Accéder au contenu principal

Il était une fois en France - Tome 4 : Aux armes, citoyens !

Les alliés ont débarqué en Normandie et à Paris, les résistants se préparent à combattre frontalement les allemands. A la fin du troisième tome, le chef de la Gestapo Wilhelm Korf obligeait Joseph Joanovici à lui livrer des informations concrètes sur la résistance très rapidement parce que les libérations que Joseph avait obtenues de lui moyennant finances avait attiré sa hiérarchie... et aussi parce que les nazis détiennent une déposition très compromettante pour lui au sujet de ses affaires avec les allemands et il doit obtempérer s'il ne veut pas que ça se sache chez les résistants. Au début de ce 4ème volume, on voit que les informations qu'il livre aux nazis avec la complicité de son acolyte Lucien Piednoir concernent une cache d'armes dans un couvent de La Brosse-Montceau. Après avoir été torturés, les religieux seront  assassinés sans qu'aucun d'entre eux n'aura avoué quoi que ce soit et dénoncé qui que ce soit. Il s'agit là d'ailleurs d'un fait de l'occupation allemande tout à fait réel.

Ainsi, Joseph Joanovici continue son double jeu. Avant de donner cette cache d'armes, il aura pris soin avec des membres de la résistance de les récupérer avant l'arrivée des nazis au couvent. Sans grands scrupules, il s'arrangera même pour faire accuser Robert Scaffa, un jeune résistant, de cette trahison tout en livrant à la résistance un nombre assez conséquent d'armes et de véhicules qui serviront lors des combats de la libération de Paris. Plus le récit avance, plus ce personnage nous parait obscène. Pour se refaire une virginité, il livre aux nouvelles autorités des libérateurs Pierre Bonny et Henri Lafont, les deux responsables de la Gestapo française qu'il avait lui même cachés dans sa ferme de Bazoches. Quand il reçoit le certificat de grand résistant, on ne peut que ressentir du dégoût.

Il y a eu des opportunistes au moment de la libération, c'est aujourd'hui très connu. Joseph Joanovici est l'un d'eux. Fabien Nury et Sylvain Vallée n'illustrent pas uniquement ce que la libération a de remarquable, ils mettent aussi en avant quelques coulisses pas forcément glorieuses ainsi que quelques scènes plutôt honteuses comme celles des femmes tondues. Joanovici dira à sa collaboratrice et maîtresse : "Regarde-les Lucie. Regarde ce que ces braves gens leur font. Et tout ce qu'on leur reproche, c'est d'avoir écarté les jambes... A ton avis, qu'est ce qu'ils nous feraient à nous ?".

Le travail effectué sur la narration, les dessins et la mise en scène est toujours aussi remarquable. C'est un sans faute mais j'attends d'avoir lu les deux derniers opus pour affirmer définitivement que l'on est en présence d'un chef d'oeuvre du 7ème art.

Pour en savoir plus sur Joseph Joanovici et la libération de Paris, il y a cet article : http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/monsieur-joseph

Pour en savoir plus sur les religieux du couvent de La Brosse-Montceau : http://labrossemontceaux.free.fr/Le%20Silence%20des%20Oblats.htm


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain (2013) - Amandine Dhée

"Elle est laide, aurait dit ma grand-mère lorsque je suis venue au monde.
C'est qu'il faut voir, tout juste sortie du ventre. Mes yeux qui débordent du visage sans jamais voir vraiment. Mes secousses du corps, impossibles à soulager.
Pesée, mesurée, testée. On me jette de petits coups d'yeux, on chuchote de moi. Les infirmières marchent feutré. Il fait chaud. Ça sent le produit de nettoyage et de soignage, le bonheur et la confusion.
Les visiteurs égarés ravalent leurs points d'interrogation. T'as eu mal ? T'es recousue ? T'as vu comme il est bizarre ton bébé ?"

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain est le récit d'une fille qui avance vers l'âge adulte, le regard posé sur le quotidien qui l'entoure, les gens, les codes de conduite en société, mais il y a toujours un "couac", un "hic" qui vient ternir le plaisir.
Le livre est plutôt court, l'écriture assez légère et l'ensemble est amusant et …