Accéder au contenu principal

Les bronzés (1978) - Patrice Leconte

Vu, revu et re-revu, critiqué ou adulé, commenté, sur-commenté et même analysé, Les bronzés est devenu un classique de la comédie française. J'ai eu envie de le revoir avant la fin de la période estivale, période évidemment idéale pour apprécier un tel film. Je ne regarde quasiment plus les films dans le cadre d'une diffusion télévisée et c'est donc en 2006 que j'avais revu le film en DVD avant la sortie du mal aimé Les bronzés 3 Amis pour la vie. J'avais également revu dans la foulée le deuxième.

Je ne suis pas de ceux qui connaissent le film par coeur et qui sont capables de débiter toutes les répliques définies comme cultes sans aucune approximation au cours d'une soirée. "C'est bon, on a compris, si je veux entendre tout ça, je regarderai le film à l'occasion, les acteurs ont quand même un peu plus de talent que toi, Audrey " (je précise que je ne connais aucune Audrey). Le problème dans ce genre de situation est qu'on ne veut vexer personne, on attend donc poliment et patiemment que les personnes en question en ont fini avec l'étalage de leurs splendides connaissances cinéphiliques.

Si l'on aime réciter ces dialogues, c'est parce que n'importe qui peut en être l'auteur dans sa vie quotidienne. On peut être aussi prétentieux que Jérôme (Christian Clavier), aussi pincée et coincée que Christiane (Dominique Lavanant) ou aussi ridicule que Jean-Claude Dusse (Michel Blanc). D'ailleurs, les membres de l'équipe du Splendid ont reconnu sans problème s'être inspiré de vrais vacanciers du Club Med où ils ont fait quelques représentations. Avec leur physique de monsieur et madame tout le monde, le public peut facilement s'identifier aux bons et mauvais côtés des personnages, surtout les mauvais. Les bronzés marque à l'époque l'arrivée d'un humour moderne qui renvoie doucement à la retraite les facéties irréelles d'un Louis de Funès qui occupait la première place du cinéma comique depuis les années 60. Là où il incarnait des personnages "hors-normes", un important industriel dont l'ancêtre revenait après une congélation forcée, un commissaire de police à la poursuite de Fantômas ou encore un gendarme qui court après les nudistes, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Josiane Balasko et consorts incarnent les nudistes en quelque sorte ; A l'image de Christian Clavier qui se balade en string avec les poils qui ressortent et citant des tirades de Saint-John Perse pour séduire les femmes. Entre les deux genres, il y a bien eu la tentative des Charlots d'apporter du sang neuf avec leur liberté d'esprit et de ton mais ils ne jouaient finalement que des bidasseries toutes aussi invraisemblables entre leurs parodies de James Bond (Bons baisers de Hong-Kong) et de films d'épouvante (Les Charlots contre Dracula).

Ce qui m'a surtout frappé cette fois, c'est la mise en scène ou plutôt l'absence de mise en scène. Patrice Leconte se contente de poser sa caméra et de filmer parfois de façon maladroite des acteurs qui semblent souvent improviser. On peut remarquer à plusieurs reprises un regard vers la caméra et même les acteurs qui s'empêchent de pouffer de rire. Globalement, l'ensemble est toujours amusant, un peu acide par moments, parfois grinçant mais jamais franchement méchant. C'est toujours un agréable moment de détente, ni plus ni moins. Je préfère nettement Les bronzés font du ski, plus drôle, plus méchant et mieux mis en scène.


Lien vers mon article Les bronzés font du ski

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…