Accéder au contenu principal

Bride of Frankenstein (1935) - James Whale


Bride of Frankenstein est souvent considéré meilleur que Frankenstein. Après avoir découvert la suite, je dois dire que j'ai un légère préférence pour le film d'origine. Il possède une identité visuelle gothique et expressionniste très marquée et cohérente avec l'univers dans lequel il se situe alors que, parfois, sa suite s'égare un peu dans quelques passages humoristiques et un aspect fantastique éloigné de la "logique" de l'histoire de Frankenstein (Colin Clive) et de son monstre (Boris Karloff). Ainsi, le passage des personnages réduits créés par le Docteur Pretorius (Ernest Thesiger) et qui s'agitent dans des bocaux paraît en total décalage, et même hors-sujet, avec le récit de par son humour et le thème de la recherche de la création de la vie à partir de morceaux de personnes décédées. Malgré ces quelques détails qui déséquilibrent l'ambiance gothique et expressionniste du film, Bride of Frankenstein reste quand même cette référence cinématographique reconnue depuis sa sortie.

Le film commence de façon étonnante. On voit Mary Shelley, l'auteur du roman Frankenstein jouée ici par Elsa Lanchester, annoncer à Lord Byron (Gavin Gordon) que le monstre n'est pas mort dans l'incendie à la fin du récit précédent et qu'elle va lui raconter la suite. A ma connaissance, c'est la seule adaptation que je vois commencer par une introduction où l'auteur du livre dont elle est issue est joué par une actrice qui annonce ce qu'il va se passer.

Le monstre de Frankenstein n'est pas mort dans l'incendie du moulin. Il sort des décombres et à nouveau, il est traqué par les villageois. Parallèlement, le docteur Henri Frankenstein a décidé de ne plus mener ses horribles expériences mais c'était sans compter sur le docteur Pretorius qui lui propose d'aller encore plus loin. Avec l'aide du montre, il enlève Elizabeth (Valerie Hobson), la femme de Frankenstein, pour l'obliger à créer une femme selon le même procédé que le monstre.

Dans le film de 1931, le monstre étant plus une victime qu'autre chose, on pouvait avoir de l'empathie pour lui. C'est aussi le cas ici. Tout ce qu'il demande est d'être regardé comme n'importe quel être humain. Or, c'est impossible. La seule fois où il ne sera pas considéré comme un monstre, ce sera par un vieil aveugle chez qui il trouve refuge pendant quelques heures. L'aveugle ne percevant pas sa laideur physique, il n'exprimera aucun effroi à son encontre. On n'est monstre que par le regard de l'autre. C'est le seul moment où la créature pourra communiquer et ressentir un peu de bonheur et de joie en communiquant simplement avec une autre personne. Plus tard, il sera manipulé par le docteur Pretorius qui se servira de lui pour enlever la femme du docteur Frankenstein afin que ce dernier accepte de créer une femme à partir de cadavres féminins.

La "naissance" de la fiancée, dans les dernières minutes, est empreinte d'une poésie noire et macabre qui doit beaucoup à la beauté de l'actrice et à sa façon de bouger ; et l'actrice n'est autre... qu'Elsa Lanchester qui joue Mary Shelley dans l'introduction. Surprenant double rôle. Il est finalement presque frustrant de la voir si peu tant elle semble à la fois fragile et charismatique, troublée de vivre. Alors que le monstre semble ravi de voir un être du sexe opposé prendre vie de la même façon que lui, la fiancée sera effrayée à sa vision, ce qui déclenchera sa furie.

Bride of Frankenstein, malgré les quelques défauts que j'ai évoqués, est une indéniable référence du cinéma fantastique, gothique et expressionniste.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…