Accéder au contenu principal

Intouchables (2011) - Eric Toledano et Olivier Nakache

L'un est blanc, riche aristocrate et handicapé, l'autre est noir, pauvre banlieusard et solide. Le premier, par défi, l'engage à son service comme aide à domicile. L'histoire est inspirée d'une situation réelle. Ainsi, tous les éléments sont présents pour nous servir une comédie dramatique bien pensante, à l'humour facile, remplie de clichés et de bons sentiments jusqu'aux procédés tire-larmes les plus éculés. Pourtant rien de tout cela à l'écran. Quand le générique de fin défile, on s'aperçoit qu'on n'a pas vu le temps passer à l'intérieur d'un film qui a su éviter le pathos pendant ses presque deux heures.

Intouchables commence par la course-poursuite en plein Paris entre une Maserati et un véhicule de police. Driss (Omar Sy) est au volant et Philippe (François Cluzet) est assis sur le siège passager. La police les arrête. Driss explique qu'ils vont aux urgences pour son passager handicapé qui est pris d'une attaque cérébrale. La police les escorte alors jusqu'à l'hopital tandis que les occupants de la Maserati rient de leur canular. Comment ces deux personnes qui n'ont rien en commun en sont venus à être de tels complices ? On retourne alors en arrière et on suit l'histoire de leur rencontre.

Très bien écrit, le récit joue évidemment sur ce qui oppose les deux personnages mais sait doser brillament le tragique et le comique, le sérieux et la légèreté avec une facilité et une justesse remarquable et désarmante.

Le casting est irréprochable à commencer bien sûr par le duo de tête. Si François Cluzet a déjà fait ses preuves dans différents genres depuis les années 80 et les fait encore ici, Omar Sy est une vraie révélation. On connaissait son talent comique pas toujours très fin il faut le reconnaitre et qu'il met au service du film, on découvre ici qu'il est capable de faire preuve d'une profondeur saisissante, parfois juste par un seul regard. Il est tout simplement éclatant dans ce film.



Finalement, s'il faut trouver un défaut à Intouchables, c'est son affiche, assez quelconque et peu révélatrice de l'oeuvre qu'elle illustre.

Sorti le 02 novembre dernier, Intouchables cartonne. Certains prévoient même qu'il dépassera ce gros navet de Bienvenue chez les ch'tis. En tout cas, son succès va entrainer une foule de commentaires dans les médias, des études socio-politiques à n'en plus finir, on y lira que c'est parce que dans le contexte de crise, les français veulent croire en une solidarité entre les gens d'origines différentes, qu'ils veulent se retrouver dans des valeurs humanistes et je parie que certains y décèleront un ras-le-bol du sarkozysme. Bref, du blabla qui finira par écoeurer du film parce que tous ces débats et discours oubliront qu'il s'agit d'une histoire unique entre deux hommes dont la rencontre a été une révélation pour l'un comme pour l'autre. Le film permet d'en tirer quelques leçons, à chacun ensuite d'en faire ce qu'il en veut.


Commentaires

  1. Je reviens du cinéma, où je viens de voir Intouchables. Très bon film. Cependant, avec toutes les bonnes, que dis-je excellentes critiques que j'ai lu ou entendu sur ce film avant, je m'attendais peut-être à quelque chose d'un poil meilleur. J'ai passé un très bon moment tout de même.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, on passe un très bon moment avec ce film qui évite le pathos larmoyant et l'humour facile.

    Vu son succès actuel, j'espère qu'on ne va pas tomber dans les semaines à venir à une overdose de sujets, discours et publicités le concernant et qui risque d'aboutir à son rejet. Ce serait injuste car c'est un vrai bon film.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…