Accéder au contenu principal

Men in black 3 (2012) - Barry Sonnenfeld

Il n'était pas évident que je me retrouve devant Men in black 3 au cinéma. Dans l'idéal, j'aimerais voir De rouille et d'os dont j'ai lu le livre d'origine de Craig Davidson il y a quelques années. Il m'avait fait forte impression mais ça n'est certainement pas très approprié à une sortie cinéma avec des enfants. De toute façon, ils ne savent même pas que ce film existe. Non, eux voulaient voir Les vacances de Ducobu et il était hors de question pour moi de me farcir ce truc dont j'avais déjà dû supporter le premier il y a quelques mois à la télévision. J'ai fait jouer mon de veto. Il a donc fallu trouver un compromis et personne ne s'est opposé à Men in black 3.


Il n'y a pas longtemps que j'ai entendu parler de la sortie de ce film et un troisième Men in black me paraissait plutôt inattendu. Si le premier sorti en 1997 avait été un succès public et critique, le deuxième, malgré son succès en salle l'année 2002, avait globalement déçu. De plus, pas mal d'années sont passées et faire la suite de deux films ancrés dans la mode des histoires d'extraterrestres lancée par la série X-Files dans les années 90 était à mon avis un peu risqué.

Je me souviens, quand j'avais eu connaissance de la mise en chantier du 1er opus, je m'attendais à un traitement sérieux du sujet. Selon plusieurs témoignages de citoyens américains, il existerait au Etat-Unis des hommes travaillant pour le gouvernement qui se rendraient au domicile de témoins de phénomènes OVNI et extraterrestres afin d'en savoir plus sur ce qu'ils ont vu ou les convaincre que ce qu'ils ont vu ne provient en rien d'une autre galaxie. Habillés en costumes sombres ou noirs, d'où leur surnom, ils utiliseraient comme véhicules des anciens modèles de Cadillacs... noires. Ils font partie des éléments qui nourrissent les thèses conspirationnistes dont sont tant friands les américains.

Je dois bien reconnaître que les sujets liés aux OVNI ont souvent attiré mon attention, à la fois amusé et intrigué par l'incroyable multitude de témoignages et documents en tous genres existants sur le sujet, des plus farfelus aux plus troublants. Lorsque j'ai découvert le clip de Will Smith interprétant la chanson du générique, il était évident que le ton allait être celui de la comédie plutôt que celui du thriller fantastique. Ici, les men in black sont des agents chargés dans le secret le plus total de réguler la présence extraterrestre sur terre.

Men in black 3 reste dans le même ton. Les agents J (Will Smith) et K (Tommy Lee Jones) sont toujours les personnages principaux. Un jour, alors que J arrive à l'agence, personne ne semble connaître l'existence de K. En réalité, un extraterrestre l'a éliminé dans le passé pour se venger de l'avoir arrêté et fait enfermé pendant plus de 40 ans. J se rend en 1969 pour sauver son ami. Mais pourquoi est-il le seul à se souvenir de lui ?

Nettement meilleur que le précédent, le film assure un amusant spectacle dans un format 3D honorable en se souciant peu des paradoxes temporels que les sujets sur les voyages dans le temps entraînent. En prime, Josh Brolin n'a aucun mal à jouer le rôle version plus jeune de Tommy Lee Jones.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…