Accéder au contenu principal

Intouchables (2011) - Eric Toledano et Olivier Nakache

L'un est blanc, riche aristocrate et handicapé, l'autre est noir, pauvre banlieusard et solide. Le premier, par défi, l'engage à son service comme aide à domicile. L'histoire est inspirée d'une situation réelle. Ainsi, tous les éléments sont présents pour nous servir une comédie dramatique bien pensante, à l'humour facile, remplie de clichés et de bons sentiments jusqu'aux procédés tire-larmes les plus éculés. Pourtant rien de tout cela à l'écran. Quand le générique de fin défile, on s'aperçoit qu'on n'a pas vu le temps passer à l'intérieur d'un film qui a su éviter le pathos pendant ses presque deux heures.

Intouchables commence par la course-poursuite en plein Paris entre une Maserati et un véhicule de police. Driss (Omar Sy) est au volant et Philippe (François Cluzet) est assis sur le siège passager. La police les arrête. Driss explique qu'ils vont aux urgences pour son passager handicapé qui est pris d'une attaque cérébrale. La police les escorte alors jusqu'à l'hopital tandis que les occupants de la Maserati rient de leur canular. Comment ces deux personnes qui n'ont rien en commun en sont venus à être de tels complices ? On retourne alors en arrière et on suit l'histoire de leur rencontre.

Très bien écrit, le récit joue évidemment sur ce qui oppose les deux personnages mais sait doser brillament le tragique et le comique, le sérieux et la légèreté avec une facilité et une justesse remarquable et désarmante.

Le casting est irréprochable à commencer bien sûr par le duo de tête. Si François Cluzet a déjà fait ses preuves dans différents genres depuis les années 80 et les fait encore ici, Omar Sy est une vraie révélation. On connaissait son talent comique pas toujours très fin il faut le reconnaitre et qu'il met au service du film, on découvre ici qu'il est capable de faire preuve d'une profondeur saisissante, parfois juste par un seul regard. Il est tout simplement éclatant dans ce film.



Finalement, s'il faut trouver un défaut à Intouchables, c'est son affiche, assez quelconque et peu révélatrice de l'oeuvre qu'elle illustre.

Sorti le 02 novembre dernier, Intouchables cartonne. Certains prévoient même qu'il dépassera ce gros navet de Bienvenue chez les ch'tis. En tout cas, son succès va entrainer une foule de commentaires dans les médias, des études socio-politiques à n'en plus finir, on y lira que c'est parce que dans le contexte de crise, les français veulent croire en une solidarité entre les gens d'origines différentes, qu'ils veulent se retrouver dans des valeurs humanistes et je parie que certains y décèleront un ras-le-bol du sarkozysme. Bref, du blabla qui finira par écoeurer du film parce que tous ces débats et discours oubliront qu'il s'agit d'une histoire unique entre deux hommes dont la rencontre a été une révélation pour l'un comme pour l'autre. Le film permet d'en tirer quelques leçons, à chacun ensuite d'en faire ce qu'il en veut.


Commentaires

  1. Je reviens du cinéma, où je viens de voir Intouchables. Très bon film. Cependant, avec toutes les bonnes, que dis-je excellentes critiques que j'ai lu ou entendu sur ce film avant, je m'attendais peut-être à quelque chose d'un poil meilleur. J'ai passé un très bon moment tout de même.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, on passe un très bon moment avec ce film qui évite le pathos larmoyant et l'humour facile.

    Vu son succès actuel, j'espère qu'on ne va pas tomber dans les semaines à venir à une overdose de sujets, discours et publicités le concernant et qui risque d'aboutir à son rejet. Ce serait injuste car c'est un vrai bon film.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…