Accéder au contenu principal

Tomorrow never dies (1997) - Roger Spottiswoode


GoldenEye, le premier Bond de Pierce Brosnan, privilégiait l'ambiance. Pour le suivant, ce sera l'action. Pourquoi pas ?

Le but de GoldenEye était évident : après quelques années de disparition du grand écran, il s'agissait d'installer James Bond dans un nouveau monde post rideau de fer ; et la première bande annonce annonçait la couleur en ce sens : "It's a new world with new enemies and new threats but you can still depend on one man : 007". Maintenant que James Bond a été lancé dans ce monde nouveau, et de manière réussie, on peut revenir à une trame plus classique.

Ainsi, le scénario de Tomorrow never dies reprend un schéma narratif déjà éprouvé par le passé et place les scènes attendues aux moments opportuns. Le scénario ne brille donc pas par son originalité, pas plus que la mise en scène. Il ne fallait pas non plus attendre des miracles de la part du réalisateur de Stop! or my mom will shoot, l'un des plus mauvais Stallone. L'ensemble n'est pourtant pas désagréable mais ne permet pas au film de se démarquer. Même l'ennemi Elliot Carver (un Jonathan Pryce qui a tendance à en faire des tonnes), un magnat des médias, a un projet que j'ai toujours trouvé un peu "petit". Il se complique bien la vie pour obtenir l'exclusivité de la diffusion d'images multimédia en Chine. Il en devient ridicule.

Le marché asiatique est aussi clairement visé. La place donnée à l'actrice malaisienne Michelle Yeoh ne trompe pas quant aux intentions des producteurs. Il est vrai qu'à cette époque, le cinéma asiatique émergeait au niveau international mais le procédé qui est de courir après la mode du moment n'a jamais livré de bons James Bond (Live and let die, The man with the golden gun, Moonraker). La scène d'arts martiaux servie sur un plateau à Michel Yeoh apparait ainsi entièrement artificielle, d'autant plus qu'elle n'est pas franchement éblouissante.

Au bout d'une heure, Tomorrow never dies commence à tourner à vide. Les plans de Carver ont été exposés, rien de nouveau dans l'intrigue ne viendra en relancer l'intérêt. L'histoire n'a ainsi plus grand chose à dévoiler à part enchainer les scènes d'action en tous genres.  C'est un peu court.

Pourtant, Tomorrow never dies dispose d'atouts maintenant quelque attention. J'aime bien le personnage de Paris Carver et Teri Hatcher lui apporte une triste sensualité qui ne me laisse pas indifférent ; et Pierce Brosnan sait se montrer émouvant lorsqu'il découvre son corps sans vie. La confrontation avec son assassin, le Dr Kaufmann (amusant Vincent Schiavelli) juste après n'en est que plus forte. Un très bon passage.

Et surtout, le film offre une scène à laquelle je rêvais d'assister un jour au cinéma : Une poursuite dans un parking couvert à étages. Pourquoi une telle envie ? L'idée me semblait intéressante ; et j'en ai rêvé, James Bond l'a fait. Et de quelle manière ! Le moment le plus enthousiasmant du film.

Une fois de plus, le bluray transforme le visionnage du film en une découverte de détails jamais observés auparavant.

Commentaires

  1. Rien à ajouter, vous avez tout dit. Une fois encore, nous en avons souvent parlé, il faut déplorer que les Bond joués par Brosnan soient desservis par des scénarios faiblards. Je suis bien d'accord avec vous en ce qui concerne le personnage de Paris Carver et regrette que beaucoup d'autres personnages très intéressants (et toujours justes) dans les films de Bond soient systématiquement tués par des scénaristes au cerveau fatigué. On ne les compte plus, le summum en la matière étant d'avoir fait mourir Mathis dans Quantum of solace, alors qu'on avait trouvé l'interprète idéal et que le personnage était formidable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La période Brosnan est très décevante, l'avantage est qu'elle ne s'est pas éternisée comme celle de Moore.

      Supprimer
  2. Oh oui, heureusement. Il y a cependant une différence : Moore était coupable de son interprétation ridicule, Brosnan n'était pas responsable des scénarios insuffisants.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …