Accéder au contenu principal

Il était une fois en France - Tome 2 : Le vol noir des corbeaux

L'histoire de Joseph Joanovici se poursuit dans ce 2ème tome et même si les auteurs ont reconnu en introduction du 1er volet avoir mêlé aux événements réels des faits imaginés, il est évident qu'ils se fondent sur un travail de recherche plutôt conséquent. Pour appuyer leur travail, le lecteur a droit à une préface de Grégory Auda, ancien archiviste de la Préfecture de Police de Paris, doctorant en histoire et auteur de l'ouvrage Les belles années du "milieu" 1940 - 1944. Ce "milieu", Joseph Joanovici va en devenir l'une des figures les plus emblématiques pendant l'occupation allemande.

Le tome 2 commence le 14 juin 1940. Alors que Joseph Joanovici a l'opportunité de s'enfuir aux Etats-Unis, il décide au dernier moment de ne pas embarquer. Le récit laisse entendre que cette occasion lui est possible grâce au versement de bakchichs venant de sa fortune. Alors qu'on peut penser qu'il a quelques scrupules à fuir grâce à son argent alors que d'autres ne le peuvent pas, il n'en est rien car on le voit rapidement se rendre dans un bureau d'achats pour vendre des centaines de tonnes de cuivre et de laiton aux allemands. Quand Lucie, son bras droit, lui demande si les allemands savent qu'il est juif, il répond : "Je crois qu'ils s'en fichent. Tout ce qui compte, c'est que les affaires reprennent". Ainsi, l'homme est resté pour faire des affaires, pour collaborer avec l'occupant.

Pourtant, grâce à ses relations, il n'hésite pas à faire falsifier les papiers de ses ouvriers juifs afin qu'ils ne craignent rien des nazis ; mais là encore, il s'agit moins d'actes de résistances que de pouvoir exploiter ceux qui travaillent pour lui afin de faire fructifier son capital. Ainsi, l'homme s'enfoncera de plus en plus dans une ambiguïté malsaine protégeant quelques personnes qui le servent tout en partageant des repas en compagnie des nazis. Il y a même l'intervention d'un certain docteur Petiot (intervention réelle ou imaginée par les auteurs ? Je ne sais pas mais son apparition est tellement effrayante que la seule image "animée" que j'ai de ce sinistre personnage, l'interprétation hallucinée de Michel Serrault dans l'excellent Docteur Petiot de Christian de Chalonge, m'a tout de suite sauté à l'esprit) pour faire disparaître les corps de mafieux corses qui pouvaient révéler ses origines juives. Là encore, le comportement de Joseph Joanovici est flottant. Il parle de les éloigner mais lorsque les hommes de main mis à sa disposition par les allemands les abattent, il semble horrifié par la situation.

Le graphisme est précis et le récit, malgré la complexité de certaines situations, est limpide. Le vol noir des corbeaux se termine par un Joseph Joanovici entouré de 2 SS qui passent devant tout le monde pour obtenir un certificat d'aryanité en bonne et due forme. Édifiant !

Si la qualité des dessins, de la narration et du travail de reconstitution historique est constante, toujours aussi rigoureuse pour les volumes suivants (il y en à 6), je pense qu'il sera possible d'affirmer que l'on a là l'une des meilleures séries de la bande dessinée. Jusqu'ici, c'est magistral !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…