Accéder au contenu principal

Les 100 ans du Touquet Paris-Plage

Cette année, Le Touquet fête ses 100 ans. Pour l'occasion, Patrick Saudemont, journaliste, a rédigé un livre, Les 100 ans du Touquet Paris-Plage paru aux éditions Michel Lafon. Cela fait quelques semaines que je le lis et le feuillette en me disant que j'en rédigerais bien un petit sujet sur le blog à la lumière de ce que je connais de la ville et ses environs. En effet, même s'il est évidemment centré sur la station balnéaire, bon nombre d'informations historiques et géographiques sur le coin nous sont données, notamment Cucq, Etaples-sur-mer ou encore Montreuil-sur-mer à travers une documentation fournie en textes et photos. L'ensemble est un peu "carte postale" et je souhaitais m'en amuser gentiment tout en soulignant le travail vraiment considérable de l'auteur.



J'ai grandi là. Je suis allé à l'école maternelle de Trépied qui fait partie de la commune de Cucq puis dans son école primaire pour ensuite rejoindre le collège du Touquet et enfin le lycée de Montreuil-sur-Mer. J'ai ensuite effectué mes études supérieures en Picardie, à Amiens au sein de la faculté de droit et de science politique. Je vis actuellement dans le bassin minier du Pas-de-Calais.

Alors qu'un plan d'article se formait dans ma tête à propos du livre de Patrick Saudemont, je prends connaissance d'une lettre de contestation du maire du Touquet, Daniel Fasquelle et du maire de Cucq, Walter Khan qui circule sur les réseaux sociaux et qui s'adresse à Nicolas de Tavernost, le directeur de Métropole Télévision S.A c'est-à-dire M6. Ils protestent sur le contenu d'un documentaire diffusé dans l'émission "Zone interdite" intitulé "Vacances en famille au pays des ch'tis".

Les deux maires font savoir que "Ce documentaire caricatural à l'excès a offert une image complètement déformée de nos stations, de notre région et ceux qui viennent y séjourner. C'est en terme d'images une très mauvaise publicité qui peut malheureusement avoir des conséquences néfastes sur l'attractivité touristique de nos deux stations".

Regardant peu ce genre de contenu, j'ignorais la diffusion de ce documentaire, je me suis donc empressé de voir s'il était possible de le trouver sur la télé à la demande. Impossible. Il est cependant visible sur le site M6 replay. Déjà, le titre du reportage pose problème. Cet endroit du Nord-Pas-de-Calais n'est pas "Ch'ti". Le ch'ti est le patois parlé dans le bassin minier, pas sur la Côte d'Opale. Mais depuis l'énorme succès de ce gros navet de Bienvenue chez les ch'tis, le Nord-Pas-de-Calais est devenu dans sa totalité un pays ch'ti. Dany Boon entretenait déjà cette fausse image en situant son film à Bergues, qui ne se situe en rien dans le pays ch'ti mais en Flandres. La langue régionale est donc le flamand et non le chtimi.

Mais voilà, depuis le succès, incompréhensible à mes yeux de ce film, le Nord-Pas-de-Calais est devenu une région sujette aux moqueries et à l'ironie des médias qui exploitent désormais de façon régulière l'image de simplets sympathiques qu'a véhiculé son succès. Avec son "Vacances en famille au pays des ch'tis", le groupe Métropole Télévision n'en est pas à son coup d'essai en matière de caricature sur les gens du Nord. Il y a quelques mois, on avait eu droit sur W9 qui fait partie de ce groupe à "Les ch'tis à Ibiza" puis à "Les ch'tis font du ski".

Les clichés ont donc continué avec leur "Vacances en famille au pays des ch'tis". On nous parle d'une région où les kilomètres de plages sont vides en raison d'une température locale qui dépasse rarement les 22°. N'importe quoi ! De plus, selon le reportage, on a d'un côté Le Touquet et ses richissimes familles et de l'autre Cucq réduit à un camping et ses assistés sociaux. Cette présentation est grotesque et c'est loin d'être l'unique ineptie qui y a été diffusée.

Comme je le disais en début de mon propos, j'ai grandi à Cucq et ça ne m'a en rien empêché d'aller au collège du Touquet. Dans cet établissement du secondaire, il y avait des enfants de tous milieux sociaux, des plus pauvres aux plus riches. C'était la même chose au lycée de Montreuil-sur-mer. Je suis allé au club de tennis de Cucq, j'ai appris la guitare au centre social du Touquet. L'été, on peut se rendre compte qu'il y a du monde sur les plages et pas uniquement celles de Stella-Plage (commune de Cucq) et du Touquet mais sur tout l'ensemble du littoral : Berck-sur-mer, Merlimont-plage, Saint-Cécile (commune de Camiers), Hardelot, etc.



La Côte d'Opale ne se résume pas non plus aux plages. La baie de Canche est une réserve naturelle. Montreuil-sur-Mer est une ville agréable avec ses remparts, ses rues pavées. Chaque année, un spectacle Son et Lumière est organisé autour de l'oeuvre de Victor Hugo Les misérables, Ian Fleming y fait traverser James Bond en voiture dans son roman On her Majesty's secret service et Le Touquet a servi d'inspiration pour créer Royale-les-Eaux, la station fictive de Casino Royale. En octobre dernier, le club James Bond France, avec l'aide de l'Office du tourisme du Touquet et dans le cadre de la British week, y a organisé un week-end James Bond avec la présence de Jacques Layani auteur de On ne lit que deux fois Ian Fleming, du metteur en scène John Glen (cinq films de James Bond à son actif) et la Bond girl de The living daylights Maryam d'Abo. En tant que fan de 007, j'ai particulièrement apprécié cet événement dont j'en ai rédigé un article sur ce blog. Chaque année, est aussi organisé le festival de la Côte d'Opale.

Et il y a tant d'autres choses à voir, à dire, à faire dans cette région. Ce ne sont pas les activités qui manquent, on peut ajouter les clubs de char à voile, les activités autour des cerf-volants, le musée de la marine, l'enduro, etc. On n'est pas obligé de tout apprécier et tout n'est pas parfait, loin de là, mais entre la caricature diffusée sur M6 et la réalité, il y a un monde. Le Touquet et Cucq ne vivent pas qu'en juillet-août sous une température qui ne dépasse jamais les 22° au milieu de plages désertiques.

Je me suis rendu compte d'une chose au fur et à mesure que j'entretiens ce blog, c'est que je mettais en ligne des articles où je m'exprimais de façon positive. Les rares articles ou sujets que j'avais commencés à rédiger où je faisais part d'un mécontentement, où je ralais, je ne les ai finalement pas mis en ligne. Je ne m'autocensure pas, ces articles, je ne les ai pas "sentis", ils ne correspondaient tout simplement pas à l'esprit que je me fais de La maison de Gaspard. Dans le cas présent, je contredis ce que je viens d'écrire mais l'envie d'exprimer ma consternation face à l'image caricaturale du Touquet et de Cucq, et plus généralement des gens du Nord-Pas-de-Calais, donnée par M6 était plus forte.

J'en ai un peu ras-le-bol de tous ces poncifs. Comme je suis du Pas-de-Calais, je m'en rends compte sans problème. Ainsi je pose la question  suivante : Combien de clichés les médias, essentiellement les chaînes de télévision nous assènent-elles à longueur d'année sur les habitants de telle ou telle région ?

Voilà, un petit énervement. Si on veut s'intéresser à cet endroit de la région et plus précisément au Touquet, laissons tomber les chaînes de télévision, leurs représentations simplistes et raccourcies et ouvrons Les 100 ans du Touquet Paris-plage de Patrick Saudemont.


Commentaires

  1. Vous avez raison d'être agacé et de le dire. Mais nous vivons au pays des clichés, c'est comme ça, rien à faire. C'est tellement plus facile, qui plus est ! Tout le monde s'accorde à dire ça, donc on le répète et d'autres le rediront encore, et voilà. Il n'y a rien à faire, non, contre la lamentable optique des chaînes de télévision et tout particulièrement de M6. Tous les endroits de France, effectivement, souffrent des idées reçues qu'on leur accole. Les protestations -- comme les droits de réponse que personne ne lit -- ne servent à rien. Ce n'est pas une raison pour en pas les formuler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela fait maintenant pas mal de temps que je n'accorde plus grand intérêt au contenu des émissions des chaînes de télévision et leur multiplication n'y a pas changé grand chose.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

You only live twice (1964) - Ian Fleming

"La geisha "Feuille Tremblante", agenouillée à côté de James Bond, se pencha en avant et l'embrassa chastement sur la joue droite.
- Ça, c'est tricher, dit James Bond avec sévérité. Vous aviez accepté, si je gagnais, de me donner un vrai baiser : sur la bouche. C'est un minimum, ajouta t-il.
"Madame" Perle Grise avait les dents laquées de noir, signe de grande distinction ;  son maquillage était si épais qu'on aurait pu la croire sortie d'une pièce de théâtre No. Elle traduisit. Il y eut des rires étouffés, des cris d'encouragement. Feuille Tremblante cacha son visage dans ses jolies mains comme si on lui avait demandé de se livrer à la pire des obscénités. Elle écarta ses doigts, examina la bouche de Bond de ses yeux bruns et vifs, comme si elle visait, et s'élança. Cette fois le baiser était bien sur les lèvres, et elle s'y attarda. Invite ? Promesse ?"

A la fin de On her Majesty's secret service, James Bond se mariait…

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…