Accéder au contenu principal

The beguiled (1971) - Don Siegel

Généralement, quand on évoque Clint Eastwood, on a tout de suite à l'esprit l'image du cow-boy solitaire qui tire plus vite que son ombre dans les westerns de Sergio Leone ou celle du flic à la Dirty Harry qui flingue d'abord et pose ensuite les questions. C'est oublier qu'il a eu une carrière nettement plus riche et intéressante qui va au delà de ces deux figures iconiques néanmoins très fortes. Clint Eastwood est certainement l'un des rares monuments du cinéma (car il s'agit bien d'un monument) à s'être mis autant en danger tout au long de sa carrière, qu'il se mette lui-même en images ou par un autre, et celà assez tôt dans sa carrière. Il fallait déjà un certain courage à l'époque pour aller tourner un western fauché en 1964 par un réalisateur italien inconnu alors qu'il aurait très bien pu se contenter de continuer la série Rawhide de manière confortable. Il fallait aussi un certain courage, trois ans après son retour aux Etats-Unis, pour tourner dans The Beguiled (1971) sous l'oeil de Don Siegel. En effet, alors qu'à travers les westerns de Sergio Leone ou de films comme Coogan's bluff (Un shérif à New-York du même Don Siegel) et Where eagles dare (Quand les aigles attaquent) il était devenu une incarnation du héros viril et implacable, en acceptant de tourner ce film, il entrait dans la peau d'un soldat nordiste déplaisant.

Pendant la guerre de sécession, le caporal McBurney trouve refuge dans un pensionnat sudiste pour jeunes filles alors qu'il est à deux doigts de mourir de ses blessures. Très vite, il va manipuler les membres et pensionnaires de l'établissement pour trouver grâce à leurs yeux. Il va rapidement éveiller et réveiller en elles désir sexuel et jalousie dans une ambiance de plus en plus tendue et anxiogène. Il pensait faire d'elles les proies de ses manœuvres, il va rapidement devenir la proie de leurs frustrations.



Film méconnu de la carrière de Clint Eastwood mais aussi de son réalisateur Don Siegel (On lui doit la première version de Invasion of the body snatchers, le premier Dirty Harry et Escape from Alcatraz), The beguiled (Les proies) n'en est pas moins un chef-d'oeuvre où à travers une mise en scène impeccablement maîtrisée (voir par exemple, avec ses jeux d'ombres et de miroirs, le terrible moment où Clint Eastwood se fait scier la jambe), est mis en avant l'hypocrisie et la cruauté des relations humaines jusqu'au sadomasochisme malsain. Martha Farnsworth (Geraldine Page), la directrice, n'est qu'une bigote intégriste qui cache les relations incestueuses qu'elle a eu avec son frère, le même frère qui a violé la servante noire du pensionnat, cette dernière se sentant obligée de prendre fait et cause pour les pensionnaires racistes et sudistes contre le soldat nordiste dont l'influence perturbe le fonctionnement du pensionnat et la psychologie de ses occupantes. L'institution, alors qu'elle aurait dû représenter l'espoir d'une délivrance pour McBurney, devient pour lui une prison à l'image du corbeau dont la patte est attachée au balcon de la maison et à qui la plus jeune des pensionnaires lui affirme que c'est pour son bien avant qu'il ne soit guéri de ses blessures.

Le film s'achèvera tragiquement pour tout le monde, les dernières images renvoyant au début du film de manière presqu'ironique. Je n'en dirai rien ici pour ne pas gâcher le plaisir de ceux qui ne l'ont pas vu.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Night of the living dead (1968), Zombie (1978), Day of the dead (1985) - George A. Romero

En apprenant la mort de George A. Romero le 16 juillet 2017, j'ai tenu à lui rendre mon petit hommage en regardant à nouveau sa trilogie des morts vivants : Night of the living dead, Zombie et Day of the dead. C'était surtout l'occasion de revoir des films qui m'amusent beaucoup et de les partager avec Stéphanie qui ne les avait jamais vu...

Lorsqu'on lit un sujet sur Night of the living dead, il y a de grandes chances que soit signalé, derrière son aspect film d'horreur, son propos contestataire, à savoir la destruction symbolique de la famille traditionnelle et son antiracisme du fait que le héros soit joué par un acteur noir, Duane Jones, chose rare effectivement à l'époque.
Personnellement, j'ai toujours douté de ces intentions prêtées à George A. Romero. D'abord, il a toujours affirmé qu'il avait choisi Duane Jones pour ses talents d'acteur ; ce qui est cependant la preuve d'une ouverture d'esprit de sa part à une époque où…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …