Accéder au contenu principal

Batman begins (2005) - Christopher Nolan

Les comics (terme américain pour désigner les bandes dessinées) mettant en scène les super-héros de Marvel ou DC Comics m'ont plus souvent ennuyé que passionné. Pourtant, à en croire certains et je veux bien les croire, il existerait quelques chefs-d'oeuvre et histoires passionnantes dans le domaine. A l'inverse, rares sont les adaptations cinématographiques de ces bandes dessinées qui ont convaincu les amateurs de ces super-héros de papier ou même le grand public. Il est vrai que les réussites sont peu nombreuses. Paradoxalement en ce qui me concerne, les versions cinéma m'amusent plus, peut-être parce que j'ai tendance à être bon public.




S'il y a un personnage que j'apprécie plus que les autres dans ces univers, c'est Batman. Cependant, là aussi, les bandes dessinées m'ont très souvent ennuyé même le Batman : The dark knight returns du contreversé Frank Miller paru en 1986 pourtant considéré comme une référence du genre et ayant influencé l'ensemble des univers Marvel et DC Comics.

En 1989, le Batman de Tim Burton avait rendu au héros son côté sombre et sérieux sur grand écran alors que le personnage reposait encore sur la version volontairement kitch de la série des années 60 avec Adam West. J'avais adoré ! Tout comme j'avais adoré deux ans plus tard sa suite, Batman returns, encore plus noire et aux sous entendus schizophréniques et sexuels assez nombreux. Par la suite, ça s'est un peu gâté. Tim Burton quittant la mise en scène et Michael Keaton le rôle principal, ils sont remplacés par Joel Schumacher à la caméra et Val Kilmer sous le masque pour Batman forever en 1995. Gotham City, la ville fictive où se déroule les aventures de Batman, se fait moins gothique pour prendre des allures pop avec couleurs vives et fluorescentes. Mais ce sera Batman & Robin en 1997 qui plombera pour un bon moment l'avenir du héros sur grand écran tant le film est plus risible qu'autre chose. Personnellement, je pensais que c'était définitivement mort d'autant plus que je considérais les deux films de Tim Burton comme difficilement égalables.

Pourtant, l'été prochain sort The dark knight rises. Les bandes annonces promettent un grand Batman et il s'agit de l'épilogue d'une trilogie débutée en 2005 mise en scène par Christopher Nolan avec Christian Bale dans le rôle de Bruce Wayne/Batman. J'étais sorti de Batman begins, le 1er film, complètement excité. Christopher Nolan avait terrassé Tim Burton. Bien sûr, il ne s'agit pas de s'éterniser sur des comparaisons mais l'approche de Nolan m'avait soudainement nettement plus impressionné que celle de Burton. Dans Batman begins, Gotham City n'est plus une cité gothique mais une ville qui ressemble à n'importe quelle ville américaine bien réelle. Cette fois, ce n'est plus le futur Joker qui assassine les parents de Bruce Wayne mais Joe Chill, ce qui est conforme à la bande dessinée d'origine. Nous assistons à une nouvelle démonstration des origines du Batman et du parcours initiatique qui amène Bruce Wayne à devenir le protecteur masqué de Gotham.

Si j'étais dubitatif à l'annonce de l'arrivée de Christian Bale, il s'impose en fait instantanément dans le 1er rôle. S'ajoutent Michael Caine (plus besoin de le présenter), Liam Neeson (lui non plus), Morgan Freeman (même chose), Cillian Murphy (la révélation de l'excellent 28 days later), Rutger Hauer (souvenez-vous, Blade runner, Ladyhawke, Flesh and blood, Hitcher, etc. Je préfère voir cet excellent acteur dans un film de première catégorie même pour un second rôle que de cachetonner dans des navets comme il l'a trop souvent fait), Gary Oldman (le Dracula de Coppola ou le Oswald du JFK d'Oliver Stone) et Katie Holmes (plus connue cependant pour être madame Tom Cruise que pour ses rôles). Un casting que je trouve assez impressionnant et qui a la classe.

L'histoire est intelligente, la mise en scène remarquable et la fin pose même la question de l'escalade de la violence que peut générer la façon dont Batman entend faire régner la justice. "Que faites-vous de l'escalade ?" demande l'inspecteur Gordon à Batman à la fin du film. "Quand on aura des semi-automatiques, ils se paieront des automatiques. Quand on portera du kevlar, ils se paieront des balles perforantes. Alors, vous portez un masque et vous sautez de toit en toit. Tenez, par exemple, vols à main armée, double homicide, un certain goût pour la mise en scène, comme vous ; et il laisse sa carte de visite". Le genre de question qui peut faire écho dans nos sociétés.

Cette carte de visite, c'est celle du Joker, le plus célèbre ennemi de Batman. C'est lui qu'affrontera Batman dans The dark knight trois ans plus tard.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…