Accéder au contenu principal

GoldenEye (1995) - Martin Campbell

1988 : Dr No est diffusé à la télévision. C'est un coup de foudre.

1989 : Je vais voir Licence to kill qui vient de sortir.

Puis... plus rien.

Enfin, pas exactement. Je découvre rapidement les uns après les autres les précédents James Bond mais jusqu'en 1995, pour des questions juridiques, aucun nouveau ne sort au cinéma alors que leur moyenne de sortie était d'un film tous les deux ans. Je me souviens d'une interview de Desmond Llewelyn dans laquelle il déplorait la situation. En 1995, GoldenEye sort enfin. Évidemment, je vais le voir ; et bien sûr, en sortant du cinéma, je suis ravi. Je suis même allé le voir trois fois.

C'est toujours avec plaisir que je regarde le premier Bond avec Pierce Brosnan. Le scénario, qui dans sa structure emprunte à Thunderball (le vol d'une arme de destruction massive par une organisation terroriste sans que James Bond ne soit dans un premier temps impliqué dans une enquête à son sujet), offre un bon suspense et d'intéressantes ramifications comme celle concernant les cosaques de Lienz, renvoyés par les anglais à Staline qui les massacrera à la fin de la seconde guerre mondiale. Il me semble que c'est la première fois qu'un événement peu glorieux de l'histoire de l'Angleterre est mentionné dans un Bond.

La mise en scène de Martin Campbell est de bonne facture malgré parfois des effets spéciaux pas toujours à la hauteur, en raison certainement d'un budget qui, à l'époque, était d'environ moitié moins de ce qui s'allouait déjà pour ce genre de production. Mais le succès du film était incertain, le public allait-il encore répondre présent pour un héros que l'on disait dépassé.

Le plaisir qu'a Pierce Brosnan à incarner James Bond crève l'écran. Son 007 se veut élégant, à défaut d'être franchement charismatique ; et pour la première fois, M est une femme interprétée par Judi Dench qui confirmera sa prestance dans les films qui suivront. En soulignant l'anachronisme de son agent, la relation entre elle et lui devient intéressante. C'est aussi une manière assez habile pour les producteurs d'introduire James Bond dans un monde où les codes ont changé, tant d'un point de vue géopolitique (la chute du mur de Berlin) que cinématographique (le dynamitage du cinéma d'action et d'aventures effectué pendant les années d'absence du héros sur grand écran).

Concernant la bande originale d'Eric Serra, je dois être l'un des rares à l'apprécier, vu les nombreux commentaires négatifs qu'il est possible de lire à son sujet dans les différents forums. Pourtant, habituellement, je ne suis pas amateur du travail du compositeur fétiche de Luc Besson mais je trouve qu'il créé ici une ambiance collant parfaitement aux images de cette Russie post URSS. Ah ! cette ambiance nocturne dans ce parc où sont stockées des statues de l'ancienne Union Soviétique ! J'adore ; d'autant que c'est le moment où est révélée l'identité de Janus.

Le point décevant de GoldenEye est la BMW Z3. Pas du modèle en tant que tel mais pourquoi Q annonce une série de gadgets qui ne seront jamais utilisés ? C'est frustrant. Jamais un tel coup n'avait été fait dans les films précédents. C'est juste un gros coup publicitaire pour la marque à hélice sur fond bleu et blanc.

L'année de sa sortie, j'avais tellement lu de magazines traitant de GoldenEye que j'en connaissais les grandes lignes jusqu'à savoir qui se cachait derrière l'organisation mafieuse russe Janus ; mais le plaisir de voir un nouveau James Bond était intact.

Une fois de plus, je suis ébahi par le travail effectué sur l'image. Les contrastes sont magnifiques et participent au renforcement des ambiances.Jusqu'à présent, c'est certainement le travail les plus fin fait sur un James Bond.

Commentaires

  1. La période Brosnan reste pour moi - vous le savez puisque nous en avons déjà parlé - entachée par une grande faiblesse des scénarios, si bien que l'acteur n'a pu être servi comme il eût pu l'être. Chaque nouvelle vision me conforte dans cette impression.
    Au-delà de ce point, il reste que, si je ne me trompe, c'est à partir de Goldeneye que l'âge moyen du méchant va chuter considérablement. Et là, je trouve (mais sans doute est-ce un sentiment uniquement personnel) que les méchants en question deviennent moins crédibles car on ne peut guère croire qu'ils ont acquis leur puissance matérielle, politique, logistique, si vite. Plus largement, je trouve que ces méchants trop jeunes n'ont pas les épaules pour tenir leur rôle de méchant. le Dr No, Rosa Klebb, Goldfinger, Largo et autres étaient plus âgés, il me semble. En tout cas, ils avaient plus d'épaisseur.

    RépondreSupprimer
  2. Voilà une réflexion intéressante : la crédibilité des méchants pendant la période Brosnan malmenée du fait de leur âge ; mais aussi, alors que GoldenEye semblait prometteur pour la période qui s'ouvrait avec cet l'acteur, les choses sont, en fin de compte, restées très en surface.

    RépondreSupprimer
  3. Eh oui, et Brosnan n'est pas responsable de cela.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…