Accéder au contenu principal

Durango - Tome 7 : "Loneville"

Est-ce moi qui veut à tout prix voir des références au cinéma western dans chaque album de cette série ou Yves Swolfs les a intégré volontairement ? S'il est évident que Les chiens meurent en hiver est entièrement inspiré de Il grande silenzio, je ne sais pas si la référence que j'ai décelée à la première page de "Loneville" a été voulue.

En effet, on voit une jeune fille raconter l'histoire d'un livre visiblement offert par ses parents ; parents qui semblent enterrés en dessous de la tombe à laquelle elle s'adresse. Cette histoire est celle d'un héros qui pénètre l'antre d'un dragon pour délivrer une princesse et parallèlement, Durango approche du lieu sur son cheval à travers la neige.

On comprend tout de suite le rapprochement fait entre le chevalier et le pistolero mais ce qui m'a sauté aux yeux est la ressemblance entre cette scène et l'arrivée de Clint Eastwood dans Pale rider. On y voit une jeune fille se recueillir en récitant la bible sur la tombe de son chien tué au cours d'une expédition punitive effectuée par des hommes de main travaillant pour un propriétaire minier qui persécute des chercheurs d'or indépendants. En même temps, sortant de la montagne, s'approche le "pale rider".

Les paysages enneigés des deux scènes accentuent la similitude. Par la suite, "Loneville" prend une toute autre direction que le film de Clint Eastwood.

Dans mon souvenir, le tome 7 de Durango était un opus plutôt mineur. Ce fut cette fois aussi mon sentiment en atteignant le mot "fin". Après les aventures mexicaines des trois précédents volets, le scénario fait pâle figure. En effet, Yves Swolfs retourne au schéma classique du héros qui arrive au bon moment pour sauver la ville d'affreux malfrats. En revanche, il améliore encore son dessin. Sa plume se fait moins lourde et moins brouillonne dans les détails.. Sur ce point, la progression est nette et constante depuis le premier volet de cette série.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Magnum Force (1973) - Ted Post

Malgré les foudres qui se sont abattues sur Dirty Harry en 1971, Clint Eastwood récidive deux ans plus tard avec ce Magnum Force où il enfile à nouveau le costume de l'inspecteur Harry Callahan. Je pourrais, comme beaucoup (trop) d'autres expliquer que cette suite est une réponse au supposé fascisme du personnage et du film précédent parce que l'inspecteur se trouve confronté à des flics qui n'hésitent pas à assassiner toutes sortes de délinquants, mafieux, proxénètes et autres individus responsables de tous les maux de la société et que Harry est loin d'approuver leurs méthodes.


Mais je ne ferais que répéter un discours qui m'inscrirait dans une chaîne moutonnière sans faire preuve du moindre esprit critique. Alors non. Quand on s'apprête à regarder un film dont les affiches mettent en évidence un Clint Eastwood brandissant un énorme revolver vers le public en exagérant délibérément la perspective, il ne faut pas s'attendre à un spectacle des plus tol…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Montreuil sur Mer & On her Majesty's secret service (Ian Fleming, 1963)

"160, 170, 180. Il ne gagnait pas de terrain. Il se pencha vers le tableau de bord et pressa un bouton rouge. La plainte aigüe de la mécanique lui déchira les tympans et la Bentley fit un bond en avant. 190, 200. Cette fois la distance qui le séparait du cabriolet diminua : 50 mètres, 40, 30 ! Maintenant, il pouvait apercevoir les yeux de la fille dans le rétroviseur de la Lancia. Mais la route allait cesser d'être bonne : un de ces points d'exclamation, qui en France, signalent un danger, surgit sur la droite. Puis, après une côte, apparurent le clocher d'une église et les maisons d'un petit village, tassées en bas d'une colline abrupte.
Les deux voitures ralentirent, 140, 130, 120. Bond vit les feux stop du cabriolet s'éclairer un instant, la main droite de la fille chercha au plancher le levier de vitesse, presque en même temps que lui. Ils étaient maintenant dans le virage en S. La route était pavée et Bond, tout en se cramponnant à son volant pour gar…