Accéder au contenu principal

Les 100 ans du Touquet Paris-Plage

Cette année, Le Touquet fête ses 100 ans. Pour l'occasion, Patrick Saudemont, journaliste, a rédigé un livre, Les 100 ans du Touquet Paris-Plage paru aux éditions Michel Lafon. Cela fait quelques semaines que je le lis et le feuillette en me disant que j'en rédigerais bien un petit sujet sur le blog à la lumière de ce que je connais de la ville et ses environs. En effet, même s'il est évidemment centré sur la station balnéaire, bon nombre d'informations historiques et géographiques sur le coin nous sont données, notamment Cucq, Etaples-sur-mer ou encore Montreuil-sur-mer à travers une documentation fournie en textes et photos. L'ensemble est un peu "carte postale" et je souhaitais m'en amuser gentiment tout en soulignant le travail vraiment considérable de l'auteur.



J'ai grandi là. Je suis allé à l'école maternelle de Trépied qui fait partie de la commune de Cucq puis dans son école primaire pour ensuite rejoindre le collège du Touquet et enfin le lycée de Montreuil-sur-Mer. J'ai ensuite effectué mes études supérieures en Picardie, à Amiens au sein de la faculté de droit et de science politique. Je vis actuellement dans le bassin minier du Pas-de-Calais.

Alors qu'un plan d'article se formait dans ma tête à propos du livre de Patrick Saudemont, je prends connaissance d'une lettre de contestation du maire du Touquet, Daniel Fasquelle et du maire de Cucq, Walter Khan qui circule sur les réseaux sociaux et qui s'adresse à Nicolas de Tavernost, le directeur de Métropole Télévision S.A c'est-à-dire M6. Ils protestent sur le contenu d'un documentaire diffusé dans l'émission "Zone interdite" intitulé "Vacances en famille au pays des ch'tis".

Les deux maires font savoir que "Ce documentaire caricatural à l'excès a offert une image complètement déformée de nos stations, de notre région et ceux qui viennent y séjourner. C'est en terme d'images une très mauvaise publicité qui peut malheureusement avoir des conséquences néfastes sur l'attractivité touristique de nos deux stations".

Regardant peu ce genre de contenu, j'ignorais la diffusion de ce documentaire, je me suis donc empressé de voir s'il était possible de le trouver sur la télé à la demande. Impossible. Il est cependant visible sur le site M6 replay. Déjà, le titre du reportage pose problème. Cet endroit du Nord-Pas-de-Calais n'est pas "Ch'ti". Le ch'ti est le patois parlé dans le bassin minier, pas sur la Côte d'Opale. Mais depuis l'énorme succès de ce gros navet de Bienvenue chez les ch'tis, le Nord-Pas-de-Calais est devenu dans sa totalité un pays ch'ti. Dany Boon entretenait déjà cette fausse image en situant son film à Bergues, qui ne se situe en rien dans le pays ch'ti mais en Flandres. La langue régionale est donc le flamand et non le chtimi.

Mais voilà, depuis le succès, incompréhensible à mes yeux de ce film, le Nord-Pas-de-Calais est devenu une région sujette aux moqueries et à l'ironie des médias qui exploitent désormais de façon régulière l'image de simplets sympathiques qu'a véhiculé son succès. Avec son "Vacances en famille au pays des ch'tis", le groupe Métropole Télévision n'en est pas à son coup d'essai en matière de caricature sur les gens du Nord. Il y a quelques mois, on avait eu droit sur W9 qui fait partie de ce groupe à "Les ch'tis à Ibiza" puis à "Les ch'tis font du ski".

Les clichés ont donc continué avec leur "Vacances en famille au pays des ch'tis". On nous parle d'une région où les kilomètres de plages sont vides en raison d'une température locale qui dépasse rarement les 22°. N'importe quoi ! De plus, selon le reportage, on a d'un côté Le Touquet et ses richissimes familles et de l'autre Cucq réduit à un camping et ses assistés sociaux. Cette présentation est grotesque et c'est loin d'être l'unique ineptie qui y a été diffusée.

Comme je le disais en début de mon propos, j'ai grandi à Cucq et ça ne m'a en rien empêché d'aller au collège du Touquet. Dans cet établissement du secondaire, il y avait des enfants de tous milieux sociaux, des plus pauvres aux plus riches. C'était la même chose au lycée de Montreuil-sur-mer. Je suis allé au club de tennis de Cucq, j'ai appris la guitare au centre social du Touquet. L'été, on peut se rendre compte qu'il y a du monde sur les plages et pas uniquement celles de Stella-Plage (commune de Cucq) et du Touquet mais sur tout l'ensemble du littoral : Berck-sur-mer, Merlimont-plage, Saint-Cécile (commune de Camiers), Hardelot, etc.



La Côte d'Opale ne se résume pas non plus aux plages. La baie de Canche est une réserve naturelle. Montreuil-sur-Mer est une ville agréable avec ses remparts, ses rues pavées. Chaque année, un spectacle Son et Lumière est organisé autour de l'oeuvre de Victor Hugo Les misérables, Ian Fleming y fait traverser James Bond en voiture dans son roman On her Majesty's secret service et Le Touquet a servi d'inspiration pour créer Royale-les-Eaux, la station fictive de Casino Royale. En octobre dernier, le club James Bond France, avec l'aide de l'Office du tourisme du Touquet et dans le cadre de la British week, y a organisé un week-end James Bond avec la présence de Jacques Layani auteur de On ne lit que deux fois Ian Fleming, du metteur en scène John Glen (cinq films de James Bond à son actif) et la Bond girl de The living daylights Maryam d'Abo. En tant que fan de 007, j'ai particulièrement apprécié cet événement dont j'en ai rédigé un article sur ce blog. Chaque année, est aussi organisé le festival de la Côte d'Opale.

Et il y a tant d'autres choses à voir, à dire, à faire dans cette région. Ce ne sont pas les activités qui manquent, on peut ajouter les clubs de char à voile, les activités autour des cerf-volants, le musée de la marine, l'enduro, etc. On n'est pas obligé de tout apprécier et tout n'est pas parfait, loin de là, mais entre la caricature diffusée sur M6 et la réalité, il y a un monde. Le Touquet et Cucq ne vivent pas qu'en juillet-août sous une température qui ne dépasse jamais les 22° au milieu de plages désertiques.

Je me suis rendu compte d'une chose au fur et à mesure que j'entretiens ce blog, c'est que je mettais en ligne des articles où je m'exprimais de façon positive. Les rares articles ou sujets que j'avais commencés à rédiger où je faisais part d'un mécontentement, où je ralais, je ne les ai finalement pas mis en ligne. Je ne m'autocensure pas, ces articles, je ne les ai pas "sentis", ils ne correspondaient tout simplement pas à l'esprit que je me fais de La maison de Gaspard. Dans le cas présent, je contredis ce que je viens d'écrire mais l'envie d'exprimer ma consternation face à l'image caricaturale du Touquet et de Cucq, et plus généralement des gens du Nord-Pas-de-Calais, donnée par M6 était plus forte.

J'en ai un peu ras-le-bol de tous ces poncifs. Comme je suis du Pas-de-Calais, je m'en rends compte sans problème. Ainsi je pose la question  suivante : Combien de clichés les médias, essentiellement les chaînes de télévision nous assènent-elles à longueur d'année sur les habitants de telle ou telle région ?

Voilà, un petit énervement. Si on veut s'intéresser à cet endroit de la région et plus précisément au Touquet, laissons tomber les chaînes de télévision, leurs représentations simplistes et raccourcies et ouvrons Les 100 ans du Touquet Paris-plage de Patrick Saudemont.


Commentaires

  1. Vous avez raison d'être agacé et de le dire. Mais nous vivons au pays des clichés, c'est comme ça, rien à faire. C'est tellement plus facile, qui plus est ! Tout le monde s'accorde à dire ça, donc on le répète et d'autres le rediront encore, et voilà. Il n'y a rien à faire, non, contre la lamentable optique des chaînes de télévision et tout particulièrement de M6. Tous les endroits de France, effectivement, souffrent des idées reçues qu'on leur accole. Les protestations -- comme les droits de réponse que personne ne lit -- ne servent à rien. Ce n'est pas une raison pour en pas les formuler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela fait maintenant pas mal de temps que je n'accorde plus grand intérêt au contenu des émissions des chaînes de télévision et leur multiplication n'y a pas changé grand chose.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…