Accéder au contenu principal

Que serais-je sans toi ?

Il y a quelques mois, je signalais la reprise opportuniste et fort déplaisante de Ma liberté par Chimène Badi mais je me suis aperçu hier qu'il y avait pire en termes de chanteurs opportunistes et sans scrupule.

En pleine rénovation complète d'une chambre, en plein bricolage plutôt costaud donc, j'ai failli m'aplatir un doigt avec le marteau lorsque Didier Barbelivien et Natasha St-Pier ont entonné... Que serais-je sans toi ? sur les ondes d'une radio quelconque.

Comme pour Ma liberté, il a fallu que j'en sache un peu plus : Comment, ce contre révolutionnaire (son album royaliste Vendée 93), ce pro Sarkozyste (soutien de Nicolas Sarkozy en 2007, il a affirmé en 2011 qu'il serait réélu... On connait la suite, n'est pas Elizabeth Teissier qui veut), ce chanteur-compositeur de seconde zone, peut-il reprendre sans honte les textes de Louis Aragon et la musique de Jean Ferrat ? Se cherche t-il un semblant d'épaisseur, lui qui n'a su composer que des A toutes les filles (ce chef d'oeuvre de niaiseries qu'on nous a martelé tout le long de l'année 1990) et autres Il tape sur des bambous (chanté par le beauf dandy Philippe Lavil) en se demandant C'est d'quel côté la mer ? (Tu n'as qu'à suivre les mouettes).

Car il ne s'est pas arrêté à une seule chanson de Jean Ferrat. Il reprend aussi La montagne que l'on retrouve dans le best-of (un best-of ! rires !) que l'auteur de Est-ce que tu viens pour les vacances ? a récemment sorti. Cela ne lui suffisait pas d'éditer une compilation de sa variète, il a fallu qu'il gratifie le public de quelques "inédits" dont les chansons citées ici.

En fouinant un peu plus, on peut se rendre compte que l'auteur de Il faut laisser le temps au temps (c'est beau comme du Verlaine n'est-ce-pas?) n'en est pas à son coup d'essai puisqu'il avait déjà également repris Aimer à perdre la raison et même consacré un album entier à réinterpréter Léo Ferré où il y avait glissé quelques textes à lui, soit disant en son hommage.

Il n'a pas non plus limité ses forfaits au patrimoine musical français puisqu'il a également consacré un album entier à se moquer des Beatles.

Quant à Natasha St-Pier, on ne peut s'empêcher de penser qu'elle essaie d'exister, tout simplement. Cette association avec l'auteur de Sous les sunlights des tropiques (interprété depuis la nuit des temps par Gilbert Montagné ; tiens donc, un autre sarkozyste) fait peut-être partie du plan marketing pour lancer son nouvel album Bonne nouvelle.

En tout cas, ce sont là de bien mauvaises nouvelles qui nous cassent les oreilles quand on ne s'y attend pas.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Magnum Force (1973) - Ted Post

Malgré les foudres qui se sont abattues sur Dirty Harry en 1971, Clint Eastwood récidive deux ans plus tard avec ce Magnum Force où il enfile à nouveau le costume de l'inspecteur Harry Callahan. Je pourrais, comme beaucoup (trop) d'autres expliquer que cette suite est une réponse au supposé fascisme du personnage et du film précédent parce que l'inspecteur se trouve confronté à des flics qui n'hésitent pas à assassiner toutes sortes de délinquants, mafieux, proxénètes et autres individus responsables de tous les maux de la société et que Harry est loin d'approuver leurs méthodes.


Mais je ne ferais que répéter un discours qui m'inscrirait dans une chaîne moutonnière sans faire preuve du moindre esprit critique. Alors non. Quand on s'apprête à regarder un film dont les affiches mettent en évidence un Clint Eastwood brandissant un énorme revolver vers le public en exagérant délibérément la perspective, il ne faut pas s'attendre à un spectacle des plus tol…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Montreuil sur Mer & On her Majesty's secret service (Ian Fleming, 1963)

"160, 170, 180. Il ne gagnait pas de terrain. Il se pencha vers le tableau de bord et pressa un bouton rouge. La plainte aigüe de la mécanique lui déchira les tympans et la Bentley fit un bond en avant. 190, 200. Cette fois la distance qui le séparait du cabriolet diminua : 50 mètres, 40, 30 ! Maintenant, il pouvait apercevoir les yeux de la fille dans le rétroviseur de la Lancia. Mais la route allait cesser d'être bonne : un de ces points d'exclamation, qui en France, signalent un danger, surgit sur la droite. Puis, après une côte, apparurent le clocher d'une église et les maisons d'un petit village, tassées en bas d'une colline abrupte.
Les deux voitures ralentirent, 140, 130, 120. Bond vit les feux stop du cabriolet s'éclairer un instant, la main droite de la fille chercha au plancher le levier de vitesse, presque en même temps que lui. Ils étaient maintenant dans le virage en S. La route était pavée et Bond, tout en se cramponnant à son volant pour gar…