Accéder au contenu principal

Durango - Tome 12 : L'héritière

L'héritière fait directement suite à Colorado, le précédent tome de Durango qui se concluait sur une interrogation quant à la vie du pistolero tombé dans une rivière du haut d'une falaise. Évidemment, Durango est vivant mais créer ce genre de suspense fait partie d'un jeu où tout le monde est complice, les auteurs comme les lecteurs.

Ici, le pistolero fait évader Célia Norton, enfermée dans un asile à l'initiative de son père. Ils entendent bien reprendre le dessus sur ce dernier et Maxwell, le shérif qui sème la terreur sur la ville avec ses adjoints. Parallèlement, les mineurs organisent leur révolte.

Le douzième volet adopte donc un fond politique en mettant en scène le début de conflits sociaux aux États-Unis.

Je n'ai cette fois pas remarqué de références à un western en particulier. Peut-être est-ce du au fait que je n'ai pas une connaissance encyclopédique en la matière mais il est aussi possible qu'Yves Swolfs s'émancipe de ses influences. Cela dit, le sujet de cet album n'aurait pas dépeint dans un western italien. Je pense par exemple à Sergio Sollima dont les trois westerns qu'il a réalisés (La resa dei conti, Faccia a faccia, Corri uomo corri) adoptent clairement des thèmes politiques. Je connais cependant assez mal ces trois films et si je peux adhérer au fond, je n'en aime pas la forme. En effet, ils m'apparaissent mal foutus. Je ne les ai donc vus qu'une seule fois alors que j'ai regardé sans compter tous les Leone et les meilleurs Corbucci.

Mais cette absence de  clin d’œil signifie peut-être également que Swolfs entend maintenant se démarquer volontairement de ses principales influences. De son premier album entièrement inspiré de Il grande silenzio à quelques furtives apparitions de personnages dans Colorado, il est évident qu'il a progressivement développé ses propres scénarios et ses propres personnages avec, néanmoins, une atmosphère western "spaghetti" ou post "spaghetti" (un terme qu'en réalité je n'aime pas car rempli de mépris. S'il s'agissait de productions allemandes, on les appellerait les westerns Kartoffel ? Et françaises ? les westerns fromage ? Camembert ?).

Pour conclure, L'héritière est un opus intéressant et divertissant à lire. Un solide album.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…