Accéder au contenu principal

Under the dome - Roman 2 (2009) - Stephen King

"Les deux femmes flics qui se tenaient à côté du Hummer de Big Jim parlaient toujours - Jackie tirant nerveusement sur une cigarette -, mais elles se turent lorsque Julia Shumway passa devant elles.
"Julia ? fit Linda d'une voix hésitante. Qu'est ce que..."
Julia continua de marcher. La dernière chose dont elle avait envie, alors qu'elle bouillait encore de rage, était de parler avec deux représentants de la loi et de l'ordre, de la loi et de l'ordre tels qu'ils semblaient désormais exister à Chester's Mill. Elle était à mi-chemin du local du Democrat lorsqu'elle se rendit compte que la colère n'était pas la seule chose qu'elle éprouvait".

Comme je l'indiquais dans un article consacré au roman 1Under the dome est mon retour à Stephen King après des années sans avoir ouvert un livre de celui qui fut considéré dans les années 80 comme le maître de l'épouvante et de l'horreur et dont j'ai dévoré plusieurs de ses livres. Le sujet m'intéressait et les critiques étaient positives. Bloqués soudainement sous un invisible dôme indestructible, les habitants de Chester's Mill s'organisent pour vivre au mieux cette situation. Cependant, l'un des conseillers de la ville, Jim Rennie, manipule la population pour asseoir son pouvoir sur elle et y régner en maître absolu. En face, Dale Barbara, ancien militaire et qui n'est même pas de la ville, a l'ordre du gouvernement américain de contrer Jim Rennie et de protéger la population. A la fin du roman 1, Rennie a réussi à le faire emprisonner en le faisant accuser de plusieurs meurtres... des meurtres que le conseiller de la ville et son fils ont eux même commis.

Progressivement, deux clans se dessinent : D'un côté, les fidèles de Rennie mais aussi ceux qui trouvent sécurité en sa personne contre les peurs qu'il agite et de l'autre, ceux qui ne sont pas dupes et qui vont s'organiser pour libérer Dale Barbara, préalable avant de déclencher réellement l'affrontement contre Rennie et ses hommes. Parallèlement, des jeunes de Chester's Mills ralliés aux partisans de Barbara semblent avoir découvert l'objet à la source du dôme.

Le temps de l'exposition des personnages, de la situation et des enjeux étant passés, le rythme s'accélère dans cette deuxième partie. Le schéma de l'évolution dramatique du récit prend aussi une tournure un peu plus classique. Le fait que Stephen King mette en place deux groupes antagonistes peut paraître un procédé de narration classique voire même un peu cliché. Cependant, Stephen King a un indéniable talent pour créer et faire vivre des personnages dont l'humanité est réellement attachante ou à l'inverse, qui peuvent se révéler profondément antipathiques. Le lecteur est alors constamment bousculé dans ses émotions et il est presque toujours inquiet pour ce qui peut advenir des "gentils". Il est donc presque dommage que l'écrivain casse un peu trop souvent le rythme par la description de moments plutôt inutiles et qui ralentissent la progression du récit.

Le roman 1 offrait une scène d'émeute et de pillage d'un supermarché qui tournait au grotesque. Ici, le lecteur a droit à la description d'une incroyable explosion qui va dévaster la ville. C'est certainement le meilleur moment du livre, d'une grande puissance visuelle et capital pour la suite du récit.

Le fin mot de l'histoire - pourquoi ce dôme ? - ne comptez pas sur moi pour vous le révéler. Il m'a cependant un peu déçu ; mais généralement, je suis toujours un peu frustré par les révélations à propos d'un mystère qui dépasse l'entendement créé pour une fiction, qu'elle soit littéraire, cinématographique ou télévisuelle. Peut-être aussi est ce parce qu'elles marquent souvent la fin de l'histoire, de l'imagination, du suspense, de l'excitation.

Pendant la lecture, je me suis dit qu'il y avait peut-être là matière à en faire une série. Visiblement, la préparation d'une telle adaptation est en marche si l'on en croit cette information sur le site serieslive.com ICI.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…