Accéder au contenu principal

Intouchables (2011) - Eric Toledano et Olivier Nakache

L'un est blanc, riche aristocrate et handicapé, l'autre est noir, pauvre banlieusard et solide. Le premier, par défi, l'engage à son service comme aide à domicile. L'histoire est inspirée d'une situation réelle. Ainsi, tous les éléments sont présents pour nous servir une comédie dramatique bien pensante, à l'humour facile, remplie de clichés et de bons sentiments jusqu'aux procédés tire-larmes les plus éculés. Pourtant rien de tout cela à l'écran. Quand le générique de fin défile, on s'aperçoit qu'on n'a pas vu le temps passer à l'intérieur d'un film qui a su éviter le pathos pendant ses presque deux heures.

Intouchables commence par la course-poursuite en plein Paris entre une Maserati et un véhicule de police. Driss (Omar Sy) est au volant et Philippe (François Cluzet) est assis sur le siège passager. La police les arrête. Driss explique qu'ils vont aux urgences pour son passager handicapé qui est pris d'une attaque cérébrale. La police les escorte alors jusqu'à l'hopital tandis que les occupants de la Maserati rient de leur canular. Comment ces deux personnes qui n'ont rien en commun en sont venus à être de tels complices ? On retourne alors en arrière et on suit l'histoire de leur rencontre.

Très bien écrit, le récit joue évidemment sur ce qui oppose les deux personnages mais sait doser brillament le tragique et le comique, le sérieux et la légèreté avec une facilité et une justesse remarquable et désarmante.

Le casting est irréprochable à commencer bien sûr par le duo de tête. Si François Cluzet a déjà fait ses preuves dans différents genres depuis les années 80 et les fait encore ici, Omar Sy est une vraie révélation. On connaissait son talent comique pas toujours très fin il faut le reconnaitre et qu'il met au service du film, on découvre ici qu'il est capable de faire preuve d'une profondeur saisissante, parfois juste par un seul regard. Il est tout simplement éclatant dans ce film.



Finalement, s'il faut trouver un défaut à Intouchables, c'est son affiche, assez quelconque et peu révélatrice de l'oeuvre qu'elle illustre.

Sorti le 02 novembre dernier, Intouchables cartonne. Certains prévoient même qu'il dépassera ce gros navet de Bienvenue chez les ch'tis. En tout cas, son succès va entrainer une foule de commentaires dans les médias, des études socio-politiques à n'en plus finir, on y lira que c'est parce que dans le contexte de crise, les français veulent croire en une solidarité entre les gens d'origines différentes, qu'ils veulent se retrouver dans des valeurs humanistes et je parie que certains y décèleront un ras-le-bol du sarkozysme. Bref, du blabla qui finira par écoeurer du film parce que tous ces débats et discours oubliront qu'il s'agit d'une histoire unique entre deux hommes dont la rencontre a été une révélation pour l'un comme pour l'autre. Le film permet d'en tirer quelques leçons, à chacun ensuite d'en faire ce qu'il en veut.


Commentaires

  1. Je reviens du cinéma, où je viens de voir Intouchables. Très bon film. Cependant, avec toutes les bonnes, que dis-je excellentes critiques que j'ai lu ou entendu sur ce film avant, je m'attendais peut-être à quelque chose d'un poil meilleur. J'ai passé un très bon moment tout de même.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, on passe un très bon moment avec ce film qui évite le pathos larmoyant et l'humour facile.

    Vu son succès actuel, j'espère qu'on ne va pas tomber dans les semaines à venir à une overdose de sujets, discours et publicités le concernant et qui risque d'aboutir à son rejet. Ce serait injuste car c'est un vrai bon film.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…