Accéder au contenu principal

La main au charbon : Chronique de l'Homme Moderne (2015) - Étienne Fossier

"Mo venait de descendre à la Rivière du saumon mâle, où la communauté s'était installée pour la saison chaude, car elle donnait envie de s'y baigner. De la rive, surplombant la vaste rivière en lacet qui ne devait pas se vider de son eau, il plongea sous la cascade et cessa d'être visible. Il venait de disparaître dans les profondeurs du courant et un bouillon de bulles fraîches triomphantes le revigorait. Aux alentours, comme il n'y avait pas de panneau d'interdiction, il nagea un moment sous la stimulante chute d'eau, à l'horizontal, puis, l'esprit purifié, sortit la tête de la rivière et respira un bol d'air frais. Il s'ébroua et se sentit de nouveau autorisé à vivre."

Mo vit au paléolithique supérieur, cette période considérée comme celle de l'arrivée de l'homme moderne. Avec lui, il y a Gary, un glouloup, un être mi-homme mi-loup.

Mo, épris de liberté, supporte de moins en moins les règles et le poids de la communauté dans laquelle il vit. Il quitte alors le groupe pour une aventure qui deviendra une métaphore de l'évolution humaine. Débordant d'idées, à chaque émulation de son cerveau, des fleurs lui poussent au milieu des cheveux. Sur la piste d'un mégacéros, autrement dit un cerf du paléolithique, Mo créera pour l'abattre l'Arme à Ressort de Corde, c'est-à-dire un arc.

Ainsi, d'abord pour satisfaire des besoins primitifs, ses inventions vont par la suite se faire de plus en plus élaborées pour tendre vers les arts et des créations qui donnent tout leur sens au terme Humanité. Mo retournera ensuite chez les siens pour partager ce qu'il a fait et découvert et c'est de cette façon que la communauté va pouvoir continuer d'évoluer vers la civilisation. C'est aussi une vision altruiste des choses que propose Étienne Fossier car à aucun moment, il n'est question de monnayer ses découvertes, Mo n'ayant qu'une intention, les partager avec sa communauté, notamment ce qu'il appelle la Gribouille c'est-à-dire les dessins qui ornent les grottes telles que les célèbres grottes de Lascaux.

Peu à peu, les avancées ne se contentent plus d'avoir des finalités visant à améliorer des besoins primaires. Ainsi, la mort du chaman fait l'objet d'un rituel et le rapprochement entre Mo et Kâa-lyn répond à des codes qui peuvent s'apparenter à un mariage.

Vient alors l'envie de la part de Mo de laisser des traces ineffaçables du passage de son peuple sur terre afin que les générations à venir aient conscience des civilisations passées.

Bien-sûr, nous sommes en présence d'un paléolithique imaginé car de nombreux éléments relèvent du domaine du fantastique. Par exemple, le soleil nommé ici le Roi du ciel peut se mettre à parler et je doute fortement qu'un être tel le glouloup ait effectivement existé. Mais ce n'est pas un problème, bien au contraire. L'important est le voyage qu'a écrit l'auteur, son regard sur le monde des Hommes d'aujourd'hui et qu'il partage avec ses lecteurs ; et en ce qui me concerne, ce fut une lecture agréable, surprenante et très amusante, Étienne Fossier faisant souvent preuve d'humour. De nombreux passages sont aussi de véritables odes à la nature, donnant à la lecture un sentiment de fraîcheur bien venu.

Il reste encore des choses à dire tant La main au charbon : Chronique de l'Homme moderne est un livre riche. J'invite donc les visiteurs de mon blog à s'y intéresser.

Note:
Étienne Fossier a dédié son livre à la mémoire de son frère, Franck.
Sur le chemin de ma vie, j'ai croisé Franck. J'étais en troisième et depuis plusieurs années, je m'étais pris de passion pour le dessin et les arts plastiques sous toutes leurs formes. Surtout, je dessinais beaucoup en cherchant toujours à varier les techniques et j'avais l'intention de me diriger vers un métier en lien avec les arts plastiques. 

A l'époque, existait le baccalauréat F12, arts et lettres, pour ensuite passer un BTS arts appliqués. Dans la région, deux lycées proposaient le bac F12. Il fallait cependant passer des épreuves d'entrée. Franck, fils d'une collègue de mon père avait suivi ce cursus et il s'était proposé pour me parler de son expérience et présenter son métier. Je l'avais évidemment rencontré avec plaisir.

J'ai ensuite passé les épreuves d'entrée pour les deux lycées. A Amiens, j'ai échoué à l'oral. A Roubaix, j'étais dans les premiers sur une liste d'attente après avoir passé les épreuves. Suite à quelques désistements, mes parents ont été appelés pour me dire que je pouvais rejoindre le lycée mais vexé de ne pas avoir été pris tout de suite, j'ai refusé pour suivre une filière des plus classiques, bac littéraire puis fac de droit.

Aujourd'hui, Franck n'est plus de ce monde.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…