Accéder au contenu principal

Il était une fois en France - Tome 4 : Aux armes, citoyens !

Les alliés ont débarqué en Normandie et à Paris, les résistants se préparent à combattre frontalement les allemands. A la fin du troisième tome, le chef de la Gestapo Wilhelm Korf obligeait Joseph Joanovici à lui livrer des informations concrètes sur la résistance très rapidement parce que les libérations que Joseph avait obtenues de lui moyennant finances avait attiré sa hiérarchie... et aussi parce que les nazis détiennent une déposition très compromettante pour lui au sujet de ses affaires avec les allemands et il doit obtempérer s'il ne veut pas que ça se sache chez les résistants. Au début de ce 4ème volume, on voit que les informations qu'il livre aux nazis avec la complicité de son acolyte Lucien Piednoir concernent une cache d'armes dans un couvent de La Brosse-Montceau. Après avoir été torturés, les religieux seront  assassinés sans qu'aucun d'entre eux n'aura avoué quoi que ce soit et dénoncé qui que ce soit. Il s'agit là d'ailleurs d'un fait de l'occupation allemande tout à fait réel.

Ainsi, Joseph Joanovici continue son double jeu. Avant de donner cette cache d'armes, il aura pris soin avec des membres de la résistance de les récupérer avant l'arrivée des nazis au couvent. Sans grands scrupules, il s'arrangera même pour faire accuser Robert Scaffa, un jeune résistant, de cette trahison tout en livrant à la résistance un nombre assez conséquent d'armes et de véhicules qui serviront lors des combats de la libération de Paris. Plus le récit avance, plus ce personnage nous parait obscène. Pour se refaire une virginité, il livre aux nouvelles autorités des libérateurs Pierre Bonny et Henri Lafont, les deux responsables de la Gestapo française qu'il avait lui même cachés dans sa ferme de Bazoches. Quand il reçoit le certificat de grand résistant, on ne peut que ressentir du dégoût.

Il y a eu des opportunistes au moment de la libération, c'est aujourd'hui très connu. Joseph Joanovici est l'un d'eux. Fabien Nury et Sylvain Vallée n'illustrent pas uniquement ce que la libération a de remarquable, ils mettent aussi en avant quelques coulisses pas forcément glorieuses ainsi que quelques scènes plutôt honteuses comme celles des femmes tondues. Joanovici dira à sa collaboratrice et maîtresse : "Regarde-les Lucie. Regarde ce que ces braves gens leur font. Et tout ce qu'on leur reproche, c'est d'avoir écarté les jambes... A ton avis, qu'est ce qu'ils nous feraient à nous ?".

Le travail effectué sur la narration, les dessins et la mise en scène est toujours aussi remarquable. C'est un sans faute mais j'attends d'avoir lu les deux derniers opus pour affirmer définitivement que l'on est en présence d'un chef d'oeuvre du 7ème art.

Pour en savoir plus sur Joseph Joanovici et la libération de Paris, il y a cet article : http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/monsieur-joseph

Pour en savoir plus sur les religieux du couvent de La Brosse-Montceau : http://labrossemontceaux.free.fr/Le%20Silence%20des%20Oblats.htm


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …