Accéder au contenu principal

Walking dead - 16. Un vaste monde

Alors que Rick et les survivants continuent à organiser leur communauté retranchée derrière leurs murs protecteurs, un mystérieux homme les guette. Il se décidera à approcher Abraham et Michonne qui étaient en excursion dans la ville abandonnée jouxtant leurs murs.

L'étranger qui dit être surnommé Jésus leur affirme qu'il fait partie d'une communauté proposant des échanges commerciaux avec les autres groupes de survivants. Bien sûr, Rick et les siens sont d'abord méfiants notamment en raison du traumatisme encore présent de l'agression du gouverneur. 

Jésus sera d'abord retenu prisonnier avant que Rick se décide à vérifier la véracité de ses propos. Il découvrira alors une vaste communauté dirigée par un certain Gregory.

Il n'est pas étonnant de voir apparaitre le thème du commerce. Les responsables de Walking dead doivent savoir que le commerce a été, et est toujours, l'une des principales bases des rapprochements entre les différentes populations mondiales. 

Ainsi, la région où se déroule Walking dead prend de plus en plus l'allure d'une parabole de l'évolution de notre monde à travers les siècles. Il y a eu la période barbare pendant plusieurs volumes pour ensuite continuer avec celle de la construction d'une civilisation et arrive maintenant celle des échanges plus pacifiques avec d'autres groupes. C'est aussi porteur d'espoir. A la fin de ce volume, Rick a ces mots : "On va rebâtir une civilisation. On pourra se rapprocher du monde tel qu'il était avant. Retrouver la paix. Elever nos enfants. Aimer nos familles. Baisser notre garde. Quels que soient nos efforts impliqués par cet accord... ça vaudra le coup".

Bien sûr, on peut nuancer et même contester cette vision qui veut que du commerce vient la paix mais à nouveau, Walking dead se distingue par des éléments de fond ; et c'est ce qui fait que je continue sa lecture.

De plus, cette période pacifique qui se profile, va-t-elle perdurer ?

A suivre...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…