Accéder au contenu principal

The thing (1982) - John Carpenter

Le 29 août dernier, je mettais en ligne un article à propos de Fright night, le film de Tom Holland dont le remake sortait deux semaines plus tard. Le 15 septembre, je m'interrogeais sur la pertinence de la sortie consécutives de deux nouvelles adaptations de La guerre des boutons. Cette fois, c'est le The thing de John Carpenter qui fait l'objet d'un remake sorti le 12 octobre dernier. Enfin, c'est plus subtil que ça, on parle de prequel c'est-à-dire une histoire qui se situe avant les événements du film de Carpenter. Néanmoins, à lire les commentaires et avis, beaucoup d'éléments en font plus un remake qu'un prequel. Vous suivez ? Quoi qu'il en soit, c'est surtout l'occasion de revenir sur l'oeuvre d'origine.
 
 
D'origine ? Pas vraiment. En fait, c'est déjà la deuxième adaptation d'une nouvelle qui s'intitule Who goes there ? de John W. Campbell. La première adaptation date de 1951 sous le titre The thing from another world (La chose d'un autre monde) et réalisé par Christian Nyby... même si l'on dit que c'est surtout Howard Hawks, le producteur, qui était derrière la caméra. Oui, on parle bien du Howard Hawks de Scarface, Le grand sommeil ou encore des westerns La rivière rouge, La captive aux yeux clairs ou Rio Bravo pour qui John Carpenter voue une admiration. Ce dernier reconnait d'ailleurs que certains aspects de ses films peuvent rappeler les westerns de Hawks.


Le film raconte l'histoire d'un groupe d'hommes installés dans une station de recherche de l’antarctique et qui se trouve confronté à une créature extraterrestre capable de prendre la forme de n'importe quel être vivant. Très vite, les soupçons et la paranoïa s'installent entre les membres du groupe.

Incontestablement, The thing fait partie des meilleurs réalisations de John Carpenter. Il est stupéfiant de s'apercevoir à quel point le film, près de 30 ans après sa sortie, n'a pas pris une seule ride. Exploitant brillament le format cinémascope, le metteur en scène commence par illustrer l'ennui de ces hommes qui sont dans la station depuis trop longtemps, l'extraterrestre qui surgit dans leur quotidien réveillant leur instinct de survie qui se manifestera de différentes façons en fonction de leur personnalité. C'est même pour certains un prétexte pour enfin se défouler.

L'un des meilleurs films de Carpenter, c'est aussi l'un des plus stressants du cinéma. La musique d'Ennio Morricone, loin du lyrisme dont il faisait preuve dans les westerns de Sergio Leone, contribue à marquer une ambiance de plus en plus lourde qui explosera face à la terreur que cause la chose. Les effets spéciaux de Rob Bottin, dans toutes les transformations que prend le monstre, sont toujours aussi remarquables.

A sa sortie en 1982, les résultats de The thing seront une déception. Mais très vite, dans les années 90, le film est devenu une référence du genre. L'hiver approche, la température baisse, l'atmosphère va bientôt être idéale pour se plonger un samedi soir dans le froid glacial et horrifique de l'Antartique de John Carpenter.


NB: Pour en savoir plus, il y a un site complet sur le film où on peut même lire la nouvelle de Campbell. C'est ICI.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…