Accéder au contenu principal

Octopussy (1983) - John Glen



Contrairement à ce que clame fièrement l'affiche française, Octopussy n'est pas "Le meilleur des Bond", la faute à un humour trop présent tout au long du film et à un scénario qui, s'il n'est pas inintéressant, a été inutilement compliqué. En vérité, malgré plusieurs visionnages en à peu près un quart de siècle, je suis toujours incapable de le résumer correctement. On débute par un trafic d'objets d'art pour parvenir à une menace nucléaire sur une base de l'OTAN via les agissements d'un général russe paranoïaque et la complicité d'un prince indien qui se sert du cirque de luxe d'une riche trafiquante, elle même à la tête d'une sorte de gang composé uniquement de femmes. Quand même... c'est assez tordu...

En revanche, John Glen qui assure la mise en scène pour la deuxième fois après For your eyes only améliore sa façon de filmer. C'est même la première fois que j'apprécie réellement la mise en scène du sixième James Bond de Roger Moore. Les acteurs sont plutôt convaincants aussi, Steven Berkoff en tête dans le rôle de Orlov, un général soviétique obsédé par un projet de conquête de l'Europe de l'Ouest.

Ce que j'aime surtout avec Octopussy, c'est la façon dont a été intégrée la nouvelle originale de Ian Fleming. Ici, Octopussy (Maud Adams) est la fille du Major Dexter Smythe, l'homme à qui James Bond évite le déshonneur dans l'histoire écrite par le créateur de 007. Ainsi, il ne s'agit pas d'une adaptation à proprement parler mais d'une "suite" à l'histoire imaginée par l'écrivain. Est incluse également à l'intrigue Property of a lady qui se trouve aussi dans le recueil : Octopussy and The living daylights.

Curieusement, pour la première fois, Octopussy m'a paru plus intéressant que lors de mes nombreux précédents visionnages.

S'il n'est pas désagréable, Octopussy comporte pourtant trop d'éléments embarrassants, à commencer comme je le mentionne en début d'article, son humour trop présent. C'est récurrent avec Roger Moore : L'Acrostar en panne d'essence et James Bond qui demande à faire le plein dans une station service classique, le tigre auquel James Bond ordonne de se coucher pour éviter l'affrontement, le cri de Tarzan alors qu'il se balance au bout d'une liane, la comparaison entre Gobinda (Kabir Bedi) et une tête de mouton, Vijay et les allusions au tennis parce que son interprète, Vijay Amritraj, est en réalité un tennisman qui a remporté plusieurs compétitions ; et j'en passe et des meilleurs. A la longue, tout cela devient lassant. Heureusement que John Barry a livré une bande originale qui appuie la tension de beaucoup de scènes.

La restauration du film, et cela est devenu une habitude avec le coffret Bluray, est surprenante de beauté. La séquence de fin où 007 est accroché à l'avion de Kamal Khan (Louis Jourdan) m'a complètement captivé alors que j'en connaissais parfaitement l'issue.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Magnum Force (1973) - Ted Post

Malgré les foudres qui se sont abattues sur Dirty Harry en 1971, Clint Eastwood récidive deux ans plus tard avec ce Magnum Force où il enfile à nouveau le costume de l'inspecteur Harry Callahan. Je pourrais, comme beaucoup (trop) d'autres expliquer que cette suite est une réponse au supposé fascisme du personnage et du film précédent parce que l'inspecteur se trouve confronté à des flics qui n'hésitent pas à assassiner toutes sortes de délinquants, mafieux, proxénètes et autres individus responsables de tous les maux de la société et que Harry est loin d'approuver leurs méthodes.


Mais je ne ferais que répéter un discours qui m'inscrirait dans une chaîne moutonnière sans faire preuve du moindre esprit critique. Alors non. Quand on s'apprête à regarder un film dont les affiches mettent en évidence un Clint Eastwood brandissant un énorme revolver vers le public en exagérant délibérément la perspective, il ne faut pas s'attendre à un spectacle des plus tol…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Montreuil sur Mer & On her Majesty's secret service (Ian Fleming, 1963)

"160, 170, 180. Il ne gagnait pas de terrain. Il se pencha vers le tableau de bord et pressa un bouton rouge. La plainte aigüe de la mécanique lui déchira les tympans et la Bentley fit un bond en avant. 190, 200. Cette fois la distance qui le séparait du cabriolet diminua : 50 mètres, 40, 30 ! Maintenant, il pouvait apercevoir les yeux de la fille dans le rétroviseur de la Lancia. Mais la route allait cesser d'être bonne : un de ces points d'exclamation, qui en France, signalent un danger, surgit sur la droite. Puis, après une côte, apparurent le clocher d'une église et les maisons d'un petit village, tassées en bas d'une colline abrupte.
Les deux voitures ralentirent, 140, 130, 120. Bond vit les feux stop du cabriolet s'éclairer un instant, la main droite de la fille chercha au plancher le levier de vitesse, presque en même temps que lui. Ils étaient maintenant dans le virage en S. La route était pavée et Bond, tout en se cramponnant à son volant pour gar…