Accéder au contenu principal

Under the dome - Roman 2 (2009) - Stephen King

"Les deux femmes flics qui se tenaient à côté du Hummer de Big Jim parlaient toujours - Jackie tirant nerveusement sur une cigarette -, mais elles se turent lorsque Julia Shumway passa devant elles.
"Julia ? fit Linda d'une voix hésitante. Qu'est ce que..."
Julia continua de marcher. La dernière chose dont elle avait envie, alors qu'elle bouillait encore de rage, était de parler avec deux représentants de la loi et de l'ordre, de la loi et de l'ordre tels qu'ils semblaient désormais exister à Chester's Mill. Elle était à mi-chemin du local du Democrat lorsqu'elle se rendit compte que la colère n'était pas la seule chose qu'elle éprouvait".

Comme je l'indiquais dans un article consacré au roman 1Under the dome est mon retour à Stephen King après des années sans avoir ouvert un livre de celui qui fut considéré dans les années 80 comme le maître de l'épouvante et de l'horreur et dont j'ai dévoré plusieurs de ses livres. Le sujet m'intéressait et les critiques étaient positives. Bloqués soudainement sous un invisible dôme indestructible, les habitants de Chester's Mill s'organisent pour vivre au mieux cette situation. Cependant, l'un des conseillers de la ville, Jim Rennie, manipule la population pour asseoir son pouvoir sur elle et y régner en maître absolu. En face, Dale Barbara, ancien militaire et qui n'est même pas de la ville, a l'ordre du gouvernement américain de contrer Jim Rennie et de protéger la population. A la fin du roman 1, Rennie a réussi à le faire emprisonner en le faisant accuser de plusieurs meurtres... des meurtres que le conseiller de la ville et son fils ont eux même commis.

Progressivement, deux clans se dessinent : D'un côté, les fidèles de Rennie mais aussi ceux qui trouvent sécurité en sa personne contre les peurs qu'il agite et de l'autre, ceux qui ne sont pas dupes et qui vont s'organiser pour libérer Dale Barbara, préalable avant de déclencher réellement l'affrontement contre Rennie et ses hommes. Parallèlement, des jeunes de Chester's Mills ralliés aux partisans de Barbara semblent avoir découvert l'objet à la source du dôme.

Le temps de l'exposition des personnages, de la situation et des enjeux étant passés, le rythme s'accélère dans cette deuxième partie. Le schéma de l'évolution dramatique du récit prend aussi une tournure un peu plus classique. Le fait que Stephen King mette en place deux groupes antagonistes peut paraître un procédé de narration classique voire même un peu cliché. Cependant, Stephen King a un indéniable talent pour créer et faire vivre des personnages dont l'humanité est réellement attachante ou à l'inverse, qui peuvent se révéler profondément antipathiques. Le lecteur est alors constamment bousculé dans ses émotions et il est presque toujours inquiet pour ce qui peut advenir des "gentils". Il est donc presque dommage que l'écrivain casse un peu trop souvent le rythme par la description de moments plutôt inutiles et qui ralentissent la progression du récit.

Le roman 1 offrait une scène d'émeute et de pillage d'un supermarché qui tournait au grotesque. Ici, le lecteur a droit à la description d'une incroyable explosion qui va dévaster la ville. C'est certainement le meilleur moment du livre, d'une grande puissance visuelle et capital pour la suite du récit.

Le fin mot de l'histoire - pourquoi ce dôme ? - ne comptez pas sur moi pour vous le révéler. Il m'a cependant un peu déçu ; mais généralement, je suis toujours un peu frustré par les révélations à propos d'un mystère qui dépasse l'entendement créé pour une fiction, qu'elle soit littéraire, cinématographique ou télévisuelle. Peut-être aussi est ce parce qu'elles marquent souvent la fin de l'histoire, de l'imagination, du suspense, de l'excitation.

Pendant la lecture, je me suis dit qu'il y avait peut-être là matière à en faire une série. Visiblement, la préparation d'une telle adaptation est en marche si l'on en croit cette information sur le site serieslive.com ICI.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…