Accéder au contenu principal

Seven (1995) - David Fincher

 Cet article contient des spoilers à propos de la fin de Se7en

J'ai eu l'occasion et donc l'envie de revoir Se7en, le chef d'oeuvre de David Fincher sorti en France au début de l'année 1996. Coïncidence, Brad Pitt qui y incarne le jeune flic David Mills est récemment revenu sur les conditions de sa participation au film. Dans Entertainment Weekly, il a déclaré: "J'ai dit au studio que je ne tournerai le film que si la tête était dans la boite. C'était contractuel. Il doit abattre le tueur à la fin. Il ne doit pas faire le bon choix, il réagit de manière passionnelle". A la place, et toujours selon ses propos, les producteurs lui auraient fait cette proposition: "Ce serait plus héroïque s'il ne tuait pas John Doe... Et la tête dans la boite, c'est troublant, peut-être que si c'était la tête du chien...".

Il est de ces films, quand on les regarde, quand le générique de fin commence, on sait qu'on a vu un classique du cinéma. C'est l'impression que j'ai eu quand j'ai revu Se7en dernièrement après ne pas l'avoir vu pendant plusieurs années. Ce qui est amusant, c'est qu'en général, les classiques du cinéma, ce sont ces films qu'on n'a pas eu l'occasion d'admirer sur grand écran à leur sortie parce qu'on n'était pas né ou trop jeune ; et on envie nos parents et grand-parents d'en avoir eu l'occasion. En vrac et dans des genres très différents : Once upon a time in the west, The godfather, King Kong (l'original de 1933), La grande vadrouille (si, si). J'ai eu la chance d'en voir quelques uns de ces grands classiques sur grand écran à l'occasion de ressorties: Le bon, la brute et le truand, The wild bunchThe night of the hunter, Apocalypse now (la version Redux) et The exorcist. Et en revoyant Se7en il y a quelques jours, j'ai eu cette impression de voir un classique... et être rétrospectivement encore plus heureux de l'avoir vu à sa sortie.

Mais c'est quoi un classique du cinéma ? On pourra donner toutes les définitions possibles, pas une ne fera l'unanimité. Le débat est sans fin comme pour ce qu'on entend par "série B", "chef-d’œuvre", "nanar" ou encore "culte", ce dernier terme ayant particulièrement été galvaudé car tout et n'importe quoi devient culte aujourd'hui. Ici, je parlerais plus d'impressions, de sensations. Un classique, c'est aussi et surtout une œuvre que la patine du temps a bonifié et que l'on regarde avec plaisir et délectation.

A quelques jours de la retraite, le détective William Somerset (Morgan Freeman) est contraint de faire équipe avec le tout jeune détective David Mills (Brad Pitt) pour enquêter sur un tueur en série dont chaque meurtre fait référence à un des sept péchés capitaux. L'idée de base est des plus clichés : mettre ensemble deux personnages opposés pour résoudre un problème, combien de fois ce procédé a t-il été utilisé ? On pense déjà d'emblée au duo de Lethal weapon où le personnage de Mel Gibson était déjà associé au vieux flic noir joué par Danny Glover. L'énorme différence, c'est que Se7en ne se place pas sur le ton du film grand public.


Avec la deuxième réalisation de David Fincher, on est dans le polar noir, le thriller tendu où la pression est palpable à chaque instant, dans chaque lieu, en extérieur comme en intérieur, jusque dans l'intimité du couple Mills mais aussi dans la solitude de Somerset. Le scénario, machiavélique, est servi par une mise en scène parfaitement rythmée qui nous amène méthodiquement à un final qui ne fait aucune concession aux exigences commerciales qui commandent trop souvent les règles du cinéma américain. Et ce final, Brad Pitt l'aurait sauvé en s'opposant aux producteurs et si tel est le cas, il a fait preuve d'un intuition pertinente.

Se7en a été copié à plusieurs reprises notamment par un Resurrection de Russell Mulcahy avec Christophe Lambert qui frôle souvent le ridicule, quand il ne tombe pas dedans. Voir quelques copies et plagiats de Se7en permet aussi de se rendre compte de tous les talents développés qui en font aujourd'hui un classique.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…