Accéder au contenu principal

You only live twice (1967) - Lewis Gilbert


You only live twice est le premier James Bond cinématographique décevant. Si le film enchaîne les scènes d'action en tous genres, on ne peut pas dire que l'ensemble soit franchement intense, la faute principalement à des personnages ayant très peu de consistance. James Bond lui même est atteint par cette faiblesse de caractérisation et l'interprétation de Sean Connery n'aide pas à rendre son personnage intéressant. L'acteur traverse le film un peu absent, se contentant parfois d'observer ce qui se déroule autour de lui entre les fusillades, les poursuites en voitures et les combats au corps à corps. La scène la plus significative de son manque d'implication est celle de l'assassinat d'Aki où James Bond ne semble pas ressentir une quelconque émotion.

Il faut dire aussi que le scénario n'aide pas non plus à s'investir plus que ça. Il contient des choses que j'ai toujours trouvées absurdes à commencer par la fausse mort de James Bond dans le pré-générique. La justification donnée plus tard par M pour ce simulacre d'assassinat est plutôt vaseuse (se faire oublier de ses ennemis, on n'en saura pas plus) mais on a plus l'impression que c'est pour légitimer le titre qu'autre chose. Était-il si difficile d'intégrer le poème Haïku que rédige l'espion dans le roman de Ian Fleming et qui lui donne son titre ? D'ailleurs, était-il si difficile de coller un peu plus au roman ? Était-il si difficile aussi de rendre un peu plus vivant l'univers des tribus de Amas, ces pêcheuses japonaises qui plongent en apnée à la recherche de perles ? Le film ne retient pas grand chose du roman qui est une véritable et formidable plongée au cœur du Japon et les quelques éléments qui en restent ont du mal à se faire une place. L'environnement des pêcheuses Amas existe à peine et la transformation de James Bond en pêcheur japonais est proche du ridicule.


Ainsi, You only live twice devient une histoire de science fiction, de capsules spatiales capturées par un vaisseau non identifié. Pas d'extraterrestres heureusement mais c'est à nouveau le SPECTRE qui se cache derrière ces actes. Les intentions de Ernst Stavro Blofeld sont de créer entre les USA et l'URSS une telle tension qu'éclatera entre eux une guerre sur les ruines desquelles il pourra mettre en place un nouveau monde où il régnera. Plus mégalo que ça, tu meurs. Il est aussi dommage que pour la première fois où James Bond affronte directement le chef du SPECTRE, cela se fasse dans un film aussi décevant et qui aligne à ce point les incohérences. Par exemple, lorsque le vaisseau de Blofeld est sur le point de capturer une navette, Blofeld et ses techniciens peuvent observer la progression sur leurs écrans à partir d'un point de vue extérieur... ce qui signifie qu'il y a un autre vaisseau à partir duquel c'est filmé ! Or, c'est impossible. Ce genre de facilités se voit régulièrement au cinéma mais ce qui peut faire sourire dans une série B n'est pas forcément acceptable dans un James Bond.

La façon dont est représentée Blofeld est tout aussi critiquable. Pourquoi, pour la première apparition de son visage, avoir affublé Donald Pleasence de cette inappropriée prothèse de balafre ? D'ailleurs, je ne trouve pas l'acteur très bon dans le rôle et loin d'être en capacité de créer le malaise que le personnage générait lorsqu'on n'en voyait que les mains caressant son chat blanc dans les précédents films.


On ne s'ennuie pas vraiment devant You only live twice parce que tout va très vite. Mises à part quelques transparences un peu grossières résultant des techniques d'effets spéciaux de l'époque, les scènes d'action sont correctement fabriquées. Ce n'est pourtant pas suffisant pour réussir un film à grand spectacle, You only live twice m'a toujours paru sans grand intérêt. Pire, il brise cet équilibre excitant entre le possible et l'extraordinaire sur lequel devrait reposer n'importe quel James Bond. Il fait ainsi partie des ratages de la série sauf le générique chanté par Nancy Sinatra qui est l'un des plus jolis thèmes que la saga ait offert.

L'image du Blu-ray est splendide, jamais je n'ai vu le film avec de telles couleurs et de tels détails dans les images.




Commentaires

  1. Mauvais Blofeld, bien sûr. Un très mauvais choix, sans conteste. Un des plus beaux livres devenu un des moins bons films...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'un des moins bons films, c'est certain. Par la suite, les producteurs iront encore plus loin avec ce grand n'importe quoi qu'est Moonraker. Je ne pensais pas revoir quelque chose de ce genre par la suite mais Die another day est arrivé. En sortant du cinéma, j'avais l'impression d'avoir assisté à une parodie.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…