Accéder au contenu principal

Under the dome - Roman 2 (2009) - Stephen King

"Les deux femmes flics qui se tenaient à côté du Hummer de Big Jim parlaient toujours - Jackie tirant nerveusement sur une cigarette -, mais elles se turent lorsque Julia Shumway passa devant elles.
"Julia ? fit Linda d'une voix hésitante. Qu'est ce que..."
Julia continua de marcher. La dernière chose dont elle avait envie, alors qu'elle bouillait encore de rage, était de parler avec deux représentants de la loi et de l'ordre, de la loi et de l'ordre tels qu'ils semblaient désormais exister à Chester's Mill. Elle était à mi-chemin du local du Democrat lorsqu'elle se rendit compte que la colère n'était pas la seule chose qu'elle éprouvait".

Comme je l'indiquais dans un article consacré au roman 1Under the dome est mon retour à Stephen King après des années sans avoir ouvert un livre de celui qui fut considéré dans les années 80 comme le maître de l'épouvante et de l'horreur et dont j'ai dévoré plusieurs de ses livres. Le sujet m'intéressait et les critiques étaient positives. Bloqués soudainement sous un invisible dôme indestructible, les habitants de Chester's Mill s'organisent pour vivre au mieux cette situation. Cependant, l'un des conseillers de la ville, Jim Rennie, manipule la population pour asseoir son pouvoir sur elle et y régner en maître absolu. En face, Dale Barbara, ancien militaire et qui n'est même pas de la ville, a l'ordre du gouvernement américain de contrer Jim Rennie et de protéger la population. A la fin du roman 1, Rennie a réussi à le faire emprisonner en le faisant accuser de plusieurs meurtres... des meurtres que le conseiller de la ville et son fils ont eux même commis.

Progressivement, deux clans se dessinent : D'un côté, les fidèles de Rennie mais aussi ceux qui trouvent sécurité en sa personne contre les peurs qu'il agite et de l'autre, ceux qui ne sont pas dupes et qui vont s'organiser pour libérer Dale Barbara, préalable avant de déclencher réellement l'affrontement contre Rennie et ses hommes. Parallèlement, des jeunes de Chester's Mills ralliés aux partisans de Barbara semblent avoir découvert l'objet à la source du dôme.

Le temps de l'exposition des personnages, de la situation et des enjeux étant passés, le rythme s'accélère dans cette deuxième partie. Le schéma de l'évolution dramatique du récit prend aussi une tournure un peu plus classique. Le fait que Stephen King mette en place deux groupes antagonistes peut paraître un procédé de narration classique voire même un peu cliché. Cependant, Stephen King a un indéniable talent pour créer et faire vivre des personnages dont l'humanité est réellement attachante ou à l'inverse, qui peuvent se révéler profondément antipathiques. Le lecteur est alors constamment bousculé dans ses émotions et il est presque toujours inquiet pour ce qui peut advenir des "gentils". Il est donc presque dommage que l'écrivain casse un peu trop souvent le rythme par la description de moments plutôt inutiles et qui ralentissent la progression du récit.

Le roman 1 offrait une scène d'émeute et de pillage d'un supermarché qui tournait au grotesque. Ici, le lecteur a droit à la description d'une incroyable explosion qui va dévaster la ville. C'est certainement le meilleur moment du livre, d'une grande puissance visuelle et capital pour la suite du récit.

Le fin mot de l'histoire - pourquoi ce dôme ? - ne comptez pas sur moi pour vous le révéler. Il m'a cependant un peu déçu ; mais généralement, je suis toujours un peu frustré par les révélations à propos d'un mystère qui dépasse l'entendement créé pour une fiction, qu'elle soit littéraire, cinématographique ou télévisuelle. Peut-être aussi est ce parce qu'elles marquent souvent la fin de l'histoire, de l'imagination, du suspense, de l'excitation.

Pendant la lecture, je me suis dit qu'il y avait peut-être là matière à en faire une série. Visiblement, la préparation d'une telle adaptation est en marche si l'on en croit cette information sur le site serieslive.com ICI.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…