Accéder au contenu principal

Walking dead - 9. Ceux qui restent

La période du pénitencier est finie. Rick et son fils Carl ont échappé à la mort dans les fusillades du précédent volume. Privés du peu de protection que leur offraient les murs de la prison, ils se retrouvent sur les routes, livrés à eux même et à tout moment à la merci des morts vivants.

Rick est souffrant et n'est donc pas au mieux pour assurer au maximum la protection de Carl. Alors qu'ils trouvent une maison au milieu d'une bourgade pour se reposer, Rick est trop faible pour éviter de s'endormir et même de s'effondrer pendant quelques jours.. Son fils va alors devoir apprendre à se débrouiller seul pendant ce temps. On assiste à la naissance d'un gamin qui apprend à grandir, à murir et à assumer ses responsabilités en devant s'occuper de lui-même et de son père.

Rick finira par se réveiller au bout de quelques jours mais des troubles psychologiques apparaissent. Étonnamment, le téléphone de la maison où lui et Carl se trouvent sonne et il s'agit de nulle autre que Lori, la femme de Rick qui cherche à entrer en contact avec des survivants... en vérité, il n'y a personne, tout se passe dans la tête du père de Carl.

Plus tard, ils retrouveront quelques uns de leurs compagnons d'infortune ayant survécu à l'attaque du gouverneur, dont Michonne, l'experte en maniement du katana qui ne semble pas non plus avoir une santé mentale des plus préservées. Elle s'imagine parler à son compagnon... mort.

Puis, il fallait s'y attendre, d'autres survivants arrivent. Représentent-ils une menace ? Leurs intentions sont-elles pacifiques ? En fait, avec leur venue, apparait un espoir. Parmi eux, un scientifique qui affirme savoir pourquoi les morts se sont mis à marcher. La solution pour remédier à ce chaos se trouverait à Washington.

A suivre, donc...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…