Accéder au contenu principal

The thing (1982) - John Carpenter

Le 29 août dernier, je mettais en ligne un article à propos de Fright night, le film de Tom Holland dont le remake sortait deux semaines plus tard. Le 15 septembre, je m'interrogeais sur la pertinence de la sortie consécutives de deux nouvelles adaptations de La guerre des boutons. Cette fois, c'est le The thing de John Carpenter qui fait l'objet d'un remake sorti le 12 octobre dernier. Enfin, c'est plus subtil que ça, on parle de prequel c'est-à-dire une histoire qui se situe avant les événements du film de Carpenter. Néanmoins, à lire les commentaires et avis, beaucoup d'éléments en font plus un remake qu'un prequel. Vous suivez ? Quoi qu'il en soit, c'est surtout l'occasion de revenir sur l'oeuvre d'origine.
 
 
D'origine ? Pas vraiment. En fait, c'est déjà la deuxième adaptation d'une nouvelle qui s'intitule Who goes there ? de John W. Campbell. La première adaptation date de 1951 sous le titre The thing from another world (La chose d'un autre monde) et réalisé par Christian Nyby... même si l'on dit que c'est surtout Howard Hawks, le producteur, qui était derrière la caméra. Oui, on parle bien du Howard Hawks de Scarface, Le grand sommeil ou encore des westerns La rivière rouge, La captive aux yeux clairs ou Rio Bravo pour qui John Carpenter voue une admiration. Ce dernier reconnait d'ailleurs que certains aspects de ses films peuvent rappeler les westerns de Hawks.


Le film raconte l'histoire d'un groupe d'hommes installés dans une station de recherche de l’antarctique et qui se trouve confronté à une créature extraterrestre capable de prendre la forme de n'importe quel être vivant. Très vite, les soupçons et la paranoïa s'installent entre les membres du groupe.

Incontestablement, The thing fait partie des meilleurs réalisations de John Carpenter. Il est stupéfiant de s'apercevoir à quel point le film, près de 30 ans après sa sortie, n'a pas pris une seule ride. Exploitant brillament le format cinémascope, le metteur en scène commence par illustrer l'ennui de ces hommes qui sont dans la station depuis trop longtemps, l'extraterrestre qui surgit dans leur quotidien réveillant leur instinct de survie qui se manifestera de différentes façons en fonction de leur personnalité. C'est même pour certains un prétexte pour enfin se défouler.

L'un des meilleurs films de Carpenter, c'est aussi l'un des plus stressants du cinéma. La musique d'Ennio Morricone, loin du lyrisme dont il faisait preuve dans les westerns de Sergio Leone, contribue à marquer une ambiance de plus en plus lourde qui explosera face à la terreur que cause la chose. Les effets spéciaux de Rob Bottin, dans toutes les transformations que prend le monstre, sont toujours aussi remarquables.

A sa sortie en 1982, les résultats de The thing seront une déception. Mais très vite, dans les années 90, le film est devenu une référence du genre. L'hiver approche, la température baisse, l'atmosphère va bientôt être idéale pour se plonger un samedi soir dans le froid glacial et horrifique de l'Antartique de John Carpenter.


NB: Pour en savoir plus, il y a un site complet sur le film où on peut même lire la nouvelle de Campbell. C'est ICI.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…