Accéder au contenu principal

Pandemia (2015) - Franck Thilliez

"Le premier son qu'entendit Gabriel fut le cliquetis de la chaîne menottée à sa cheville gauche.
La douleur sous son crâne était abominable. Recroquevillé sur le flanc, il fit glisser ses doigts sur la surface métallique qui lui entaillait la joue droite. Il devait s'agir d'une grille de ventilation en acier, l'un de ces trucs qui soulèvent les robes des filles lorsqu'elles marchent dessus. Gabriel aimait bien ces grilles-là, d'ordinaire.
Il devina que de l'eau circulait dessous. Où l'avait-on emmené ? Et pourquoi ? Il cuvait encore son mauvais vin, mais il se souvenait avec exactitude de cette silhouette noire, jaillie de nulle part, sous le pont. Gabriel avait pensé à un oiseau géant, avec son bec, ses griffes démesurées qui brillaient sous la lune, avant qu'il sente une douleur dans sa nuque et ferme les yeux pour se réveiller ici, dans un lieu plus noir qu'une nuit sans étoiles."

Angor n'était sorti que depuis quelques mois que déjà, le nouveau Franck Thilliez sortait. Je craignais un peu la déception car Angor ne m'avait pas entièrement convaincu, en raison surtout de sa longueur, l'écrivain ne semblant pas trouver le bon moment pour conclure son intrigue.

Mais Pandemia est autrement convaincant. Les chapitres sont plus courts, le récit gagne ainsi en rythme et en intensité. Le roman est aussi moins long. Cela dit, les éditeurs sont des petits malins. Comme le précédent thriller, il fait plus de six-cents pages mais la police de caractère est plus grande.

Une nouvelle fois, l'auteur convoque ses personnages fétiches, Franck Sharko et Lucie Hennebelle mais on retrouve également Camille Thibault, la gendarme greffée du cœur de Angor ; mais la nouvelle héroïne charismatique est cette fois Amandine, une scientifique de l'institut Pasteur. Assez rapidement, celles et ceux ayant lu Angor se rendront compte que Pandemia en est la suite. En effet, l'homme en noir, qui leur avait échappé précédemment est de retour et ce qu'il a mis en place est terrifiant.

Franck Thilliez ne se contente pas de faire des effets d'annonce tant ce qu'il décrit semble reposer sur des bases documentaires et scientifiques solides. D'ailleurs, à la fin du livre, il remercie plusieurs membres de l'institut Pasteur de Lille et en lisant cet article de Ouest France, on apprend que l'idée de Pandemia lui est venue après une visite à cet l'institut. J'ignore si ce qu'il imagine est réellement possible scientifiquement parlant mais si tel est le cas, c'est à en avoir froid dans le dos.

Il y a également ce qu'il appelle le darknet, une sorte d'internet privé dans internet où se regroupent tout un tas d'individus tous plus déviants et monstrueux les uns des autres. S'inspire t-il de quelque chose d'existant dont il aurait entendu parler ? Personnellement, je n'ai pas envie d'en savoir davantage tant ce serait se diriger dans des profondeurs de l'âme humaine que je n'ai absolument pas envie de connaître. Je me contenterai donc de la fiction, qui en soit est déjà assez terrible comme ça.

Rythme et intensité, disais-je plus haut, l'auteur les maintient jusque dans les dernières lignes. Ce qui est aussi intéressant est que même si Franck Sharko est son personnage principal, il fait toujours en sorte que les enquêtes soient menées collectivement. De ce fait, tout le monde a plus ou moins une consistance jusque dans leurs comportements privés.

Qu'imagine Franck Thilliez pour son prochain thriller ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…