Accéder au contenu principal

24 - Saison 3

Il y a quelques mois a été annoncée le lancement d'une 9ème saison à la série 24. Quelle coïncidence alors que j'ai commencé il y a quelque temps à revoir les précédentes. C'est ainsi que profitant du temps offert pendant mes congés estivaux que quelques soirées furent consacrées à la saison 3. Après la menace d'assassinat du candidat démocrate à la Maison Blanche (saison 1) et celle de l'attentat à la bombe nucléaire (saison 2), c'est le risque de la propagation d'un virus mortel qui pèse sur Los Angeles au cœur de ces 24 nouveaux épisodes.

Cette fois, c'est à la lumière de Il superuomo di massa de Umberto Eco que j'ai revu cette 3e saison. J'avais déjà entendu je ne sais plus quel "spécialiste" des séries (le journaliste Alain Carrazé ? Le médecin Martin Winckler ? Un autre ?) affirmer que toutes ces séries qui venaient des Etats-Unis ne faisaient finalement que réinventer et moderniser le feuilleton avec ses héros, ses drames et ses rebondissements. Effectivement, on retrouve toutes ces composantes décrites par Umberto Eco dans un grand nombre de ces séries américaines qui ont émergé depuis le début des années 2000 et 24 fait certainement partie de celles qui les utilisent le plus.

Dans cette saison 3, nous avons le héros (Jack Bauer), un enjeu principal qui le motive pour agir (ici, empêcher qu'un virus décime les 3/4 des habitants de Los Angeles), des intrigues secondaires (Jack Bauer a pour coéquipier le petit ami de sa fille qui elle-même travaille désormais pour la cellule antiterroriste, des événements qui mettent à l'épreuve les sentiments entre les agents Tony Almeida et Michelle Dessler, David Palmer a t-il toutes ses chances d'être réélu à la présidence des Etats-Unis ? Et j'en passe et pas des moindres). De nouveaux personnages sont introduits (dont Chloe O'Brian qui deviendra par la suite de plus en plus important) et peut-être que parmi eux se cachent quelques traîtres et agents doubles. Jack Bauer est lui-même en proie à plusieurs souffrances. En effet, accroc à l'héroïne à cause d'une mission précédente d'infiltration au sein d'un cartel de la drogue mexicain, il doit aussi faire face à la réapparition de Nina Myers qui avait précédemment tué son ancienne épouse.


Tout cela peut paraître beaucoup pour une seule saison mais c'est sur ces éléments que se sont forgés la réputation et le succès de 24. La seule préoccupation que les scénaristes doivent garder en tête est celle de la crédibilité dans un univers où la plupart des situations, intrigues et actions relèvent de l'extraordinaire. Pas sûr dans la réalité qu'un père et sa fille puissent avoir l'autorisation de travailler ensemble dans les mêmes locaux d'une organisation gouvernementale américaine. Pas sûr non plus que dans la réalité soit acceptée pendant quelques heures la présence d'un bébé dans une cellule antiterroriste en pleine situation de crise parce que la baby-sitter s'est fait la malle. Malgré quelques débordements et incohérences, la saison 3 reste dans une marge de crédibilité encore acceptable surtout grâce au fait que les scénaristes réussissent à les intégrer dans l'histoire principale et en faire des éléments de suspense.


Si l'on suit les raisonnements de Umberto Eco dans le livre précité, le héros de 24, Jack Bauer, est de la catégorie "héros nationaliste". Malgré les ravages dans sa vie personnelle et intime qu'engendre son dévouement pour son pays (et nous n'en sommes qu'à la saison 3), Jack Bauer est prêt à le servir jusqu'à la mort et à le protéger vaille que vaille. Dans les dernières secondes du dernier épisode, il craque et fond en larmes. C'est aussi à travers leurs faiblesses, leurs failles et leurs côtés sombres que tous ces personnages touchent le public.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

You only live twice (1964) - Ian Fleming

"La geisha "Feuille Tremblante", agenouillée à côté de James Bond, se pencha en avant et l'embrassa chastement sur la joue droite.
- Ça, c'est tricher, dit James Bond avec sévérité. Vous aviez accepté, si je gagnais, de me donner un vrai baiser : sur la bouche. C'est un minimum, ajouta t-il.
"Madame" Perle Grise avait les dents laquées de noir, signe de grande distinction ;  son maquillage était si épais qu'on aurait pu la croire sortie d'une pièce de théâtre No. Elle traduisit. Il y eut des rires étouffés, des cris d'encouragement. Feuille Tremblante cacha son visage dans ses jolies mains comme si on lui avait demandé de se livrer à la pire des obscénités. Elle écarta ses doigts, examina la bouche de Bond de ses yeux bruns et vifs, comme si elle visait, et s'élança. Cette fois le baiser était bien sur les lèvres, et elle s'y attarda. Invite ? Promesse ?"

A la fin de On her Majesty's secret service, James Bond se mariait…

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…