré par les médias pour nous sortir à nouveau sans aucune gêne le supposé lien qui existerait entre le cinéma et la violence dans nos sociétés avec, cette fois, l'accusation suivante : Le dernier Batman est un film fascisant voire carrément fasciste. Bah voyons, tant qu'à faire dans le racolage actif, autant y aller à fond ! Même Libération et Télérama ont fait leur une sur le sujet mais il faut les comprendre, c'est l'été, il faut motiver les ventes en cette période de l'année où elles ont généralement du mal à décoller.

En plus de unes visuellement laides, les titres des deux publications sont mensongers. "Violent et ambigu" pour Libération, Télérama se demande si Batman n'est pas un assassin. Personnellement, je suis le premier à regretter que The dark knight rises ne soit pas plus violent surtout lors d'un moment particulier, l'affrontement entre la quasi totalité des forces de police de Gotham City et les fous furieux qui composent l'armée de l'ennemi, le terroriste Bane. De manière globale, j'ai trouvé le film un peu trop grand public mais avec les sommes colossales engagées dans sa production et sa promotion, il ne pouvait en être autrement. Quant à "Batman assassin ?", on voit très bien où Télérama veut en venir. Il insinue la possibilité que le film soit à l'origine de faits violents notamment la fusillade d'Aurora. Je suis de ceux qui pensent que si le cinéma peut influencer le comportement du public, ce n'est que sur une très infime partie de celui-ci. Si une production cinématographique, du fait de sa violence, amène quelqu'un à tuer, ce quelqu'un n'a rien à faire dans la cité qui se doit alors de se doter des structures nécessaires pour s'en protéger.

Le titre de Télérama repose donc sur une idée qui est, de mon point de vue, fausse mais qui fait passer Batman pour un héros qui tue facilement. Or, seul Ra's al Ghul, l'ennemi du premier film, meurt du fait de Batman, le héros le laissant délibérément dans le wagon d'un métro qui part se crasher à toute vitesse. Dans le film suivant, le Joker est arrêté tandis qu'Harvey Dent devenu Two-Face meurt dans une chute alors que Batman tente de le retenir. Dans le film qui vient de sortir, Batman empêche Selina Kyle/Catwoman (Anne Hathaway) de tuer de sang froid. C'est d'ailleurs elle qui tuera Bane et non Batman.

A cela s'ajoute le fait que The dark knight rises serait conservateur voire fasciste. Bouh, le vilain ! Quelques clics sur internet suffisent pour trouver un nombre considérable d'articles portant ces accusations en avançant des arguments plus ou moins convaincants. Je pense qu'effectivement, il y a quelque chose d'assez droitier dans ce film mais de là à affirmer que c'est une oeuvre fasciste, il y a là un pas que je ne franchirai pas. Alors oui, on peut y voir une représentation très négative de mouvements tels que Occupy Wall Street ou celui des indignés et en cela il peut paraître réactionnaire mais certainement pas fasciste. The dark knight rises se nourrit des récents mouvements sociaux et contestataires pour développer son intrigue tout comme The dark knight se nourrissait des agissements de l'administration Bush face au terrorisme post 11 septembre. Ce qui me fait rire dans cette polémique, c'est que certains membres du parti républicain et autres conservateurs américains ont accusé le dernier Batman d'être pro démocrate. C'est peut-être dans ces interprétations différentes que Libération y voit de l'ambiguïté.

En ce qui me concerne, je me fiche pas mal qu'une oeuvre cinématographique soit de gauche ou de droite. Par exemple, j'adore les Dirty Harry (série de films évidemment classé à droite, le premier volet s'étant même vu accusé d'être fasciste) avec Clint Eastwood tout comme je suis un admirateur des films d'horreur gauchisants de George A. Romero et John Carpenter. Je n'ai pas la même approche avec la musique. Je ne peux pas saquer Sardou et ses textes bien ancrés à droite par exemple. Au cinéma, j'attache plus d'importance à la mise en scène, au montage, à la façon dont le scénario va chercher l'émotion chez le spectateur. Ainsi, j'ai tendance à laisser de côté le fond même s'il m'arrive parfois d'être offusqué par certaines idées véhiculées par certains films.



Donc, qu'en est-il de The dark knight rises ? Quand est arrivé le générique de fin, une expression m'a immédiatement traversé l'esprit : "Putain de film !". En lisant les critiques, on peut se rendre compte que ce dernier opus a un peu déçu, la grande majorité préférant le 2ème volet, ce qui n'est pas mon cas. Les déçus regrettent surtout l'absence du Joker estimant que Bane, interprété par Tom Hardy, n'atteint pas le charisme du précédent méchant. Je ne suis pas de cet avis ; Bane est un ennemi dont les agissements reposent sur d'autres ressorts physiques et psychologiques mais qui n'en sont pas moins intéressants. Que ceux qui doutent de la performance de l'acteur et de l'efficacité du personnage revoient la version débile et bouffonne qui en avait été livrée par Joel Schumacher dans Batman et Robin en 1997.

Le film répond aussi à une logique de faire encore plus impressionnant. On a fait exploser un hôpital entier dans The dark knight ? Faisons exploser des centaines de bâtiments dans The dark knight rises ! Trop souvent, ce genre de logique scénaristique accouche de films boursouflés où la surenchère finit par lasser comme un gâteau trop plein de crème parvient à nous en dégoûter. Ce n'est pas le cas ici. Le chaos est impressionnant, inquiétant jusqu'à en être par moment terrifiant et on en vient à se demander si Batman va réussir à sauver Gotham City et même si le héros lui-même s'en sortira vivant.



Même si c'est le chaos et malgré quelques raccourcis, le scénario comme la mise en scène sont d'une précision qui forcent l'admiration, certains passages renvoyant à certaines paroles, certains actes ayant des conséquences sur d'autres moments et le lien est également établi avec les films précédents : La mémoire de Harvey Dent est entretenue. On retrouve le psychologue Jonathan Crane alias l'épouvantail (toujours interprété par Cillian Murphy) qui semble avoir définitivement sombré dans la folie et qui est désormais le juge suprême du régime qu'a installé Bane à Gotham. A ce titre, dans la parodie de justice qu'il administre (certains y voient certainement une allusion à la justice de l'ex Union Soviétique) il ne connait que deux verdicts : l'exil ou la mort. Quand on sait que l'exil ne conduit qu'à la mort...

Christopher Nolan a réalisé le meilleur film de sa trilogie Batman et surtout le meilleur film sur le dark knight. Mon seul regret est de le voir répéter qu'il en a désormais fini avec ce personnage tout comme Christian Bale. Pourtant, la fin est on ne peut plus ouverte et assure la relève.

Putain de film !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…