Accéder au contenu principal

Mad Max 2 - The road warrior (1981) - George Miller

Le deuxième Mad Max est à l'origine d'une pléthore de films post apocalyptiques mais aucune copie n'est parvenue à la cheville de cette référence qu'il est devenu. Encore aujourd'hui (je l'ai revu récemment), Mad Max 2 - The road warrior, par sa mise en scène, son montage, son scénario efficacement simple et son "design" déglingué force le respect. Plus de trente ans d'âge et aucun signe de vieillissement. Pas un temps mort, rien qui paraisse désormais ridicule malgré les véhicules reconstruits, les coupes punks, les vêtements en cuir et tout un tas d'éléments qui auraient pu sévèrement "dater" le film. C'est loin d'être le cas pour beaucoup de productions cinématographiques des années 80.

A l'image d'un George A. Romero qui a posé les jalons du cinéma de morts vivants, George Miller a posé ceux du film post apocalyptique. Pour ce Mad Max - The road warrior, combien de Apocalypse warriors et autres Exterminators of the year 3000 qui sont loin de lui arriver à la cheville ?

Dans le premier opus, on se rendait bien compte que la société était en décomposition et qu'il ne manquait pas grand chose pour qu'elle sombre dans le chaos. Dans la suite, on est en plein dans ce chaos généralisé. Une introduction explique, images d'archives à l'appui, comment la barbarie a envahi le monde. On apprend très vite que des hordes se font la guerre de façon anarchique pour remplir d'essence les réservoirs de leurs véhicules. Un jeu sans fin...

Personnellement, j'y vois une parabole sur la concurrence à laquelle se livrent de nombreux États à travers leurs groupes pétroliers pour s'accaparer les ressources énergétiques du monde. Le film prend même aujourd'hui une dimension certainement imprévue il y a trente ans alors que le débat s'est focalisé depuis plusieurs années sur la fin prochaine des ressources pétrolifères, entraînant ainsi la recherche de nouveaux gisements pétroliers et d'autres énergies renouvelables ou non. Les polémiques autour du gaz de schiste sont révélatrices des enjeux qui agitent les discussions à propos de l'indépendance énergétique, une indépendance capitale pour l'avenir des Etats. La concurrence ne peut qu'être de plus en plus... sauvage. A l'image du film ?

Ainsi, Max (Mel Gibson) assiste aux assauts répétés d'une bande de sauvages qui, jour après jour, tente de s'emparer d'une raffinerie. Max finira par prêter main forte au groupe qui tient la raffinerie, en échange de plusieurs bidons d'essence.

Moins violent que le premier opus mais quand même assez extrême, le film est aussi mieux construit et évolue vers une poursuite finale qui aujourd'hui est toujours aussi efficace et reste une indéniable référence.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…