Accéder au contenu principal

Men in black 3 (2012) - Barry Sonnenfeld

Il n'était pas évident que je me retrouve devant Men in black 3 au cinéma. Dans l'idéal, j'aimerais voir De rouille et d'os dont j'ai lu le livre d'origine de Craig Davidson il y a quelques années. Il m'avait fait forte impression mais ça n'est certainement pas très approprié à une sortie cinéma avec des enfants. De toute façon, ils ne savent même pas que ce film existe. Non, eux voulaient voir Les vacances de Ducobu et il était hors de question pour moi de me farcir ce truc dont j'avais déjà dû supporter le premier il y a quelques mois à la télévision. J'ai fait jouer mon de veto. Il a donc fallu trouver un compromis et personne ne s'est opposé à Men in black 3.


Il n'y a pas longtemps que j'ai entendu parler de la sortie de ce film et un troisième Men in black me paraissait plutôt inattendu. Si le premier sorti en 1997 avait été un succès public et critique, le deuxième, malgré son succès en salle l'année 2002, avait globalement déçu. De plus, pas mal d'années sont passées et faire la suite de deux films ancrés dans la mode des histoires d'extraterrestres lancée par la série X-Files dans les années 90 était à mon avis un peu risqué.

Je me souviens, quand j'avais eu connaissance de la mise en chantier du 1er opus, je m'attendais à un traitement sérieux du sujet. Selon plusieurs témoignages de citoyens américains, il existerait au Etat-Unis des hommes travaillant pour le gouvernement qui se rendraient au domicile de témoins de phénomènes OVNI et extraterrestres afin d'en savoir plus sur ce qu'ils ont vu ou les convaincre que ce qu'ils ont vu ne provient en rien d'une autre galaxie. Habillés en costumes sombres ou noirs, d'où leur surnom, ils utiliseraient comme véhicules des anciens modèles de Cadillacs... noires. Ils font partie des éléments qui nourrissent les thèses conspirationnistes dont sont tant friands les américains.

Je dois bien reconnaître que les sujets liés aux OVNI ont souvent attiré mon attention, à la fois amusé et intrigué par l'incroyable multitude de témoignages et documents en tous genres existants sur le sujet, des plus farfelus aux plus troublants. Lorsque j'ai découvert le clip de Will Smith interprétant la chanson du générique, il était évident que le ton allait être celui de la comédie plutôt que celui du thriller fantastique. Ici, les men in black sont des agents chargés dans le secret le plus total de réguler la présence extraterrestre sur terre.

Men in black 3 reste dans le même ton. Les agents J (Will Smith) et K (Tommy Lee Jones) sont toujours les personnages principaux. Un jour, alors que J arrive à l'agence, personne ne semble connaître l'existence de K. En réalité, un extraterrestre l'a éliminé dans le passé pour se venger de l'avoir arrêté et fait enfermé pendant plus de 40 ans. J se rend en 1969 pour sauver son ami. Mais pourquoi est-il le seul à se souvenir de lui ?

Nettement meilleur que le précédent, le film assure un amusant spectacle dans un format 3D honorable en se souciant peu des paradoxes temporels que les sujets sur les voyages dans le temps entraînent. En prime, Josh Brolin n'a aucun mal à jouer le rôle version plus jeune de Tommy Lee Jones.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…