Accéder au contenu principal

Petite encyclopédie James Bond (2012) - Marc Lemonier

C'est par hasard que JustmeFanny est tombée sur cette Petite Encyclopédie James Bond dans un rayon du Furet du Nord et qu'elle me l'a tendue alors que je me trouvais dans un autre endroit de l'enseigne... où j'espérais trouver quelque chose d'intéressant sur James Bond. Je décidai de la prendre après l'avoir feuilletée et avoir lu dans le quatrième de couverture que "Cette petite encyclopédie explore tout l'univers de James Bond, des romans de Ian Fleming aux derniers films". Comme une encyclopédie classique, mais le terme dictionnaire thématique conviendrait mieux, le livre est divisé en thèmes classés par ordre alphabétique. C'est le genre de bouquin que j'espérais avoir un jour car étant régulièrement à la recherche de points particuliers au sujet de James Bond (ce qui m'oblige à fouiller dans les différents livres de Ian Fleming et dans les films), un ouvrage synthétisant un peu tout cela pouvait bien me servir.

L'introduction est plutôt amusante. Pour présenter l'agent secret, Marc Lemonier reprend la théorie qui veut que James Bond 007 ne serait qu'un nom créé par le MI6 dans lequel se glisseraient plusieurs espions britanniques. Ceci expliquerait donc les différents visages de James Bond et son incroyable longévité. Il signale d'ailleurs à juste titre que c'est l'un des thèmes du parodique (et poussif) Casino Royale de 1967 et que Lee Tamahori, le réalisateur de Die another day, y adhérait. Ceci dit, quand on voit ce que ce metteur en scène a fait de James Bond, on ne peut pas s'étonner qu'il fasse peu de cas de Ian Fleming ; car le créateur a doté son personnage d'une biographie et de différentes caractéristiques. Il suffit simplement de lire ses livres pour se rendre compte que cette théorie ne tient pas debout. Malgré tout, l'auteur arrive à être amusant avec elle, même si je la trouve stupide.

La Petite Encyclopédie james Bond n'est pas entièrement convaincante.

En effet, quelques erreurs s'y sont glissées. Marc Lemonier affirme que Marc Forster qui est responsable de la mise en scène de Quantum of Solace a réalisé Harry Potter and the prisoner of Azkaban. C'est faux, c'est Alfonso Cuaron. On peut aussi se demander s'il a bien vu GoldenEye. Voici ce qu'il écrit à propos du début du film : "Le première apparition du nouveau James Bond après six années d'absence à l'écran est particulièrement spectaculaire. Deux parachutistes sautent au-dessus d'un barrage d'Arkhangelsk, l'un d'entre eux se jetant dans le vide accroché à un élastique". Point de parachutistes en ouverture de GoldenEye. Autre erreur : "Jaws - Requin en VF - est un tueur et garde du corps, employé de Karl Stromberg dans Rien que pour vos yeux (...)". J'ai beau cherché dans ma mémoire, mettre le blu-ray de For your eyes only, je n'arrive pas à retrouver Jaws. Il faut aussi signaler qu'une photo de George Lazenby illustre le court paragraphe consacré à Barry Nelson. Ce sont là quelques exemples, il y en a d'autres.

Certains choix de sujets peuvent laisser perplexe. S'il est acceptable et justifié de trouver plusieurs parties qui concernent les Casino Royale de 1954 et 1967, que viennent faire celles consacrées à ces pitoyables parodies que sont Johnny English et Austin Powers ? L'ensemble présenterait une exhaustive synthèse de l'univers de James Bond, pourquoi pas ? Mais en plus des erreurs commises on peut signaler des manques : à commencer par l'absence de paragraphes consacrés à certains livres de Ian Fleming. Où sont passés ceux de Live and let die, Moonraker, Dr No, Goldfinger, ThunderballYou only live twice et The man with the golden gun ? Si l'auteur en parle dans d'autres parties, il aurait été préférable que tous les ouvrages de Ian Fleming, du moins ceux mettant en scène James Bond, aient chacune la leur. Ian Fleming, c'est quand même la base ! Ainsi, le livre est nettement plus orienté vers les films que les livres. Pour un ouvrage qui "explore tout l'univers de James Bond, des romans de Ian Fleming aux derniers films", le traitement réservé au créateur de 007 est en réalité plutôt léger.

En dehors de ces critiques, cette Petite Encyvlopédie James Bond est agréable à lire et m'a permis d'apprendre quelques points que je ne connaissais pas. Par exemple, j'ignorais complètement l'existence de ce James Bond 003 1/2 dont le livre écrit par R. D. Mascott fut publié en France dans la collection Bibliothèque verte en 1970. Ce personnage a certainement inspiré le personnage de James Bond Jr et sa pathétique série animée au début des années 90.

Indéniablement, le livre de Marc Lemonier intéressera certainement plus les néophytes que ceux entrés dans la bondmania depuis plusieurs années déjà et qui ont fait preuve de curiosité sur le sujet. Il me servira quand même quand je voudrai vérifier quelque chose comme je l'avais imaginé en l'achetant.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…