Accéder au contenu principal

24 - Saison 4

24 est, je pense, à l'origine de l'engouement pour les séries américaines qui a débuté au début des années 2000. Les annonces faites à l'arrivée de la saison 1 promettaient une production novatrice : 24 épisodes en temps réel où l'agent de la cellule antiterroriste de Los Angeles Jack Bauer doit faire face à une menace d'attentat sur le candidat démocrate à la présidence des Etats-Unis. Parallèlement, sa fille était enlevée par des individus qui s'avèreront être liés à l'affaire. J'étais sceptique. J'imaginais la montagne accouchant d'une souris mais, curieux, je m'y suis intéressé et j'ai immédiatement adhéré au concept pour ne plus lâcher jusqu'à l'épisode final.  Les années suivantes, les saisons se sont enchaînées et une neuvième, très bonne, est récemment apparue.

Le risque, avec toutes ces séries qui perdurent d'années en années, est que les concepteurs ne sachent pas les arrêter à temps. Combien sont elles à avoir usé leur concept jusqu'à la corde au point d'en devenir ridicules en ne sachant pas éviter la saison de trop ? J'avais été globalement déçu par la saison 4 de 24 à sa diffusion en 2005. Je m'étais dit que, déjà, les responsables se trouvaient en manque d'inspiration et ça sentait le réchauffé. Revue récemment en DVD, elle m'a pourtant paru mieux fichue qu'à l'époque malgré les défauts et les insuffisances qui persistent.

Au début de cette saison, Jack Bauer (toujours interprété par Kiefer Sutherland dont c'est le rôle de sa vie) n'est plus un agent de l'antiterrorisme mais travaille à la protection du secrétaire de la défense, James Heller (William Devane). Il entretient une relation avec Audrey (Kim Raver), la fille de ce dernier et qui est séparée de son mari.

Débutant sur l'attaque d'un train où une mystérieuse valise protégée est subtilisée, enchainant ensuite sur l'enlèvement de Heller et Audrey pour continuer avec une menace sur l'ensemble des centrales nucléaires des Etats-Unis, le rythme de cette quatrième saison ne faiblit jamais ; et en décrivant cela, je n'en suis qu'à la moitié de celle-ci. De ce fait, la deuxième moitié, où d'autres menaces vont suivre, va sembler s'étirer artificiellement pour meubler les trous ou rallonger la sauce. Si les intrigues avaient pris le temps de se poser un peu (comme c'était le cas dans la saison 1), les scénaristes n'auraient pas été contraints d'ajouter de sous intrigues superficielles et dont l'intérêt n'est pas des plus flagrants.


La plus désolante est le piratage d'un avion de combat américain dont les procédés sont pompés sur Thunderball. Pire, les vidéos de l'avion roulant au sol ou en vol n'ont pas été filmées pour la série mais proviennent d'archives, de l'armée peut-être. La différence du grain des images ne trompent pas mais cela donne l'impression d'une production au rabais.

Toute cette saison fait aussi la part belle au concept d'ennemi intérieur, qui veut que parmi nous vivent des personnes qui peuvent d'un jour à l'autre s'activer et commettre un attentat. Ici, il s'agit de la famille Araz.

Articles sur les saisons précédentes : 24 - saison 1 ; 24 - saison 2 ; 24 - saison 3

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…