Accéder au contenu principal

The Hobbit - The desolation of Smaug (2013) - Peter Jackson

Quand j'étais gamin, il y a eu une période où il était de coutume d'aller au cinéma en famille (parents, grands parents, petits enfants) pendant les vacances de fin d'année. Associée aux soirées des réveillons qui avaient ce côté magique dans les yeux de l'enfant que j'étais, cette séance de cinéma avait quelque chose d'exceptionnel. Aux décorations scintillantes des rues, s'ajoutaient les lumières du cinéma avant qu'elles ne s'éteignent au commencement du film. A chaque Noël, j'essaie toujours de retrouver le goût de cette enfance à jamais perdue. Découvrir un film qui va m'y replonger le temps de la soirée est certainement l'un des moments que j'attends le plus à chaque fin d'année.

La trilogie de The Lord of the rings de Peter Jackson dont les films sont sortis à chaque mois de décembre de 2001, 2002 et 2003 avait entièrement remplie cette attente liée à mes souvenirs enfantins. Une dizaine d'années plus tard, les adaptations de The Hobbit toujours par le même Peter Jackson remplissent à nouveau cette attente. Des films d'aventures dans un monde imaginaire, quoi de mieux pour les fins d'année ?

Il y a bien quelques puristes de J. R. R. Tolkien pour crier à la trahison du livre original notamment en raison du personnage de Tauriel, une elfe qui n'est qu'une pure création du film. Je n'ai lu aucun livre de Tolkien, je ne peux juger les adaptations qui en sont faites mais j'ai bien apprécié ce personnage. Evangeline Lilly lui apporte toute la fraîcheur, la grâce et la vitalité nécessaires au rôle.

Pourtant, les personnages m'ont semblé moins fouillés que le précédent opus et nettement moins que la trilogie de The Lord of the rings. Dans cette dernière, même les personnages secondaires avaient leurs faiblesses et leurs forces, leur légèreté et leur gravité. Dans le présent film, il leur manque un peu de cette profondeur qui rendait passionnante l'épopée de la première trilogie.

En revanche, on peut constater (une fois de plus ?) une chose, c'est qu'il n'existe plus aucune limite aux effets spéciaux et à la 3D qui est des plus convaincantes. Ainsi, ce voyage mouvementé est des plus crédibles en terme de réalisme de l'univers. Le plus remarquable est certainement Smaug, le dragon que les nains se sont mis en tête de bouter hors de leur montagne. Il est impressionnant de réalisme. Alors qu'il n'est qu'une créature numérique, pas un seul moment on ne s'en rend compte. Il est bel et bien là lors de l'époustouflant affrontement final... qui se concluera dans le dernier chapitre.

Rendez-vous alors à Noël prochain, en décembre 2014.


Commentaires

  1. Ce deuxième volet du hobbit m'a fait le même effet. J'ai aussi eu la "séance de cinéma de Noël" quand j'étais enfant. Point de seigneur des anneaux, mais les Disney de Noël d'abord, puis les films de James Bond sortant en général en fin d'année. J'ai attendu ce 2e épisode comme un gosse qui sait qu'il va faire un voyage merveilleux avec des décors et des effets spéciaux qui font vraiment croire à cet univers extraordinaire.

    Au final, je n'ai pas été déçu par le voyage : le dragon est effectivement le personnage le plus réussi de ce 2e volet (il m'a presque fait peur quand il apparaît sous les pièces) et les longs plans de caméras qui accompagnent l'action sont très parfaitement maîtrisés.

    en revanche, j'ai comme toi été déçu par les personnages insuffisamment creusés. Le film donne l'impression de reprendre les stéréotypes du premier seigneur des anneaux, mais en leur enlevant tous les dilemmes qui faisait qu'on s'intéressait à leur histoire. Heureusement, pendant que le personnage de Gandalf enchaîne les actions suicidaires pas très justifiées, on peut heureusement compter sur Martin Freeman qui donne toute sa crédibilité au héros, Evangeline Lilly qui rafraîchit ce casting très barbu.

    J'espère en tout cas que pour Noël prochain, le film prendra le temps de développer des intrigues un peu plus exigeantes, avant de déclencher la feu d'artifice guerrier final.

    RépondreSupprimer
  2. Faire une trilogie du Hobbit pour le plus petit bouquin de Tolkien, c est pas vraiment ce que les fans attendaient, mais bon P Jackson va user la licence jusqu à la moelle. À quand le Silmarillon?

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas lu les livres, j'avais commencé Le seigneur des anneaux il y a quelques années, il m'a vite gonflé ; alors je n'ai pas tenté Le hobbit.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…