Accéder au contenu principal

The world is not enough (1999) - Michael Apted

Le titre du film est la traduction de Orbis non sufficit, la devise latine qui se trouve sur les armoiries familiales de James Bond. Cette information étant donnée dans On her Majesty's secret service, le roman, il était donc légitime de supposer que The world is not enough opérait un retour aux sources flemingiennes de James Bond.

Ce n'est pourtant pas le cas.

The world is not enough fait la part belle aux scènes d'action et de cascades qui sont pour la plupart bien réalisées (ah, ce prégénérique !) mais il y a des ratés. La poursuite entre les parahawks et Bond (Pierce Brosnan bien sûr) et Elektra (Sophie Marceau) en skis manque cruellement de tension. Un comble alors que jusque là, les Bond excellaient dans les séquences enneigées (quatre films sont remarquables à ce sujet : On her Majesty's secret service, The spy who loved me, For your eyes only et The living daylights).

La fin dans le sous marin nucléaire a tendance à traîner en longueur et systématiquement, j'ai envie de l'accélérer. A l'inverse, l'attaque de l'usine de caviar par des hélicoptères équipés de scies circulaires fait partie de ces moments qui m'amuse toujours autant.

Et Sophie Marceau est une bien mauvaise actrice. Elle l'a toujours été et jouer dans un James Bond ne fait pas exception à la règle, que l'on regarde le film en anglais ou en français. Je ne comprends toujours pas pourquoi elle a été retenue pour le rôle d'Elektra King. Il faut dire aussi que le niveau des dialogues ne l'aide pas non plus. Son affirmation qui veut que la vie ne vaut pas d'être vécue si on ne la vit pas comme un rêve, c'est du niveau d'une adolescente en pleine crise. Le plus consternant est d'entendre Renard (Robert Carlyle) affirmer la même chose alors qu'il est sensé être l'un des plus dangereux terroristes au monde. Il est aussi terrible de constater à quel point la notion du terrorisme développée par les scénaristes a rapidement été rendue obsolète deux ans plus tard c'est-à-dire dès le 11 septembre 2001. Le contraste aujourd'hui est encore plus saisissant.

Denise Richards n'est pas non plus une scientifique nucléaire très crédible. Rien dans le scénario ne lui donnera l'occasion de l'être et son jeu est trop limité pour l'être d'elle même.

Pourtant, l'intrigue contient d'intéressantes ressources scénaristiques comme le fait que le MI6 et James Bond aient été utilisés pour servir les intérêts financiers du magnat du pétrole Sir Robert King (David Calder) parce que M et lui sont d'anciens camarades de faculté. Il y a aussi Elektra, la fille de Robert King, affectée du syndrome de Stockholm jusqu'à éprouver un amour fou pour son ravisseur. Hélas, tout cela ne sera jamais traité qu'en surface.

Dans ce scénario trop léger, Pierce Brosnan fait ce qu'il peut en tentant de donner à son James Bond un minimum de consistance entre jouer sur l'empathie, la peur, la colère et d'autres émotions ; mais jamais le spectateur ne peut se sentir réellement impliqué, tant souvent l'ensemble reste assez superficiel. Si The world is not enough n'est pas désagréable à suivre, il reste assez bancal, hésitant toujours entre un ton sérieux et un autre plus léger sans jamais atteindre le parfait équilibre d'un The spy who loved me.

En fin de compte, le troisième Brosnan annonce le catastrophique Die another day.

Il reste toutefois un moment émouvant, celui des adieux de Q à James Bond, et donc de Desmond Llewelyn au public. Cruel destin pour celui qui incarnait le major Boothroyd depuis les années soixante, il trouva la mort peu de temps après dans un accident de voiture, à la fin de l'année 1999.

Comme d'habitude, l'image du Blu-ray du coffret Bond 50 est impeccable. Un vrai plaisir.

Commentaires

  1. Certes, scénario faiblard, une fois de plus, et interprétation peu satisfaisante des uns et des autres. Il demeure effectivement la séquence de l'usine de caviar, proprement jubilatoire.
    Desmond Llewelyn est décédé dans un accident de voiture, oui, et ajoutons que cela s'est produit alors qu'il revenait d'une manifestation bondienne dont il était l'invité.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…