Accéder au contenu principal

Durango - Tome 8 : Une raison pour mourir

Durango est à peine arrivé en ville que des chasseurs de primes le repèrent. Le pistolero a beau leur affirmer que depuis l'émission de l'avis de recherche il a été amnistié, il n'est pas cru et c'est dans un face à face en bonne et due forme qu'il est obligé de régler leur compte. Remarqué par Baldwin, un homme au service de monsieur Steelgrave, un notable local, Durango est embauché pour assurer la protection du Steelgrave en question et celle de sa jeune épouse, Lucy, au cours d'une partie de chasse qui se déroulera sur plusieurs jours. Mais la belle Lucy a de funestes projets pour son mari...

La huitième bande dessinée de Durango marque une évolution importante pour le personnage. Présenté comme un tueur professionnel dans le premier album, il est ici engagé pour assurer la protection d'un notable et de sa femme. Ainsi, Durango n'est plus un tueur cupide mais il loue désormais ses services pour protéger des vies. Ce changement de statut est d'ailleurs perceptible dès le début de cette huitième aventure puisqu'il annonce son amnistie. Et dans ce type d'univers, on imagine mal la justice amnistier un tueur s'il n'a pas apporté des gages de bonne foi.

La référence que j'ai cette fois décelée vient de Per un pugno di dollari. Yves Swolfs reproduit ici le duel final entre l'homme sans nom (Clint Eastwood) et Ramon Rojo (Gian Maria Volontè). Dans cet affrontement, le personnage de Clint Eastwood est plus rapide car il n'a qu'un révolver à sortir de son étui alors que Rojo doit pointer une carabine, geste plus long à effectuer.

A la fin de Une raison pour mourir, Durango est face à un ennemi armé d'une Winchester. La démonstration est la même.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Goldfinger (1959) - Ian Fleming

"James Bond, dans la salle d'attente de l'aéroport de Miami, se livrait à des considérations sur la vie et la mort, après avoir avalé deux doubles bourbons.
Tuer faisait partie de son métier. La chose ne lui plaisait guère, mais, lorsqu'il y était obligé, il la faisait de son mieux et l'oubliait le plus vite possible. En tant qu'agent secret dont le matricule était précédé du rarissime double 0 (ce qui lui conférait le droit de tuer où et quand il le jugeait bon), il était de son devoir de considérer la mort avec autant de calme qu'un chirurgien. Lorsque cela arrivait, c'est qu'il n'y avait pas d'autre solution à envisager. Les regrets étaient superflus. Bien plus, l'idée de la mort était profondément ancrée en James Bond."
Les considérations sur la mort qui ouvrent Goldfinger et auxquelles se livre James Bond peuvent paraître surprenantes. En réalité, elles correspondent à l'évolution du personnage. Après avoir fait tuer son hér…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …