Accéder au contenu principal

The world is not enough (1999) - Michael Apted

Le titre du film est la traduction de Orbis non sufficit, la devise latine qui se trouve sur les armoiries familiales de James Bond. Cette information étant donnée dans On her Majesty's secret service, le roman, il était donc légitime de supposer que The world is not enough opérait un retour aux sources flemingiennes de James Bond.

Ce n'est pourtant pas le cas.

The world is not enough fait la part belle aux scènes d'action et de cascades qui sont pour la plupart bien réalisées (ah, ce prégénérique !) mais il y a des ratés. La poursuite entre les parahawks et Bond (Pierce Brosnan bien sûr) et Elektra (Sophie Marceau) en skis manque cruellement de tension. Un comble alors que jusque là, les Bond excellaient dans les séquences enneigées (quatre films sont remarquables à ce sujet : On her Majesty's secret service, The spy who loved me, For your eyes only et The living daylights).

La fin dans le sous marin nucléaire a tendance à traîner en longueur et systématiquement, j'ai envie de l'accélérer. A l'inverse, l'attaque de l'usine de caviar par des hélicoptères équipés de scies circulaires fait partie de ces moments qui m'amuse toujours autant.

Et Sophie Marceau est une bien mauvaise actrice. Elle l'a toujours été et jouer dans un James Bond ne fait pas exception à la règle, que l'on regarde le film en anglais ou en français. Je ne comprends toujours pas pourquoi elle a été retenue pour le rôle d'Elektra King. Il faut dire aussi que le niveau des dialogues ne l'aide pas non plus. Son affirmation qui veut que la vie ne vaut pas d'être vécue si on ne la vit pas comme un rêve, c'est du niveau d'une adolescente en pleine crise. Le plus consternant est d'entendre Renard (Robert Carlyle) affirmer la même chose alors qu'il est sensé être l'un des plus dangereux terroristes au monde. Il est aussi terrible de constater à quel point la notion du terrorisme développée par les scénaristes a rapidement été rendue obsolète deux ans plus tard c'est-à-dire dès le 11 septembre 2001. Le contraste aujourd'hui est encore plus saisissant.

Denise Richards n'est pas non plus une scientifique nucléaire très crédible. Rien dans le scénario ne lui donnera l'occasion de l'être et son jeu est trop limité pour l'être d'elle même.

Pourtant, l'intrigue contient d'intéressantes ressources scénaristiques comme le fait que le MI6 et James Bond aient été utilisés pour servir les intérêts financiers du magnat du pétrole Sir Robert King (David Calder) parce que M et lui sont d'anciens camarades de faculté. Il y a aussi Elektra, la fille de Robert King, affectée du syndrome de Stockholm jusqu'à éprouver un amour fou pour son ravisseur. Hélas, tout cela ne sera jamais traité qu'en surface.

Dans ce scénario trop léger, Pierce Brosnan fait ce qu'il peut en tentant de donner à son James Bond un minimum de consistance entre jouer sur l'empathie, la peur, la colère et d'autres émotions ; mais jamais le spectateur ne peut se sentir réellement impliqué, tant souvent l'ensemble reste assez superficiel. Si The world is not enough n'est pas désagréable à suivre, il reste assez bancal, hésitant toujours entre un ton sérieux et un autre plus léger sans jamais atteindre le parfait équilibre d'un The spy who loved me.

En fin de compte, le troisième Brosnan annonce le catastrophique Die another day.

Il reste toutefois un moment émouvant, celui des adieux de Q à James Bond, et donc de Desmond Llewelyn au public. Cruel destin pour celui qui incarnait le major Boothroyd depuis les années soixante, il trouva la mort peu de temps après dans un accident de voiture, à la fin de l'année 1999.

Comme d'habitude, l'image du Blu-ray du coffret Bond 50 est impeccable. Un vrai plaisir.

Commentaires

  1. Certes, scénario faiblard, une fois de plus, et interprétation peu satisfaisante des uns et des autres. Il demeure effectivement la séquence de l'usine de caviar, proprement jubilatoire.
    Desmond Llewelyn est décédé dans un accident de voiture, oui, et ajoutons que cela s'est produit alors qu'il revenait d'une manifestation bondienne dont il était l'invité.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…