Accéder au contenu principal

Tomorrow never dies (1997) - Roger Spottiswoode


GoldenEye, le premier Bond de Pierce Brosnan, privilégiait l'ambiance. Pour le suivant, ce sera l'action. Pourquoi pas ?

Le but de GoldenEye était évident : après quelques années de disparition du grand écran, il s'agissait d'installer James Bond dans un nouveau monde post rideau de fer ; et la première bande annonce annonçait la couleur en ce sens : "It's a new world with new enemies and new threats but you can still depend on one man : 007". Maintenant que James Bond a été lancé dans ce monde nouveau, et de manière réussie, on peut revenir à une trame plus classique.

Ainsi, le scénario de Tomorrow never dies reprend un schéma narratif déjà éprouvé par le passé et place les scènes attendues aux moments opportuns. Le scénario ne brille donc pas par son originalité, pas plus que la mise en scène. Il ne fallait pas non plus attendre des miracles de la part du réalisateur de Stop! or my mom will shoot, l'un des plus mauvais Stallone. L'ensemble n'est pourtant pas désagréable mais ne permet pas au film de se démarquer. Même l'ennemi Elliot Carver (un Jonathan Pryce qui a tendance à en faire des tonnes), un magnat des médias, a un projet que j'ai toujours trouvé un peu "petit". Il se complique bien la vie pour obtenir l'exclusivité de la diffusion d'images multimédia en Chine. Il en devient ridicule.

Le marché asiatique est aussi clairement visé. La place donnée à l'actrice malaisienne Michelle Yeoh ne trompe pas quant aux intentions des producteurs. Il est vrai qu'à cette époque, le cinéma asiatique émergeait au niveau international mais le procédé qui est de courir après la mode du moment n'a jamais livré de bons James Bond (Live and let die, The man with the golden gun, Moonraker). La scène d'arts martiaux servie sur un plateau à Michel Yeoh apparait ainsi entièrement artificielle, d'autant plus qu'elle n'est pas franchement éblouissante.

Au bout d'une heure, Tomorrow never dies commence à tourner à vide. Les plans de Carver ont été exposés, rien de nouveau dans l'intrigue ne viendra en relancer l'intérêt. L'histoire n'a ainsi plus grand chose à dévoiler à part enchainer les scènes d'action en tous genres.  C'est un peu court.

Pourtant, Tomorrow never dies dispose d'atouts maintenant quelque attention. J'aime bien le personnage de Paris Carver et Teri Hatcher lui apporte une triste sensualité qui ne me laisse pas indifférent ; et Pierce Brosnan sait se montrer émouvant lorsqu'il découvre son corps sans vie. La confrontation avec son assassin, le Dr Kaufmann (amusant Vincent Schiavelli) juste après n'en est que plus forte. Un très bon passage.

Et surtout, le film offre une scène à laquelle je rêvais d'assister un jour au cinéma : Une poursuite dans un parking couvert à étages. Pourquoi une telle envie ? L'idée me semblait intéressante ; et j'en ai rêvé, James Bond l'a fait. Et de quelle manière ! Le moment le plus enthousiasmant du film.

Une fois de plus, le bluray transforme le visionnage du film en une découverte de détails jamais observés auparavant.

Commentaires

  1. Rien à ajouter, vous avez tout dit. Une fois encore, nous en avons souvent parlé, il faut déplorer que les Bond joués par Brosnan soient desservis par des scénarios faiblards. Je suis bien d'accord avec vous en ce qui concerne le personnage de Paris Carver et regrette que beaucoup d'autres personnages très intéressants (et toujours justes) dans les films de Bond soient systématiquement tués par des scénaristes au cerveau fatigué. On ne les compte plus, le summum en la matière étant d'avoir fait mourir Mathis dans Quantum of solace, alors qu'on avait trouvé l'interprète idéal et que le personnage était formidable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La période Brosnan est très décevante, l'avantage est qu'elle ne s'est pas éternisée comme celle de Moore.

      Supprimer
  2. Oh oui, heureusement. Il y a cependant une différence : Moore était coupable de son interprétation ridicule, Brosnan n'était pas responsable des scénarios insuffisants.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…