Accéder au contenu principal

The thing (1982) - John Carpenter

Le 29 août dernier, je mettais en ligne un article à propos de Fright night, le film de Tom Holland dont le remake sortait deux semaines plus tard. Le 15 septembre, je m'interrogeais sur la pertinence de la sortie consécutives de deux nouvelles adaptations de La guerre des boutons. Cette fois, c'est le The thing de John Carpenter qui fait l'objet d'un remake sorti le 12 octobre dernier. Enfin, c'est plus subtil que ça, on parle de prequel c'est-à-dire une histoire qui se situe avant les événements du film de Carpenter. Néanmoins, à lire les commentaires et avis, beaucoup d'éléments en font plus un remake qu'un prequel. Vous suivez ? Quoi qu'il en soit, c'est surtout l'occasion de revenir sur l'oeuvre d'origine.
 
 
D'origine ? Pas vraiment. En fait, c'est déjà la deuxième adaptation d'une nouvelle qui s'intitule Who goes there ? de John W. Campbell. La première adaptation date de 1951 sous le titre The thing from another world (La chose d'un autre monde) et réalisé par Christian Nyby... même si l'on dit que c'est surtout Howard Hawks, le producteur, qui était derrière la caméra. Oui, on parle bien du Howard Hawks de Scarface, Le grand sommeil ou encore des westerns La rivière rouge, La captive aux yeux clairs ou Rio Bravo pour qui John Carpenter voue une admiration. Ce dernier reconnait d'ailleurs que certains aspects de ses films peuvent rappeler les westerns de Hawks.


Le film raconte l'histoire d'un groupe d'hommes installés dans une station de recherche de l’antarctique et qui se trouve confronté à une créature extraterrestre capable de prendre la forme de n'importe quel être vivant. Très vite, les soupçons et la paranoïa s'installent entre les membres du groupe.

Incontestablement, The thing fait partie des meilleurs réalisations de John Carpenter. Il est stupéfiant de s'apercevoir à quel point le film, près de 30 ans après sa sortie, n'a pas pris une seule ride. Exploitant brillament le format cinémascope, le metteur en scène commence par illustrer l'ennui de ces hommes qui sont dans la station depuis trop longtemps, l'extraterrestre qui surgit dans leur quotidien réveillant leur instinct de survie qui se manifestera de différentes façons en fonction de leur personnalité. C'est même pour certains un prétexte pour enfin se défouler.

L'un des meilleurs films de Carpenter, c'est aussi l'un des plus stressants du cinéma. La musique d'Ennio Morricone, loin du lyrisme dont il faisait preuve dans les westerns de Sergio Leone, contribue à marquer une ambiance de plus en plus lourde qui explosera face à la terreur que cause la chose. Les effets spéciaux de Rob Bottin, dans toutes les transformations que prend le monstre, sont toujours aussi remarquables.

A sa sortie en 1982, les résultats de The thing seront une déception. Mais très vite, dans les années 90, le film est devenu une référence du genre. L'hiver approche, la température baisse, l'atmosphère va bientôt être idéale pour se plonger un samedi soir dans le froid glacial et horrifique de l'Antartique de John Carpenter.


NB: Pour en savoir plus, il y a un site complet sur le film où on peut même lire la nouvelle de Campbell. C'est ICI.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…