Accéder au contenu principal

Pandemia (2015) - Franck Thilliez

"Le premier son qu'entendit Gabriel fut le cliquetis de la chaîne menottée à sa cheville gauche.
La douleur sous son crâne était abominable. Recroquevillé sur le flanc, il fit glisser ses doigts sur la surface métallique qui lui entaillait la joue droite. Il devait s'agir d'une grille de ventilation en acier, l'un de ces trucs qui soulèvent les robes des filles lorsqu'elles marchent dessus. Gabriel aimait bien ces grilles-là, d'ordinaire.
Il devina que de l'eau circulait dessous. Où l'avait-on emmené ? Et pourquoi ? Il cuvait encore son mauvais vin, mais il se souvenait avec exactitude de cette silhouette noire, jaillie de nulle part, sous le pont. Gabriel avait pensé à un oiseau géant, avec son bec, ses griffes démesurées qui brillaient sous la lune, avant qu'il sente une douleur dans sa nuque et ferme les yeux pour se réveiller ici, dans un lieu plus noir qu'une nuit sans étoiles."

Angor n'était sorti que depuis quelques mois que déjà, le nouveau Franck Thilliez sortait. Je craignais un peu la déception car Angor ne m'avait pas entièrement convaincu, en raison surtout de sa longueur, l'écrivain ne semblant pas trouver le bon moment pour conclure son intrigue.

Mais Pandemia est autrement convaincant. Les chapitres sont plus courts, le récit gagne ainsi en rythme et en intensité. Le roman est aussi moins long. Cela dit, les éditeurs sont des petits malins. Comme le précédent thriller, il fait plus de six-cents pages mais la police de caractère est plus grande.

Une nouvelle fois, l'auteur convoque ses personnages fétiches, Franck Sharko et Lucie Hennebelle mais on retrouve également Camille Thibault, la gendarme greffée du cœur de Angor ; mais la nouvelle héroïne charismatique est cette fois Amandine, une scientifique de l'institut Pasteur. Assez rapidement, celles et ceux ayant lu Angor se rendront compte que Pandemia en est la suite. En effet, l'homme en noir, qui leur avait échappé précédemment est de retour et ce qu'il a mis en place est terrifiant.

Franck Thilliez ne se contente pas de faire des effets d'annonce tant ce qu'il décrit semble reposer sur des bases documentaires et scientifiques solides. D'ailleurs, à la fin du livre, il remercie plusieurs membres de l'institut Pasteur de Lille et en lisant cet article de Ouest France, on apprend que l'idée de Pandemia lui est venue après une visite à cet l'institut. J'ignore si ce qu'il imagine est réellement possible scientifiquement parlant mais si tel est le cas, c'est à en avoir froid dans le dos.

Il y a également ce qu'il appelle le darknet, une sorte d'internet privé dans internet où se regroupent tout un tas d'individus tous plus déviants et monstrueux les uns des autres. S'inspire t-il de quelque chose d'existant dont il aurait entendu parler ? Personnellement, je n'ai pas envie d'en savoir davantage tant ce serait se diriger dans des profondeurs de l'âme humaine que je n'ai absolument pas envie de connaître. Je me contenterai donc de la fiction, qui en soit est déjà assez terrible comme ça.

Rythme et intensité, disais-je plus haut, l'auteur les maintient jusque dans les dernières lignes. Ce qui est aussi intéressant est que même si Franck Sharko est son personnage principal, il fait toujours en sorte que les enquêtes soient menées collectivement. De ce fait, tout le monde a plus ou moins une consistance jusque dans leurs comportements privés.

Qu'imagine Franck Thilliez pour son prochain thriller ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

.

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …