Accéder au contenu principal

24 - Saison 3

Il y a quelques mois a été annoncée le lancement d'une 9ème saison à la série 24. Quelle coïncidence alors que j'ai commencé il y a quelque temps à revoir les précédentes. C'est ainsi que profitant du temps offert pendant mes congés estivaux que quelques soirées furent consacrées à la saison 3. Après la menace d'assassinat du candidat démocrate à la Maison Blanche (saison 1) et celle de l'attentat à la bombe nucléaire (saison 2), c'est le risque de la propagation d'un virus mortel qui pèse sur Los Angeles au cœur de ces 24 nouveaux épisodes.

Cette fois, c'est à la lumière de Il superuomo di massa de Umberto Eco que j'ai revu cette 3e saison. J'avais déjà entendu je ne sais plus quel "spécialiste" des séries (le journaliste Alain Carrazé ? Le médecin Martin Winckler ? Un autre ?) affirmer que toutes ces séries qui venaient des Etats-Unis ne faisaient finalement que réinventer et moderniser le feuilleton avec ses héros, ses drames et ses rebondissements. Effectivement, on retrouve toutes ces composantes décrites par Umberto Eco dans un grand nombre de ces séries américaines qui ont émergé depuis le début des années 2000 et 24 fait certainement partie de celles qui les utilisent le plus.

Dans cette saison 3, nous avons le héros (Jack Bauer), un enjeu principal qui le motive pour agir (ici, empêcher qu'un virus décime les 3/4 des habitants de Los Angeles), des intrigues secondaires (Jack Bauer a pour coéquipier le petit ami de sa fille qui elle-même travaille désormais pour la cellule antiterroriste, des événements qui mettent à l'épreuve les sentiments entre les agents Tony Almeida et Michelle Dessler, David Palmer a t-il toutes ses chances d'être réélu à la présidence des Etats-Unis ? Et j'en passe et pas des moindres). De nouveaux personnages sont introduits (dont Chloe O'Brian qui deviendra par la suite de plus en plus important) et peut-être que parmi eux se cachent quelques traîtres et agents doubles. Jack Bauer est lui-même en proie à plusieurs souffrances. En effet, accroc à l'héroïne à cause d'une mission précédente d'infiltration au sein d'un cartel de la drogue mexicain, il doit aussi faire face à la réapparition de Nina Myers qui avait précédemment tué son ancienne épouse.


Tout cela peut paraître beaucoup pour une seule saison mais c'est sur ces éléments que se sont forgés la réputation et le succès de 24. La seule préoccupation que les scénaristes doivent garder en tête est celle de la crédibilité dans un univers où la plupart des situations, intrigues et actions relèvent de l'extraordinaire. Pas sûr dans la réalité qu'un père et sa fille puissent avoir l'autorisation de travailler ensemble dans les mêmes locaux d'une organisation gouvernementale américaine. Pas sûr non plus que dans la réalité soit acceptée pendant quelques heures la présence d'un bébé dans une cellule antiterroriste en pleine situation de crise parce que la baby-sitter s'est fait la malle. Malgré quelques débordements et incohérences, la saison 3 reste dans une marge de crédibilité encore acceptable surtout grâce au fait que les scénaristes réussissent à les intégrer dans l'histoire principale et en faire des éléments de suspense.


Si l'on suit les raisonnements de Umberto Eco dans le livre précité, le héros de 24, Jack Bauer, est de la catégorie "héros nationaliste". Malgré les ravages dans sa vie personnelle et intime qu'engendre son dévouement pour son pays (et nous n'en sommes qu'à la saison 3), Jack Bauer est prêt à le servir jusqu'à la mort et à le protéger vaille que vaille. Dans les dernières secondes du dernier épisode, il craque et fond en larmes. C'est aussi à travers leurs faiblesses, leurs failles et leurs côtés sombres que tous ces personnages touchent le public.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …