Accéder au contenu principal

Seven (1995) - David Fincher

 Cet article contient des spoilers à propos de la fin de Se7en

J'ai eu l'occasion et donc l'envie de revoir Se7en, le chef d'oeuvre de David Fincher sorti en France au début de l'année 1996. Coïncidence, Brad Pitt qui y incarne le jeune flic David Mills est récemment revenu sur les conditions de sa participation au film. Dans Entertainment Weekly, il a déclaré: "J'ai dit au studio que je ne tournerai le film que si la tête était dans la boite. C'était contractuel. Il doit abattre le tueur à la fin. Il ne doit pas faire le bon choix, il réagit de manière passionnelle". A la place, et toujours selon ses propos, les producteurs lui auraient fait cette proposition: "Ce serait plus héroïque s'il ne tuait pas John Doe... Et la tête dans la boite, c'est troublant, peut-être que si c'était la tête du chien...".

Il est de ces films, quand on les regarde, quand le générique de fin commence, on sait qu'on a vu un classique du cinéma. C'est l'impression que j'ai eu quand j'ai revu Se7en dernièrement après ne pas l'avoir vu pendant plusieurs années. Ce qui est amusant, c'est qu'en général, les classiques du cinéma, ce sont ces films qu'on n'a pas eu l'occasion d'admirer sur grand écran à leur sortie parce qu'on n'était pas né ou trop jeune ; et on envie nos parents et grand-parents d'en avoir eu l'occasion. En vrac et dans des genres très différents : Once upon a time in the west, The godfather, King Kong (l'original de 1933), La grande vadrouille (si, si). J'ai eu la chance d'en voir quelques uns de ces grands classiques sur grand écran à l'occasion de ressorties: Le bon, la brute et le truand, The wild bunchThe night of the hunter, Apocalypse now (la version Redux) et The exorcist. Et en revoyant Se7en il y a quelques jours, j'ai eu cette impression de voir un classique... et être rétrospectivement encore plus heureux de l'avoir vu à sa sortie.

Mais c'est quoi un classique du cinéma ? On pourra donner toutes les définitions possibles, pas une ne fera l'unanimité. Le débat est sans fin comme pour ce qu'on entend par "série B", "chef-d’œuvre", "nanar" ou encore "culte", ce dernier terme ayant particulièrement été galvaudé car tout et n'importe quoi devient culte aujourd'hui. Ici, je parlerais plus d'impressions, de sensations. Un classique, c'est aussi et surtout une œuvre que la patine du temps a bonifié et que l'on regarde avec plaisir et délectation.

A quelques jours de la retraite, le détective William Somerset (Morgan Freeman) est contraint de faire équipe avec le tout jeune détective David Mills (Brad Pitt) pour enquêter sur un tueur en série dont chaque meurtre fait référence à un des sept péchés capitaux. L'idée de base est des plus clichés : mettre ensemble deux personnages opposés pour résoudre un problème, combien de fois ce procédé a t-il été utilisé ? On pense déjà d'emblée au duo de Lethal weapon où le personnage de Mel Gibson était déjà associé au vieux flic noir joué par Danny Glover. L'énorme différence, c'est que Se7en ne se place pas sur le ton du film grand public.


Avec la deuxième réalisation de David Fincher, on est dans le polar noir, le thriller tendu où la pression est palpable à chaque instant, dans chaque lieu, en extérieur comme en intérieur, jusque dans l'intimité du couple Mills mais aussi dans la solitude de Somerset. Le scénario, machiavélique, est servi par une mise en scène parfaitement rythmée qui nous amène méthodiquement à un final qui ne fait aucune concession aux exigences commerciales qui commandent trop souvent les règles du cinéma américain. Et ce final, Brad Pitt l'aurait sauvé en s'opposant aux producteurs et si tel est le cas, il a fait preuve d'un intuition pertinente.

Se7en a été copié à plusieurs reprises notamment par un Resurrection de Russell Mulcahy avec Christophe Lambert qui frôle souvent le ridicule, quand il ne tombe pas dedans. Voir quelques copies et plagiats de Se7en permet aussi de se rendre compte de tous les talents développés qui en font aujourd'hui un classique.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…