Accéder au contenu principal

Tomorrow never dies (1997) - Roger Spottiswoode


GoldenEye, le premier Bond de Pierce Brosnan, privilégiait l'ambiance. Pour le suivant, ce sera l'action. Pourquoi pas ?

Le but de GoldenEye était évident : après quelques années de disparition du grand écran, il s'agissait d'installer James Bond dans un nouveau monde post rideau de fer ; et la première bande annonce annonçait la couleur en ce sens : "It's a new world with new enemies and new threats but you can still depend on one man : 007". Maintenant que James Bond a été lancé dans ce monde nouveau, et de manière réussie, on peut revenir à une trame plus classique.

Ainsi, le scénario de Tomorrow never dies reprend un schéma narratif déjà éprouvé par le passé et place les scènes attendues aux moments opportuns. Le scénario ne brille donc pas par son originalité, pas plus que la mise en scène. Il ne fallait pas non plus attendre des miracles de la part du réalisateur de Stop! or my mom will shoot, l'un des plus mauvais Stallone. L'ensemble n'est pourtant pas désagréable mais ne permet pas au film de se démarquer. Même l'ennemi Elliot Carver (un Jonathan Pryce qui a tendance à en faire des tonnes), un magnat des médias, a un projet que j'ai toujours trouvé un peu "petit". Il se complique bien la vie pour obtenir l'exclusivité de la diffusion d'images multimédia en Chine. Il en devient ridicule.

Le marché asiatique est aussi clairement visé. La place donnée à l'actrice malaisienne Michelle Yeoh ne trompe pas quant aux intentions des producteurs. Il est vrai qu'à cette époque, le cinéma asiatique émergeait au niveau international mais le procédé qui est de courir après la mode du moment n'a jamais livré de bons James Bond (Live and let die, The man with the golden gun, Moonraker). La scène d'arts martiaux servie sur un plateau à Michel Yeoh apparait ainsi entièrement artificielle, d'autant plus qu'elle n'est pas franchement éblouissante.

Au bout d'une heure, Tomorrow never dies commence à tourner à vide. Les plans de Carver ont été exposés, rien de nouveau dans l'intrigue ne viendra en relancer l'intérêt. L'histoire n'a ainsi plus grand chose à dévoiler à part enchainer les scènes d'action en tous genres.  C'est un peu court.

Pourtant, Tomorrow never dies dispose d'atouts maintenant quelque attention. J'aime bien le personnage de Paris Carver et Teri Hatcher lui apporte une triste sensualité qui ne me laisse pas indifférent ; et Pierce Brosnan sait se montrer émouvant lorsqu'il découvre son corps sans vie. La confrontation avec son assassin, le Dr Kaufmann (amusant Vincent Schiavelli) juste après n'en est que plus forte. Un très bon passage.

Et surtout, le film offre une scène à laquelle je rêvais d'assister un jour au cinéma : Une poursuite dans un parking couvert à étages. Pourquoi une telle envie ? L'idée me semblait intéressante ; et j'en ai rêvé, James Bond l'a fait. Et de quelle manière ! Le moment le plus enthousiasmant du film.

Une fois de plus, le bluray transforme le visionnage du film en une découverte de détails jamais observés auparavant.

Commentaires

  1. Rien à ajouter, vous avez tout dit. Une fois encore, nous en avons souvent parlé, il faut déplorer que les Bond joués par Brosnan soient desservis par des scénarios faiblards. Je suis bien d'accord avec vous en ce qui concerne le personnage de Paris Carver et regrette que beaucoup d'autres personnages très intéressants (et toujours justes) dans les films de Bond soient systématiquement tués par des scénaristes au cerveau fatigué. On ne les compte plus, le summum en la matière étant d'avoir fait mourir Mathis dans Quantum of solace, alors qu'on avait trouvé l'interprète idéal et que le personnage était formidable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La période Brosnan est très décevante, l'avantage est qu'elle ne s'est pas éternisée comme celle de Moore.

      Supprimer
  2. Oh oui, heureusement. Il y a cependant une différence : Moore était coupable de son interprétation ridicule, Brosnan n'était pas responsable des scénarios insuffisants.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain (2013) - Amandine Dhée

"Elle est laide, aurait dit ma grand-mère lorsque je suis venue au monde.
C'est qu'il faut voir, tout juste sortie du ventre. Mes yeux qui débordent du visage sans jamais voir vraiment. Mes secousses du corps, impossibles à soulager.
Pesée, mesurée, testée. On me jette de petits coups d'yeux, on chuchote de moi. Les infirmières marchent feutré. Il fait chaud. Ça sent le produit de nettoyage et de soignage, le bonheur et la confusion.
Les visiteurs égarés ravalent leurs points d'interrogation. T'as eu mal ? T'es recousue ? T'as vu comme il est bizarre ton bébé ?"

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain est le récit d'une fille qui avance vers l'âge adulte, le regard posé sur le quotidien qui l'entoure, les gens, les codes de conduite en société, mais il y a toujours un "couac", un "hic" qui vient ternir le plaisir.
Le livre est plutôt court, l'écriture assez légère et l'ensemble est amusant et …