Accéder au contenu principal

The beguiled (1971) - Don Siegel

Généralement, quand on évoque Clint Eastwood, on a tout de suite à l'esprit l'image du cow-boy solitaire qui tire plus vite que son ombre dans les westerns de Sergio Leone ou celle du flic à la Dirty Harry qui flingue d'abord et pose ensuite les questions. C'est oublier qu'il a eu une carrière nettement plus riche et intéressante qui va au delà de ces deux figures iconiques néanmoins très fortes. Clint Eastwood est certainement l'un des rares monuments du cinéma (car il s'agit bien d'un monument) à s'être mis autant en danger tout au long de sa carrière, qu'il se mette lui-même en images ou par un autre, et celà assez tôt dans sa carrière. Il fallait déjà un certain courage à l'époque pour aller tourner un western fauché en 1964 par un réalisateur italien inconnu alors qu'il aurait très bien pu se contenter de continuer la série Rawhide de manière confortable. Il fallait aussi un certain courage, trois ans après son retour aux Etats-Unis, pour tourner dans The Beguiled (1971) sous l'oeil de Don Siegel. En effet, alors qu'à travers les westerns de Sergio Leone ou de films comme Coogan's bluff (Un shérif à New-York du même Don Siegel) et Where eagles dare (Quand les aigles attaquent) il était devenu une incarnation du héros viril et implacable, en acceptant de tourner ce film, il entrait dans la peau d'un soldat nordiste déplaisant.

Pendant la guerre de sécession, le caporal McBurney trouve refuge dans un pensionnat sudiste pour jeunes filles alors qu'il est à deux doigts de mourir de ses blessures. Très vite, il va manipuler les membres et pensionnaires de l'établissement pour trouver grâce à leurs yeux. Il va rapidement éveiller et réveiller en elles désir sexuel et jalousie dans une ambiance de plus en plus tendue et anxiogène. Il pensait faire d'elles les proies de ses manœuvres, il va rapidement devenir la proie de leurs frustrations.



Film méconnu de la carrière de Clint Eastwood mais aussi de son réalisateur Don Siegel (On lui doit la première version de Invasion of the body snatchers, le premier Dirty Harry et Escape from Alcatraz), The beguiled (Les proies) n'en est pas moins un chef-d'oeuvre où à travers une mise en scène impeccablement maîtrisée (voir par exemple, avec ses jeux d'ombres et de miroirs, le terrible moment où Clint Eastwood se fait scier la jambe), est mis en avant l'hypocrisie et la cruauté des relations humaines jusqu'au sadomasochisme malsain. Martha Farnsworth (Geraldine Page), la directrice, n'est qu'une bigote intégriste qui cache les relations incestueuses qu'elle a eu avec son frère, le même frère qui a violé la servante noire du pensionnat, cette dernière se sentant obligée de prendre fait et cause pour les pensionnaires racistes et sudistes contre le soldat nordiste dont l'influence perturbe le fonctionnement du pensionnat et la psychologie de ses occupantes. L'institution, alors qu'elle aurait dû représenter l'espoir d'une délivrance pour McBurney, devient pour lui une prison à l'image du corbeau dont la patte est attachée au balcon de la maison et à qui la plus jeune des pensionnaires lui affirme que c'est pour son bien avant qu'il ne soit guéri de ses blessures.

Le film s'achèvera tragiquement pour tout le monde, les dernières images renvoyant au début du film de manière presqu'ironique. Je n'en dirai rien ici pour ne pas gâcher le plaisir de ceux qui ne l'ont pas vu.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…